Roger the Engineer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Roger the Engineer

Album de The Yardbirds
Sortie Drapeau : Royaume-Uni 15 juillet 1966
Drapeau : États-Unis 8 août 1966
Durée 35:52
Genre Blues rock,
rock psychédélique
Producteur Paul Samwell-Smith
Simon Napier-Bell
Label Drapeau : Royaume-Uni Columbia
Drapeau : États-Unis Epic
Classement 20e (Royaume-Uni)
52e (États-Unis)
Critique

Albums de The Yardbirds

Roger the Engineer est un album de The Yardbirds sorti en 1966. Son véritable titre est simplement Yardbirds ; il est également paru sous le titre Over, Under, Sideways, Down dans certains pays, notamment aux États-Unis. Le surnom Roger the Engineer vient de sa pochette, un dessin réalisé par le guitariste du groupe Chris Dreja, représentant l'ingénieur du son Roger Cameron.

L'album est réalisé en une semaine. Il rassemble plusieurs styles : Boogie-woogie (musique), Rhythm and blues ou des influences orientales. Jeff Beck réalise sur cet album une partition révolutionnaire pour l'époque, mais le son reste collectif.[2]

Le magazine Rolling Stone a placé l'album en 2003 en 349e position de son classement des 500 plus grands albums de tous les temps, et en 350e position en 2012[3]. Il est également cité dans l'ouvrage de référence de Robert Dimery Les 1001 albums qu'il faut avoir écoutés dans sa vie[4].

Titres[modifier | modifier le code]

Toutes les chansons sont créditées aux cinq membres du groupe – Roger the Engineer est le premier album des Yardbirds à ne contenir aucune reprise.

Face 1[modifier | modifier le code]

  1. Lost Woman – 3:16
  2. Over Under Sideways Down (en) – 2:24
  3. The Nazz Are Blue – 3:04
  4. I Can't Make Your Way – 2:26
  5. Rack My Mind – 3:15
  6. Farewell – 1:29

Face 2[modifier | modifier le code]

  1. Hot House of Omagarashid – 2:39
  2. Jeff's Boogie – 2:25
  3. He's Always There – 2:15
  4. Turn into Earth – 3:06
  5. What Do You Want – 3:22
  6. Ever Since the World Began – 2:09

Musiciens[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Thomas Erlewine, « Roger the Engineer », Allmusic (consulté le 9 octobre 2018)
  2. Jean-Noël Ogouz, « 600 disques 1954-2018, Hors série 37. », Rock et Folk,‎ juillet 2018.
  3. (en) Rolling Stone, « 500 Greatest Albums of All Time », Rolling Stone,‎ (lire en ligne)
  4. (en) « Roger the Engineer », sur www.acclaimedmusic.net (consulté le 22 juillet 2018)