Roger Godino

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Roger Godino
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Président
Action contre la faim
-
Biographie
Naissance

Chambéry Drapeau de la France France
Décès

Paris Drapeau de la France France
Formation
École polytechnique (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité

Roger Godino, né le à Chambéry et mort le à Paris, est un économiste, homme d’affaires et un humanitaire français. Il est le fondateur de la station des Arcs en Savoie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Études[modifier | modifier le code]

Né à Chambéry le , Roger Godino est le petit-fils d’un immigré italien et le fils de Joseph Godino, artisan cordonnier, et de Marcelle Godino, née Armand[1],[2].

Il fait ses études secondaires au lycée Vaugelas à Chambery, puis entre au lycée Louis-le-Grand à Paris. Il intègre ensuite l’école Polytechnique, dont il sort diplômé de la promotion 1951. A la sortie de l'école, il effectue son service militaire dans la Marine durant la guerre d'Indochine[3].

A son retour de l'armée, il propose ses services à Pierre Mendès-France. Celui-ci l'encourage à poursuivre ses études aux Etats-Unis. En 1954, il part étudier à l’Université Harvard et au Massachusetts Institute of Technology[1].

Début de carrière[modifier | modifier le code]

De retour en France, Roger Godino participe à la fondation de l’Institut européen d’administration des affaires (INSEAD) où il enseigne le management de l’innovation[4].

Il devient directeur de la Compagnie d’études et de gestion industrielle, chargée de conseiller les entreprises françaises et les administrations d’Etat[1].

Création des Arcs[modifier | modifier le code]

En 1960, Roger Godino s’intéresse à l’économie des sports d’hiver et réalise une étude de marché sur leur potentiel de développement[5] . Il fait le pari de leur démocratisation et décide d'entreprendre dans ce domaine[6],[7].

Roger Godino fait la rencontre décisive de Robert Blanc, moniteur à Courchevel et guide de haute montagne, qui lui fait découvrir les montagnes de l’Arc en 1961[1].

Avec le concours de l’Atelier d’architecture en montagne des architectes Gaston Regiraz et Guy Rey-Millet, de Charlotte Perriand à partir de 1967 et de Bernard Taillefer, il crée sur le site la station des Arcs[8].

Ailleurs dans le monde, Roger Godino participe également à la création des stations de Borovets, en Bulgarie, et de Valle Nevado, au Chili .

Engagement auprès de Michel Rocard[modifier | modifier le code]

Dans les années 1970, Roger Godino favorise la mise en relation de Michel Rocard, qu’il a rencontré au début des années 1960, avec le monde de l’entreprise. Il crée le « groupe des Arcs », club informel qui prépare l’accès de l’homme politique aux plus hautes responsabilités de l’Etat[1].

Lorsque Michel Rocard devient premier ministre en mai 1988, Roger Godino devient chargé du tourisme à Matignon. Il crée la Maison de la France, un organisme fédérant les acteurs du tourisme au service de la promotion internationale du pays, dont il assure la présidence jusqu’en 1992, et qui deviendra par la suite Atout France[9].

Roger Godino participe activement aux grandes réformes sociales du RMI et de la CSG[10],.

Activités associatives et humanitaires[modifier | modifier le code]

Roger Godinot a présidé l’ONG Action contre la faim de 2001 à 2002. En 2008, il participe à la fondation du think tank Terra Nova et du groupe des Gracques. En 2014, il est à l’initiative de l’association MichelRocard.org dont il assurait la présidence[11].

Mandats[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • Roger Godino, La grande transformation de l'entreprise : Travail, sens et compétitivité, Paris, Editions de l'Atelier, , 240 p. (ISBN 978-2708241992)
  • Roger Gordino (préf. Alain Caillé), Réenchanter le travail, Paris, La Découverte, , 192 p. (ISBN 978-2707151421)
  • Roger Gordino (préf. Michel Rocard), Les sept piliers de la réforme, Paris, Albin Michel, , 272 p. (ISBN 978-2226094520, lire en ligne)
  • Roger Gordino, Construire l'imaginaire ou La quête inachevée d'un aménageur, Paris, Holding international de développement, 240 p. (ISBN 978-2951015807)
  • Roger Gordino, Construire l'imaginaire, ou, Le management de l'innovation, Paris, Presses de la Cité-Solar, 188 p. (ISBN 978-2263004056)

Vie privée[modifier | modifier le code]

Roger Godino fut marié en premières noces à Marcelle Bioley, dont il eut une fille. Veuf, il s’est remarié à Carole Vidart, dont il eut également une fille[2].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Prix[modifier | modifier le code]

  • Prix de l’Institut Manpower pour l’emploi avec HEC Paris et La Tribune pour son ouvrage Réenchanter le travail : pour une réforme du capitalisme (2007)
  • Prix des neiges (1998)

Décorations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Jean-François Lyon-Caen, « La mort du fondateur de la station des Arcs et conseiller de Michel Rocard, Roger Godino », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  2. a et b « Roger Godino », sur Espace Roger Godino (consulté le 23 février 2021)
  3. Jean Baumier, Ces patrons qui gagnent, Paris, Plon, , 262 p. (ISBN 978-2259015325, lire en ligne)
  4. « Décès de Roger Godino », sur Elysée.fr, (consulté le 23 février 2021)
  5. Annie Barbaccia, « Roger Godino, pionnier des Arcs, s’en est allé », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  6. « La Fondation de France rend hommage à Roger Godino », sur Fondation de France, (consulté le 23 février 2021)
  7. Claude Lovie, « Godino (Roger), 1980. — Construire l'Imaginaire.. Références et documentation, 1979. — Institut d'Etudes Politiques, C.E.R.A.T., tome X, cahier 4 de l'Aménagement du Territoire. [compte-rendu] », Revue de Géographie Alpine,‎ , p. 228-290 (lire en ligne)
  8. a et b « Roger Godino, le cofondateur de la station des Arcs, est décédé », Le Dauphiné Libéré,‎ (lire en ligne)
  9. Nelly Assénat, « Roger Godino, le créateur de la station des Arcs, est mort », France Bleu Savoie,‎ (lire en ligne)
  10. Pascal Riché, « Un RMI partiel pour renouer avec le travail? But de la proposition: rendre financièrement intéressant, pour les RMistes, le travail partiel. », Libération,‎ (lire en ligne)
  11. Eric Lombard, « Hommage à Roger Godino », sur Fondation Jean Jaurès, (consulté le 23 février 2021)
  12. « Légion d’honneur, la promotion du 1er janvier 2013 », La Croix,‎ (lire en ligne)
  13. « Ordre national du Mérite », Le Moniteur,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]