Aller au contenu

Romane Miradoli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Romane Miradoli
Image illustrative de l’article Romane Miradoli
Romane Miradoli (2017)
Contexte général
Sport Ski alpin
Période active De 2010 à aujourd'hui
Site officiel www.romane-miradoli.com
Biographie
Nom dans la langue maternelle Romane Miradoli
Nationalité sportive Française
Nationalité France
Naissance (30 ans)
Lieu de naissance Samoëns
Taille 1,71 m (5 7)
Poids de forme 64 kg (141 lb)
Club Interclub Magland Désert Blanc
Palmarès
Compétition Or Arg. Bro.
Jeux olympiques d'hiver 0 0 0
Championnats du monde 0 0 0
Coupe du monde (épreuves) 1 0 2
Championnat de France 7 2 6

Romane Miradoli est une skieuse alpine française, née le à Samoëns, dans le département de la Haute-Savoie. Elle a pris son premier départ en Coupe du monde le dans le combiné de Saint-Moritz, en Suisse, qu'elle n'a pas terminé, et a marqué ses premiers points le avec une 24e place dans le combiné d'Altenmarkt. Elle a remporté le classement du combiné de la Coupe d'Europe en 2013, puis le classement du super-G dans cette même compétition en 2015. Elle a également remporté trois médailles lors des Championnats du monde juniors, dont deux en bronze et une en argent et deux titres de championne de France juniors en 2010.

Le 5 mars 2022, en remportant sa première victoire au terme du Super-G de Lenzerheide, elle met fin à dix-sept années sans victoire féminine française dans les épreuves de vitesse en Coupe du monde.

Son grand-père, André Simond a été président de l’école de ski de Chamrousse lors des J.O de Grenoble en 1968 et maire de Samoëns de 2001 à 2008. Son oncle, François Simond a été membre des équipes de France de Ski alpin et participa à plusieurs championnat du monde de Ski et jeux olympiques durant les années 1990-2000.

Biographie[modifier | modifier le code]

Premières années[modifier | modifier le code]

Romane Miradoli naît à Samoëns le et grandit entre la station de ski de Flaine et la station village de Samoëns. Elle apprend à skier dès son plus jeune âge et intègre le Comité Mont Blanc en 2009, puis la Fédération française de ski l'année suivante. Parallèlement à sa carrière sportive, elle poursuit des études en Langues étrangères appliquées à l'Université Grenoble-Alpes dans un cursus aménagé pour les sportifs de haut niveau, après avoir obtenu un baccalauréat scientifique au lycée d'été d'Albertville[1]. Après s'être distinguée dans plusieurs courses FIS, elle dispute sa première épreuve de Coupe d'Europe le dans le slalom géant de Courchevel, mais elle abandonne dans la seconde manche. La même année, elle obtient deux titres de championne de France juniors, l'un en super-G, l'autre en slalom géant, et gagne également une médaille d'argent en slalom[2].

Carrière sportive[modifier | modifier le code]

Succès en Coupe d'Europe et premiers pas en Coupe du monde (2010-2013)[modifier | modifier le code]

Lors de la saison 2010-2011, Romane Miradoli intègre plus régulièrement le circuit de la Coupe d'Europe. Elle prend part également à ses premiers Championnats du monde juniors, dans la station suisse de Crans-Montana[2]. Elle se révèle l'année suivante en remportant le super-G dans l'étape de Coupe d'Europe de Jasná, en Slovaquie, le , puis se classe 2e du second super-G disputé le lendemain[3]. Ces performances lui permettent de se placer au deuxième rang du classement final de la discipline[4],[5]. Elle se classe également 3e des championnats de France en super-G, derrière Marion Rolland et Anne-Sophie Barthet[6].

La saison 2012-2013 débute de la meilleure des façons pour Romane Miradoli : au début du mois de décembre, elle remporte deux victoires en trois jours, d'abord dans le super-G de Kvitfjell puis dans le slalom géant de Trysil, en Norvège[7],[8], puis monte à nouveau sur le podium lors d'un second slalom géant organisé dans la station norvégienne[9]. Elle est alors sélectionnée avec l'équipe de France pour l'étape de Coupe du monde de Saint-Moritz. Elle dispute sa première épreuve, le combiné, mais sort de la piste dès la première manche. Elle participe ensuite au super-G, dont elle se classe 41e, puis au slalom géant, dont elle est disqualifiée dans la première manche. Elle retrouve à nouveau les pistes de la Coupe du monde à Cortina d'Ampezzo, où elle prend la 35e place du super-G[10]. Par la suite, ses résultats se font plus discrets, mais elle remporte deux médailles de bronze lors des Mondiaux juniors 2013 de Québec, l'une en slalom géant et l'autre en descente[11],[12]. En Coupe d'Europe, elle s'attribue également le classement final du combiné, tandis qu'elle pointe au cinquième rang du classement général[4].

Premiers points en Coupe du monde (2013-2015 )[modifier | modifier le code]

Lors de la saison 2013-2014, Romane Miradoli participe à six épreuves de la Coupe du monde et marque ses premiers points le lors du combiné d'Altenmarkt, en Autriche, remporté par la Canadienne Marie-Michèle Gagnon et dont elle se classe 24e et meilleure Française[13]. Elle se distingue lors des championnats de France en prenant la 3e place de la descente.

Romane Miradoli partage une nouvelle fois sa saison 2014-2015 entre les épreuves de Coupe d'Europe et de Coupe du monde. Avec notamment un succès à Davos[14] et une 2e place à Hinterstoder derrière sa compatriote Marion Pellissier[15], elle remporte la Coupe d'Europe de super-G, le deuxième classement continental de sa carrière[16]. Le 1er mars, alors qu'elle dispute le combiné de Bansko, en Bulgarie, Romane Miradoli prend la 9e place et signe ainsi son premier top 10 en Coupe du monde[17]. Dans le super-G, qui se déroule le lendemain, elle se classe 29e et première Française[18]. Une semaine plus tard, elle marque à nouveau des points en prenant la 17e place du super-G de Garmisch-Partenkirchen[19]. Elle conclut sa saison avec une nouvelle médaille mondiale : lors des Mondiaux juniors de Hafjell, en Norvège, elle obtient la médaille d'argent en combiné, le jour de ses 21 ans, derrière la Suissesse Rahel Kopp[20].

Titulaire en équipe de France A (2015)[modifier | modifier le code]

Pour la première fois , Romane Miradoli commence la saison 2015-2016 en tant que titulaire en équipe de France A de vitesse, pour les épreuves de descente (8 départs sur 8, hors finale), de super-G (8 départs sur 8, finale comprise) mais aussi de combiné (3 départs sur 3).

Son début de saison est compliqué : sur six courses en 2015 elle ne marque des points que lors du combiné de Val-d'Isère. Néanmoins au fil de la saison ses résultats s'améliorent progressivement. Elle rentre dans les points en super-G dès le (23e) à Altenmarkt-Zauchensee et y sera alors à chaque super-G du reste de la saison régulière. Le , elle marque ses premiers (deux) points de coupe du monde en descente (29e) à la Thuile. Deux jours plus tard elle signe sur la même piste son meilleur résultat à ce jour[Note 1] en prenant la 5e place du super-géant[21],[22].

Le week-end suivant à Soldeu elle confirme sa bonne forme en enchaînant avec deux nouveaux top 10 : 8e (et de nouveau meilleure française) du super-G le samedi — dans des conditions difficiles[23] — puis 6e du combiné le lendemain[24].

De nouveau meilleure française du dernier super-G de la saison régulière à Lenzerheide (14e)[25] elle se qualifie pour la première fois de sa carrière pour les finales dans cette discipline au côté de Tessa Worley. Elle ne finit pas la course sur la piste de St. Moritz[26] mais termine néanmoins la saison à la dix-huitième place du classement de la spécialité avec 116 points et la qualité de meilleure française dans ce classement[27].

Elle conclut cette saison — sa meilleure au niveau mondial — par deux médailles lors des championnats de France des Menuires : le bronze en descente puis l'or en super-G[28].

2016-2021[modifier | modifier le code]

En 2016, Romane Miradoli a la douleur de perdre son compagnon, qui se tue dans un accident de wingsuit. « 2017 et 2018 ont été deux années de reconstruction dans ma vie sportive et personnelle » dit-elle[29]

Sur l'ensemble de cette période en Coupe du monde, elle se classe treize fois parmi les dix premières en descente, Super-G et combiné alpin. Ses meilleurs résultats sont deux cinquièmes places lors de la saison 2018-2019, en descente à Cortina d'Ampezzo, et en Super-G à Garmisch-Partenkirchen[30]. Elle victime d'une grave blessure au genou gauche en décembre 2020 en chutant dans le slalom géant de Courchevel et ne reprend la compétition qu'un an plus tard[31],[29].

2021-2022 : première victoire[modifier | modifier le code]

Reprenant après une année 2021 largement consacrée à sa convalescence après sa blessure de fin 2020[32], elle termine aux Jeux olympiques de Beijing 2022 11e du Super-G et 13e de la descente.

En mars 2022, Romane Miradoli comble un trou de 18 ans pour la France dans la discipline féminine du Super-G et de 17 ans en vitesse, en s'imposant le 5 mars 2022 sur la piste Silvano-Beltrametti de Lenzerheide avec 38/100e d'avance sur Mikaela Shiffrin et 88/100e sur Lara Gut-Behrami. Le premier podium en Coupe du monde de la skieuse de Flaine est donc une victoire. La dernière Française gagnante en Super-G était Carole Montillet, le 1er février 2004 à Haus im Ennstal, alors que pour la vitesse, il n'y avait plus eu de victoire depuis Ingrid Jacquemod dans la descente de Santa Caterina le 7 janvier 2005[31].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Jeux olympiques[modifier | modifier le code]

Résultats aux Jeux olympiques
Édition / Épreuve Descente Super G Combiné
JO 2018
Pyeongchang
18e 19e Abandon
JO 2022
Pékin
13e 11e Abandon

Championnats du monde[modifier | modifier le code]

Résultats aux Championnats du monde
Épreuve / Édition Saint-Moritz 2017 Åre 2019 Courchevel/Méribel 2023
Descente 31e 20e 15e
Super G 16e 17e 16e
Slalom géant - 25e DNF2
Combiné 16e - DNF2

Coupe du monde[modifier | modifier le code]

  • Meilleur classement général : 17e en 2020[33].
  • Meilleur classement en super G : 9e en 2022[33].
  • 3 podiums individuel dont 1 victoire[34].
  • 1 podium par équipes.

Détail des victoires en Coupe du monde[modifier | modifier le code]

Saison / Épreuve Descente Super-G Total
2021-2022 Lenzerheide 1
Total 1 1

Dernière mise à jour :

Différents classements en Coupe du monde[modifier | modifier le code]

Année/Classement Général Descente Super G Slalom géant Combiné
Class. Points Class. Points Class. Points Class. Points Class. Points
2014 112e 7 - - - - - - 24e 7
2015 75e 45 - - 38e 16 - - 9e 29
2016 51e 165 51e 2 18e 116 - - 18e 47
2017 78e 59 48e 7 33e 32 - - 31e 20
2018 59e 116 38e 21 25e 69 - - 21e 26
2019 23e 341 14e 169 12e 119 40e 17 7e 36
2020 17e 330 18e 153 12e 138 48e 3 14e 36
2021 98e 20 - - - - 39e 20 - -
2022 18e 444 20e 149 9e 275 41e 20 - -

Championnats du monde junior[modifier | modifier le code]

Romane Miradoli a participé à cinq éditions des Championnats du monde junior entre 2011 et 2015. Elle a pris le départ de dix-huit épreuves et obtenu trois médailles, dont deux médailles de bronze en descente et slalom géant et une médaille d'argent en combiné[11].

Épreuve / Édition Descente Super G Slalom géant Slalom Combiné
Mondiaux 2011
Crans-Montana
21e Abandon Abandon 13e -
Mondiaux 2012
Roccaraso
- Abandon 10e Abandon -
Mondiaux 2013
Québec
Médaille de bronze, monde Bronze 4e Médaille de bronze, monde Bronze Abandon -
Mondiaux 2014
Jasná
- 16e 11e Abandon 15e
Mondiaux 2015
Hafjell
22e 4e - - Médaille d'argent, monde Argent

Coupe d'Europe[modifier | modifier le code]

  • Vainqueur des super-géants de Jasná (en 2012), Kvitfjell (en 2012), Davos (en 2015) et Châtel (en 2016)[35]
  • Vainqueur du slalom géant de Trysil en 2012[35].
  • Gagnante du classement de super G en 2015 (avec 315 points)[36].
  • Gagnante du classement de combiné en 2013 (avec 109 points)[36].
  • 7e du classement de descente de la saison 2013-2014 (avec 91 points)[36].
  • 5e du classement général de la saison 2012-2013 (avec 722 points)[36].

Classements par saison[modifier | modifier le code]

Classements finaux de Coupe d'Europe par saison[36]
Saison / Classement Général Descente Super G Slalom géant Slalom Combiné alpin
Class. Points Class. Points Class. Points Class. Points Class. Points Class. Points
2010-2011 117e 37 36e 21 - - - - 78e 9 50e 7
2011-2012 21e 335 - - 2e 236 26e 95 85e 4 - -
2012-2013 5e 722 14e 85 6e 224 10e 258 43e 46 1re 109
2013-2014 9e 465 24e 55 4e 186 18e 135 56e 29 6e 60
2014-2015 9e 462 7e 91 1re 315 63e 12 89e 4 13e 40
2015-2016 27e 258 28e 48 7e 150 - - - - 5e 60
2016-2017 103e 42 - - 46e 16 - - - - 27e 26
2017-2018 126e 26 - - 43e 26 - - - - - -

Championnats de France[modifier | modifier le code]

Élite[modifier | modifier le code]

7 fois championne de France élite :

  • Championne de France de super G en 2016, 2019 et 2022, vice-championne de France de super G en 2018 et troisième des championnats de France de super G en 2012 et 2017.
  • Championne de France de descente en 2018, 2019 et 2022, Vice-championne de France de descente en 2016 et troisième en 2017.
  • Championne de France du combiné en 2022 et troisième des championnats de France de combiné en 2017.
  • Troisième des championnats de France de géant en 2014 et en 2017.

Jeunes[modifier | modifier le code]

8 titres de Championne de France

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. À la fin de la saison 2015-2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Biographie », sur site officiel de Romane Miradoli (consulté le ).
  2. a et b « Romane Miradoli results », sur data.fis-ski.com, Fédération internationale de ski (consulté le ).
  3. « Miradoli prend goût au podium », sur ledauphine.com, Le Dauphiné libéré, (consulté le ).
  4. a et b « Romane Miradoli European Cup Standings », sur data.fis-ski.com, Fédération internationale de ski (consulté le ).
  5. « Super G dames : Miradoli gagne sa place chez les grandes », sur ledauphine.com, Le Dauphiné libéré, (consulté le ).
  6. « ChF : Pinturault sacré en géant, M.Rolland en super-G », sur franceinfo.fr, France Info, (consulté le ).
  7. « Super-G : une belle victoire pour Miradolis », sur ledauphine.com, Le Dauphiné libéré, (consulté le ).
  8. « Nouvelle victoire pour Miradoli », sur ledauphine.com, Le Dauphiné libéré, (consulté le ).
  9. « Encore un podium pour Romane Miradoli ! », sur ledauphine.com, Le Dauphiné libéré, (consulté le ).
  10. « Romane Miradoli results : FIS World Cup », sur data.fis-ski.com, Fédération internationale de ski (consulté le ).
  11. a et b « Romane Miradoli Results : FIS Juniors World Ski Championships », sur data.fis-ski.com, Fédération internationale de ski (consulté le ).
  12. « Géant filles : du bronze pour Miradoli », sur ledauphine.com, Le Dauphiné libéré, (consulté le ).
  13. « Le combiné pour Gagnon », sur lequipe.fr, L'Équipe, (consulté le ).
  14. « Davos : champagne pour Miradoli ! », sur ledauphine.com, Le Dauphiné libéré, (consulté le ).
  15. « Victoire de Marion Pellissier en super-G devant Romane Miradoli », sur ledauphine.com, Le Dauphiné libéré, (consulté le ).
  16. « Europa Cup : Romane Miradoli remporte le Classement Général du Super G ! », sur ffs.fr, Fédération française de ski, (consulté le ).
  17. « Ski: Fenninger remporte le super-combiné de Bansko, Bailet 4e », sur lyoncapitale.fr, Lyon Capitale, (consulté le ).
  18. « Super G de Bansko : Romane Miradoli est la meilleure tricolore », sur ffs.fr, Fédération française de ski, (consulté le ).
  19. « Super G Dames de Garmisch Partenkirchen : Top 10 pour Margot Bailet, 8ème », sur ffs.fr, Fédération française de ski, (consulté le ).
  20. « Super combiné dames : Miradoli vice-championne du monde ! », sur ledauphine.com, Le Dauphiné libéré, (consulté le ).
  21. Clément Hudry, Gauthier Castaldi, « 1er Top 5 pour Miradoli, victoire de Weirather (+réactions) », sur ledauphine.com/skichrono, (consulté le ).
  22. François-Xavier Rallet, « Super-G de La Thuile : Tina Weirather s'impose devant Lara Gut et Lindsey Vonn, Romane Miradoli 5e », avec la vidéo de la course de Miradoli, sur eurosport.fr, (consulté le ).
  23. « Le super-G pour Federica Brignone », sur lequipe.fr, (consulté le ).
  24. Christian Grégoire, « Gagnon s'impose dans le combiné de Soldeu », sur francetvsport.fr, (consulté le ).
  25. « Super-G de Lenzerheide. Victoire pour Huetter, Miradoli termine 14ème », sur francetvinfo.fr, (consulté le ).
  26. François-Xavier Rallet, « Finale St-Moritz : Plus forte que la pression, Gut se pare de cristal en Super-G », sur eurosport.fr, (consulté le ).
  27. (en) « Cup Standing results - After GS St. Moritz (SUI) 20-03-2016 (40/40) », sur fis-ski.com (consulté le ).
  28. Franck Grassaud, « Romane Miradoli sacrée championne de France de super-G aux Menuires », sur francetvinfo.fr, (consulté le ).
  29. a et b Valentine Perazio, « Qui est Romane Miradoli, la première Française à gagner un super-G depuis 18 ans ? », sur ledauphine.com (Ski Chrono), (consulté le )
  30. « Romane Miradoli - Athlete Information - World Cup - Top 10 », sur fis-ski.com (consulté le )
  31. a et b « Première victoire en Coupe du monde pour Romane Miradoli, qui remporte le super-G de Lenzerheide », sur lequipe.fr, (consulté le )
  32. Romane Miradoli, de l’envie sous les skis, lessportives.fr, 27 décembre 2021, par Tiffany Henne
  33. a et b (en) « Romane Miradoli : World Cup Results », sur fis-ski.com (consulté le ).
  34. (en) « Romane Miradoli : World Cup Podiums Individual », sur fis-ski.com (consulté le ).
  35. a et b (en) « Romane Miradoli : European Cup Winner », sur fis-ski.com (consulté le ).
  36. a b c d et e (en) « Romane Miradoli : Europa Cup Standings », sur fis-ski.com (consulté le ).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :