Roger Dambron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dambron (homonymie).
Roger Dambron
Roger dambron.jpg
Roger Dambron en 2012.
Fonctions
Inventeur
Biographie
Naissance
Décès
à Schiltigheim (à 96 ans)
Pas-de-CalaisVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres noms
Roger Dax
Nationalité
Activité
Métreur, ambulancier, antiquaire, compositeur, écrivain
Titres honorifiques
Membre de l'Ordre Hospitalier de Saint-Lazare
Œuvres principales

Roger Dambron né le àÉtaples et mort le à Schiltigheim [1], est un inventeur français. Il a également été écrivain, compositeur, antiquaire et ambulancier durant sa vie.

Il est le précurseur et le père du « portrait-robot »[2], utilisé par la police judiciaire, qui en reprenant l'invention, l'a développée par la suite pour ses propres besoins.

Métreur de son métier, il développa plusieurs inventions entre 1950 et 1990.

Du photo-robot au portrait-robot[modifier | modifier le code]

Roger Dambron a obtenu une médaille de bronze au Concours Lépine pour son invention du photo-robot en juin 1952[3],[4], jeu qu'il a créé pendant son séjour en maison de cure pour se distraire en 1950, et pour offrir en cadeau à ses enfants.
Cette invention avait pour but de découper des morceaux de photos, (le nez, les yeux, la bouche, etc.), les mélanger et de créer de nouveaux visages.

En faisant des essais pour adapter son projet, Roger Dambron réalise que la plus grande difficulté est de trouver des photos prises à la même distance et sous le même angle. Puis, il se rend compte que par projection des négatifs, on peut rectifier un peu ce problème. Pour ce faire, il achète quatre agrandisseurs photographiques. Pour perfectionner l'invention, il demande à une cinquantaine d'Étaplois de se faire photographier chez Fernand Gambier à Étaples-sur-Mer (62), qui participe gracieusement à cette expérience.

Roger Dambron réussit de cette façon à constituer une mallette comportant 2 000 morceaux de visages, comprenant les photos des habitants d'Étaples-sur-Mer qui ont participé à l'élaboration de cette invention en donnant généreusement leurs portraits. Cette invention concerne la représentation de types extrêmement variés de portraits au moyen de 8 éléments indépendants (cheveux, front, nez, bouche, menton, yeux, sourcils, oreilles). Chacun de ses éléments représentés en creux ou en relief, en positif ou en négatif correspond à une partie d'un portrait.

L'ensemble des éléments étant groupé par catégorie, chaque catégorie comprenant un grand nombre d'éléments interchangeables de formes différentes d'une même partie d'un portrait.Avec 5 têtes différentes, ayant les organes également différents, on peut composer 78 à 125 visages différents. Selon les témoignages de l'époque, Roger Dambron arrivait avec des détails, à établir le portrait fort ressemblant de la personne recherchée.

Roger Dambron fait la demande du dépôt du brevet le à Paris. Le brevet est délivré le . En 1956, il dépose un avenant au brevet. Les visages ne sont plus découpés en 8 mais en 12. Le , sur la demande de dépôt au greffe du tribunal de Montreuil, il est précisé le mot « photo-robot ».

Son invention du photo-robot était initialement un jeu prévu pour les enfants, mais dans le descriptif de l'invention, il est précisé qu'elle est susceptible d'applications nombreuses non décrites dans le document.

Dans le descriptif du brevet, pour assembler les éléments, le mode d'emploi est le suivant :

  1. Utiliser simplement une feuille
  2. Utiliser un pochoir ou un négatif
  3. Faire un jeu en puzzle, dans ce cas les éléments sont peints, dessinés ou imprimés sur le puzzle
  4. Faire un jeu de cubes, chaque face est une forme différente d'une même partie de la tête
  5. Faire des clichés imprimés en caoutchouc, chaque cliché représentant une partie de la tête
  6. Avec une forme de tête faite en pâte à modeler, on peut placer ces éléments qui deviennent en relief
  7. Les éléments peuvent être transparents ou opaques et placés sur un support transparent, de façon à faire une pellicule placée dans un projecteur pour donner des projections lumineuses.

En fait, Roger Dambron prévoyait que son invention puisse être utilisé de multiples façons. À la remise des récompenses du concours Lépine en juin 1952, le jeune inventeur discute avec le préfet de police Baylot « Votre procédé peut être d'un intérêt capital pour nous ». Il lui conseille d'écrire à ses services, ce qui sera fait en juillet 1952. Lorsque deux inspecteurs de Paris viennent examiner le jeu, ils considèrent que son système n'était pas utilisable tel quel car il faut beaucoup plus de photos anthropométriques, qu'ils vont lui en envoyer.

L'application de ce procédé au domaine criminel est mise en pratique fin 1955 dans l'affaire Janet Marshall[5], par la police judiciaire [6]. Le terme «  photo-robot » est légèrement modifié et appelé « portrait-robot » , ce qui permet d'arrêter 8 jours plus tard l'assassin de cette jeune touriste anglaise qui était recherché depuis 5 mois.

Lorsque l'on interroge le commissaire divisionnaire Chabot, chef du service régional de la police judiciaire à Lille, suite à son portrait-robot de l'assassin, un journaliste lui parle de Roger Dambron et de son invention. Les deux hommes se rencontent et ont le même point de vue concernant la création d'une photo par projection de négatif avec des caches, ce qui rend le portrait plus net que par découpage.
Le commissaire divisionnaire Chabot a rappelé à juste titre que cette nouvelle technique a joué un rôle important dans l'affaire Janet Marshall et notamment dans la délimitation des recherches : « Je ne pense pas, a-t-il ajouté, malgré ces deux succès, que la technique du photo-robot, n'est pas susceptible d'être améliorée. »

L'inspecteur Émilien Paris a utilisé et adapté l'invention pour la police en introduisant le dessin, afin d'homogénéiser les différents éléments de visage. Il apporte quelques améliorations à cette invention en y ajoutant des éléments tels que des photos supplémentaires, accessoires.. et l'appele le « système Paris ».

Actuellement, il existe des logiciels capables d'informatiser la création d'un portrait-robot en utilisant les différents éléments du visage, en fonction des indications données par les victimes ou les témoins.

La photo-robot fait partie des inventions révolutionnaires de notre siècle, ensuite reprises par la majeure partie des polices judiciaires du monde entier.

Celle-ci a été utilisée pour la première fois avec succès en fin 1955, lors de l'enquête sur le meurtre d'Eugénie Bertrant, dont le cadavre avait été découvert dans un terrain vague, à proximité de l'hippodrome lyonnais.
Une photographie reconstituant les traits du suspect fut diffusée auprès des services de police français et étrangers, sans résultat. Huit jours plus tard, la diffusion de cette photo fut étendue à la presse. C'est alors que deux témoins confièrent aux enquêteurs que la photo leur rappelait les traits d'un commerçant lyonnais. Celui-ci, interrogé, fut confondu.

Commercialisation de l'idée : La boîte des photos-robot[modifier | modifier le code]

En 1956, Roger Dambron commercialise l'application de son brevet en créant un jeu pour amuser les enfants nommé le jeu des photos-robot « le procédé employé par la police ».

Pour ce faire, des grandes vedettes de l'époque (chanteurs, acteurs, chansonniers) sont photographiés. Leur visage est découpé en 4 parties.

Les yeux, le nez, la bouche devaient être insérés dans le visage pochoir, ce qui permettait aux enfants de créer toutes sortes de personnages. Le but étant bien sûr d'arriver à reconstituer le visage de l'artiste.

Il y avait deux boîtes, une rouge et une bleue. La série numéro 1 bleue, consacrée aux vedettes femmes : Martine Carol, Françoise Arnoul, Jacqueline Joubert, Simone Renant, Marie Daems, Line Renaud, Annie Cordy et Marie-Josée Neuville.
La série numéro 2 rouge, était consacrée aux vedette hommes : Luis Mariano, Gilbert Bécaud, François Périer, Daniel Gélin, Georges de Caunes, Jean Richard, Georges Ulmer, Zappy Max. La règle de jeu adaptée à 4 joueurs, « jouer au stop-robot » était décrite au dos de la boîte.

Le jeu des photos-robot a été présenté en 1956 au Salon de l'Enfance et au Concours Lépine de la même année. Lors de la cérémonie d'ouverture du 47e Concours Lépine du 9 au 24 juin 1956, M. Faber, l'organisateur, annonce qu'il y aura un concours du meilleur observateur physionomiste, basé sur la reconstitution du visage d'une vedette en un temps limité, avec des éléments du photo-robot en jouant avec les images des vedettes, « car le Concours Lépine compte parmi les lauréats Roger Dambron, inventeur du photos-robot, procédé maintenant adopté par la Police ».

Les enfants parlent de Roger Dambron[modifier | modifier le code]

En 2017, la classe de CM2 de l'école Jean Moulin de Noyelles-sous-Lens a participé comme chaque année au Défi 62, mettant en compétition différentes écoles du département du Pas-de-Calais.

Ce Défi a pour but de promouvoir auprès des enfants le patrimoine culturel et les personnages issus de la région.

Sous la direction de leur professeur d'école M. Marc Leclercq, les enfants ont choisi Roger Dambron comme personnage. Pendant de longs mois, ils ont fait de nombreuses recherches, soutenus par l'inventeur lui-même qui leur a fourni des documents et coupures de presse. Grâce à leur travail et à l'enthousiasme de leur professeur, ils ont gagné le Défi 62 récompensé par le département.

Roger Dambron a estimé que leur article est le plus complet, synthétique et juste, de ceux qui lui ont été consacrés depuis 1956. Il a été touché par le fait que ce soit des enfants originaires de sa région qui s'intéressent à lui et son invention de son vivant[7].

Les autres inventions de Roger Dambron[modifier | modifier le code]

  • 1953 Le jeu de l'oie du code de la route
  • 1953 Signaux code de la route
  • 1953 Le loto code
  • 1957 Antenne télé
  • 1958 Moulin électrique diététique
  • 1959 Presse à cintrer
  • 1959 Biblerouge
  • 1960 Radeau à hélice
  • 1960 Route électrique
  • 1972 Radar (co-inventeur M. Meyer)
  • 1990 Jeu de cuisine

Publications[8][modifier | modifier le code]

Roger Dambron était également auteur.

  • Vaincre la tuberculose, (Traitement, conseils, médicaments) - 1953 - sous le pseudonyme Roger Dax
  • Autobiographie : C'est moi
  • Autobiographie : Je veux mourir
  • Autobiographie : Histoire de notre famille
  • Autobiographie : Ma vie intellectuelle
  • Autobiographie : Ma geguerre à moi
  • Biographie sur l'épouse de Roger Dambron : Margot
  • Biographie sur le grand-père de Roger Dambron : Au delà des temps
  • Roman d'amour : Il est mort mon amour
  • Roman d'amour : José
  • Roman policier : Ce cri
  • Roman policier : La mort à la clé
  • Roman d'aventure: Le prince du soleil
  • Roman réaliste : J'étais Tuberculeux
  • Roman d'amour : Mes 7 femmes et leurs amours
  • Fiction : Avant
  • Roman d'amour : Mi Mélina - 2016 (Format Kindle)
  • Témoignage : "Le Sanatorium" - 1951 - publié le 17 juin 2017 - reportage au jour le jour de l'expérience de Roger Dambron dans un Sanatorium pour tuberculeux en 1950 -1951. ( Lors de ce séjour, il a créé son invention du photo-robot).

Poèmes[modifier | modifier le code]

  • La chambre
  • Mes amis
  • Premier bal
  • Coup de foudre
  • La nuit baigne les roses
  • Souvenir
  • Nounours

Références[modifier | modifier le code]

  1. La Voix du Nord, 8 juillet 2017
  2. « L’historique du portrait robot » (consulté le 21 mai 2013)
  3. « Portrait Robot - TPE 2012 » (consulté le 21 mai 2013)
  4. (en)« Imagen de Do you have a good face memory? », sur Livemocha (consulté le 21 mai 2013)
  5. « LeCrime.fr - Récit - L'affaire Janet Marshall - 1955 » (consulté le 21 mai 2013)
  6. « Canal Schilick - Ville de Schiltigheim » (consulté le 21 mai 2013)
  7. Ecole Jean Moulin de Noyelles-sous-Lens, « Roger Dambron - Défi internet 62 », annuel,‎ (lire en ligne)
  8. « Mi Mélina », sur Amazon,

Liens externes[modifier | modifier le code]