Roger Foret

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Roger Foret
Image dans Infobox.
Fonction
Maire de Metz
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 72 ans)
MetzVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Activité
Autres informations
Parti politique

Roger Forêt, né le à Vaxy et mort le à Metz, est un avocat et homme politique allemand. Il est maire de Metz de 1911 à 1918.

Biographie[modifier | modifier le code]

Roger Forêt naît pendant la guerre franco-prussienne dans un milieu modeste[1]. Il suit sa scolarité à Sarrebourg, puis à Metz, alors villes allemandes du Reichsland Elsaß-Lothringen. Après des études de droit à Strasbourg, puis à l'université de Fribourg, il s’installe à Metz et ouvre un cabinet d’avocat le .

Roger Forêt devient membre du Conseil municipal de 1902 à 1908, avant d’être élu maire de Metz, le . C'est le premier Lorrain à ce poste depuis la destitution de Paul Théodore Auguste Bezanson en 1877[1]. De 1911 à 1918, il est également membre de la première chambre du Landtag d'Alsace-Lorraine. Le , la place de Metz est quasiment en état de siège et l'état de guerre est proclamé le suivant. La gouvernance militaire étant instaurée, Roger Forêt déclare solennellement la fidélité de Metz « à l'Empereur et au Reich »[2]. Le , les autorités allemandes ne contrôlent plus rien. Un conseil d'ouvriers et de soldats, dirigé par Charles Becker, prend la place de Forêt[1]. Peu après, il est finalement démis de ses fonctions par les autorités françaises.

Après l'entrée des troupes allemandes à Metz en , Roger Forêt est désigné pour remettre symboliquement les clés de la ville de Metz au Gauleiter Bürkel[3],[4]. Après l'annexion de la Moselle, Forêt reste à Metz, où il s'éteint le .

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c François Roth : Robert Schuman 1886-1963. Du Lorrain des frontières au père de l'Europe, Paris, Fayard, 2008
  2. Stéphanie Dalbin: Visions croisées franco-allemandes de la Première Guerre mondiale: étude de deux quotidiens: la Metzer Zeitung et L'Est Republicain, Convergences, Peter Lang, Berne, 2007, pp 37-38.
  3. Jacques Lorraine, Les Allemands en France – L’Alsace et la Lorraine, terre d’épreuve (IV),  éd. du Désert, Alger-Oran, 1945, p. 120.
  4. Monique Sary, « La Vie à Metz sous l'occupation nazie (1940-1944) », dans Les Cahiers Lorrains, no 2, 1983, p. 167.

Sources[modifier | modifier le code]

  • (de) Hermann J Hiery, Reichstagswahlen im Reichsland: Ein Beitrag zur Landesgeschichte von Elsass-Lothringen und zur Wahlgeschichte des Deutschen Reiches 1871-1918, 1985, p. 342.
  • François Roth : Robert Schuman 1886-1963. Du Lorrain des frontières au père de l'Europe, Paris, Fayard, 2008.