Roger Dorsinville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Roger Dorsinville
Fonctions
Secrétaire d'État de la Santé publique et du Travail
Prédécesseur Clément Jumelle
Successeur Elie Villard (Santé publique)
Jacques A. François (Travail)
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Port-au-Prince (Haïti)
Date de décès (à 80 ans)
Lieu de décès
Nationalité Haïtien
Conjoint Edith Lahens
Profession Militaire, journaliste, écrivain

Roger Hénec Dorsinville (1911-1992) est un poète, romancier, essayiste, dramaturge, journaliste, enseignant, homme politique et diplomate haïtien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Roger Dorsinville est né à Port-au-Prince le 11 mars 1911. Il est issu d'une famille de journalistes et d'historiens, son père, Hénec, fut directeur-fondateur du journal et de la revue L'Essor.

Roger Dorsinville a été militaire, évangéliste, enseignant, journaliste, chef de cabinet présidentiel, ainsi que consul, ministre et ambassadeur dans différents pays d'Amérique du sud et au Sénégal, avant de mettre fin à sa carrière politique en 1965[1].

Sa carrière diplomatique le conduit en postes comme consul à New York, puis comme ambassadeur au Brésil, Costa Rica, Venezuela et Sénégal.

Les préoccupations sociales de l'auteur se manifestent à travers ses écrits journalistiques et ses œuvres littéraires. Le Grand devoir paru en 1962, est un poème épique évoquant l'histoire tragique du Nouveau Monde marquée par l'esclavage et la dépossession des richesses d'Haïti désormais sous la férule dictaturiale des Duvalier (père et fils). Son livre Toussaint Louverture, paru en 1965, est un hymne à l'épopée de l'histoire d'Haïti.

De 1973 aux années 1980, Dorsinville situe l'Afrique au centre de l'éthique et de l'esthétique de ces textes.

En 1986, Dorsinville retourne à Haïti. Son esprit est tourné vers l'espoir d'une Haïti nouvelle, libérée du duvaliérisme.

Son œuvre littéraire appartient autant à son pays natal, Haïti, qu'à l'Afrique, la terre de son long exil.

Roger Dorsinville meurt le 12 janvier 1992 à Port-au-Prince.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

  • Kimby, ou, La loi de Niang. Paris: Présence Africaine, 1973; Port-au-Prince: Éditions Deschamps, 1990.
  • L'Afrique des rois. Paris: Union générale d'éditions, 1975; Port-au-Prince: Deschamps, 1990.
  • Un Homme en trois morceaux. Paris: Union générale d'éditions, 1975; Port-au-Prince: Deschamps, 1990.
  • Mourir pour Haïti, ou, Les croisés d'Esther. Paris: l'Harmattan, 1980.
  • Renaître à Dendé. Paris: Harmattan, 1980.
  • De Fatras Bâton à Toussaint Louverture. Alger: Enal, 1983.
  • Marche arrière (Mémoires). Collectif Paroles (1986).
  • Accords perdus. (édité par Max Dorsinville). Montréal: CIDIHCA, 1987.
  • Ils ont tué le vieux blanc. Port-au-Prince: Deschamps, 1988.
  • Une Haïtienne à New York. Port-au-Prince: Éditions des Antilles, 1991.
  • Les Vèvès du Créateur. (édition établie par Max Dorsinville). Montréal / Port-au-Prince: CIDIHCA / Deschamps, 1989; Montréal / Port-au-Prince: CIDIHCA / Mémoire-Regain, 1999.
  • Rites de passage (œuvres littéraires complètes). 11 volumes. Max Dorsinville, éd. Port-au-Prince: Deschamps, 1990.
  • Marche arrière II (Mémoires). Port-au-Prince: Éditions des Antilles, 1991.

Essais[modifier | modifier le code]

  • Toussaint Louverture, ou, La vocation de la liberté. Paris: Julliard, 1965; Montreal: Éditions du CIDIHCA, 1987.
  • Dans un Peuple de dieux: mythologie de l'hinterland libérien. Monrovia, 1968; Alger: Société nationale d'édition et de diffusion, 1971.
  • Jacques Roumain. Paris: Présence Africaine, 1981.
  • "Lili Marlene: Voyage en Yougoslavie". Africa 144 (1982).
  • L'Homme derrière l'arbre: un Haïtien au Libéria. (avec Jean-Jacques Mandel; photographies de Roger Dorsinville). Paris: L'Harmattan, 1991.

Nouvelles[modifier | modifier le code]

  • Les Contes de la forêt atlantique. Alger: Entreprise nationale du livre, 1986.
  • Gens de Dakar. Dakar, NEA, 1978; Port-au-Prince: Deschamps, 1990.
  • Le Mâle de l'espèce. Port-au-Prince: Deschamps, 1990.

Poésie[modifier | modifier le code]

  • Pour Célébrer la terre. Port-au-Prince: Presses Libres, 1955.
  • Le Grand Devoir. Madrid: Taller Gráfico CIES, 1962.
  • Pour Célébrer la terre, suivi de Poétique de l'exil (1972, inédit). Édition établie et annotée par Max Dorsinville. Montréal: Mémoire d'encrier, 2005.

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • Barrières, pièce en 3 actes. Port-au-Prince: Deschamps, 1946.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]