Roggenburg (Bâle-Campagne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Roggenburg.
image illustrant la géographie de la Suisse
Cet article est une ébauche concernant la géographie de la Suisse.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Roggenburg
Blason de Roggenburg
Héraldique
L'église Saint-Martin de Tours de Roggenbourg.
L'église Saint-Martin de Tours de Roggenbourg.
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Bâle-Campagne
District Laufon
Communes limitrophes
(voir carte)
Ederswiler, Pleigne, Soyhières, Petit-Lucelle, Liesberg, Kiffis
Maire Pierre Hufschmid
NPA 2814
N° OFS 2790
Démographie
Population 281 hab. (31 mars 2011)
Densité 42 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 26′ 00″ nord, 7° 20′ 00″ est
Altitude 438 m
Superficie 665 ha = 6,65 km2
Divers
Langue Allemand
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton de Bâle-Campagne

Voir sur la carte administrative du Canton de Bâle-Campagne
City locator 14.svg
Roggenburg

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Roggenburg

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Roggenburg
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Roggenburg (en français : Roggenbourg) est une commune suisse du canton de Bâle-Campagne, située dans le district de Laufon.

Géographie[modifier | modifier le code]

Roggenbourg constitue une commune limitrophe de la France (département du Haut-Rhin) et des cantons du Jura et de Soleure, mais qui ne touche le canton de Bâle-Campagne qu'au niveau d'une seule borne, formant une enclave.

Histoire[modifier | modifier le code]

La première référence au village date de 1207 en tant que Rokinberc. Le nom dérive du mot latin Rogus. Roggenbourg appartenait aux comtes de Thierstein puis, en 1454, aux princes-évêques de Bâle. Au XVIIe siècle, le village a été dépeuplé du fait de la peste. Des germanophones se sont alors installés remplaçant les francophones. Entre 1793 et 1815, il appartenait à la France et faisait initialement partie du département du Mont-Terrible puis, à partir de 1800 à celui du Haut-Rhin. Le Congrès de Vienne, en 1815, l'attribue au district de Delémont du canton de Berne. Roggenbourg, en tant que commune à majorité germanophone a voté contre la création du canton du Jura (question jurassienne). Au plébiscite du , les districts de Moutier, Courtelary, La Neuveville et Laufon décident de demeurer dans le canton de Berne. Les communes se situant à la nouvelle frontière cantonale entre le futur canton du Jura et celui de Berne peuvent alors choisir de rester ou non dans leur district. Roggenbourg était un village frontalier dans le district de Delémont a donc pu voter une seconde fois contrairement à la commune voisine d'Ederswiler. Le , la population a majoritairement décidé de rester dans le canton de Berne et rejoint le district de Laufon qui formait une enclave bernoise depuis la création du canton du Jura le . Le district de Laufon a, après plusieurs votations, voté majoritairement son rattachement au canton de Bâle-Campagne le . Roggenburg a voté majoritairement pour le maintien dans le canton de Berne mais, le transfert du district ayant lieu sans auto-détermination des collectivités, Roggenbourg a rejoint la canton de Bâle-Campagne avec le reste du district de Laufon.

Personnalités[modifier | modifier le code]

  • Adolphe Walther (1883-1968), ancien préfet du Laufonnais et jurassien de la première heure.

Curiosités[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Martin de Tours. La paroisse de Roggenbourg possède la plus ancienne constitution de la vallée de Delémont. L'église mentionnée dès 1460, et rénovée six fois depuis, passa successivement du patronage de Saint-Léonard (Bâle) à celui des nobles de Steinbrunn, puis revint à l'Abbaye de Lucelle. Saint-Martin de Tours est le patron de la paroisse. Le maître-autel, en boiserie sculptée par les frères Breton de Boncourt, vient de l'Abbaye de Lucelle[3].
  • Circuit de moto-cross.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Bilan de la population résidante permanente (total) selon les districts et les communes, en 2011 », sur Office de la Statistique du Canton de Bâle-Campagne (consulté le 17 juillet 2011)
  2. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)
  3. Albert Membrez, curé-doyen, Églises catholiques du Jura bernois, Olten, 1938.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :