Chomo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Roger Chomeaux)
Aller à : navigation, rechercher
Chomo
Nom de naissance Roger Chomeaux
Naissance
Berlaimont, France
Décès (à 92 ans)
Achères-la-Forêt, France
Nationalité Français
Pays de résidence France
Diplôme
Profession
Artiste
Activité principale
Sculpteur
Autres activités
Apiculteur, peintre, poète, cinéaste, architecte
Formation
École des beaux-arts de Valenciennes, école nationale supérieure des beaux-arts de Paris

Compléments

  • Fondateur du village d'Art Préludien, à Achères-la-Forêt (Seine et Marne)

Roger Chomeaux, dit Chomo, né le à Berlaimont et mort le à Achères-la-Forêt, est un sculpteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (septembre 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Roger Chomeaux entre à l'école des beaux-arts de Valenciennes, puis à celle de Paris, où il pratique la peinture et la sculpture. Il remporte plusieurs prix avant de trouver un emploi de décorateur dans une maison spécialisée dans la réalisation de tapis, tandis que son épouse vend des laines à domicile. Mais la Seconde Guerre mondiale l'envoie dans un stalag de Pologne.

Au cours de la décennie suivante, il se réfugie dans la forêt de Fontainebleau où sa femme a acheté quelques hectares. Il adopte alors un langage parallèle, phonétique, et signe désormais « Chomo ».

En 1960, sa première exposition se tient à la galerie Jean Camion, rue des Beaux-Arts. Chomo décide alors de quitter définitivement Paris et s'installe seul à Achères-la-Forêt.

Écologiste avant l'heure, gardien d'abeilles, il possèdera jusqu'à vingt ruches ; il travaille le bois (ses « bois brûlés »), la pierre, les matières plastique. Le chemin qui conduit à son domaine, où il travaille à ciel ouvert, est constellé d'écriteaux. On y lit par exemple : « Qèl anprint ora tu lésé sur la tèr pour qe ton Die soi qontan ? ». Car Chomo développe son écriture phonétique dont la poésie envahit son œuvre. Il baptise son coin de forêt « Village d'Art Préludien ».

Délaissant le bronze, la terre cuite et le marbre, Chomo choisit des « matériaux qui respirent ». La tôle, le bois, le plastique, le verre ou le béton sont sources de découvertes permanentes. Le sculpteur poursuit ses séries de bois brûlés. Il modèle aussi des grillages qu'il peint ou incruste de plastique fondu et de matériaux divers. Il détourne des jouets d'enfants. Il emploie le béton cellulaire : « Je le sculpte comme on écrit un poème » explique t-il à ses visiteurs.

Chomo s'attaque à l'architecture et à l'art du vitrail : il construit trois bâtiments de bois, de grillage et de bouteilles, qui lui serviront à abriter ses très nombreuses oeuvres. Le premier s'appelle « Sanctuaire des bois brûlés » ; le deuxième, « L'Église des Pauvres », est agrémenté d'une rosace spectaculaire réalisée avec des bouteilles de couleur et le dernier, « Le Refuge », recouvert de capots de voitures.

C'est Clara Malraux qui attire l'attention du ministère des Affaires culturelles sur l'artiste. Après s'être essayé à la création musicale de style musique concrète, entre synthétiseur et poésie, le sculpteur devient cinéaste expérimental avec son film Le Débarquement spirituel, en collaboration avec le réalisateur Clovis Prévost et Jean-Pierre Nadau. Il s'y met en scène au milieu de ses oeuvres

Chomo meurt en 1999 entouré par ses créations, veillé par sa seconde épouse. Dix ans après sa mort, la Halle Saint Pierre organise sa première grande rétrospective.

Désormais, seuls les bâtiments sont conservés dans la forêt, toutes les autres œuvres transportables étant stockées ailleurs[Où ?] ou vendues.

Expositions[modifier | modifier le code]

  • L'ange du dernier cri, Le Grand Baz'art, Gisors, commissaires Laurent Danchin et Aurélien Demaison, du 1er au 3 juillet 2016
  • Faîtes un rêve avec Chomo !, Château de Tours, Tours, Commissaires Laurent Danchin et Aymeric Rouillac, du 5 décembre 2015 au 14 février 2016
  • Mutants, Outsider Art Fair, Paris, Commissaires Laurent Danchin et Aymeric Rouillac, du 23 au 26 octobre 2014
  • Faites un rêve avec CHOMO, exposition salle de l'horloge à Brantôme du 10 au 21 juillet 2011
  • Chomo, sélection de 99 œuvres, orangerie du château de Cheverny, Cheverny, commissaire-priseur Aymeric Rouillac, du 4 au 7 juin 2010
  • Les Bâtisseurs de l'imaginaire, L’Espace Saint Jean, Melun, du 10 avril au 10 juillet 2010
  • Chomo Le Débarquement spirituel, Halle Saint-Pierre, Paris, du 10 septembre 2009 au 7 mars 2010
  • Chomo à Milly – Chomo partout – Le grand créateur Chomo, Milly-la-Forêt, commissaire Josette Rispal, du 19 janvier au 3 février 1991
  • Expressions noires de Chomo, galerie Jean Camion, Paris, vernissage le 17 mai 1960 de 21 h à l’aube

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Laurent Danchin, Chomo, Paris, éditions de la Halle Saint-Pierre,
  • (en) Colin Rhodes, Outsider art : spontaneous alternatives, New York, N.Y, Thames & Hudson, (ISBN 9780500203347)
  • (en) John Maizels (préf. Roger Cardinal), Raw creation : outsider art and beyond, London, Phaidon, (ISBN 9780714840093).
  • Josette Rasle (dir.), Chomo, une sel porte de sorti -le rêve - !!!, bulletin de la société des P.T.T., Paris, 1991
  • Jean-Louis Lanoux, Chomo l’été, Chomo l’hiver, éditions Fondation Chomo, Achères-la-forêt, 1987
  • George R. Collins (dir.), Les bâtisseurs du rêve, Hachette Chène, Paris, 1980
  • Laurent Danchin, (propos recueillis par), Chomo, un pavé dans la vase intellectuelle, éditions Jean-Paul Simoën, Paris, 1978
  • Laurent Danchin Chomo L'ange du dernier cri Pensées, aphorismes et poèmes, Les Bombons de Mycélium

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Martin Wallace, Journey Into The Outside Nova Inch Films, diffusé sur Chanel (Royaume-Uni), 52 minutes, 1999
  • Antoine de Maximy, Chomo, diffusé sur Canal +, 1987. Disponible en Bonus dans l'intégrale "J'irais dormir chez vous"
  • Nohirito Nishimatsu, À la recherche d’une communauté idéale, produit pour la Japan Broadcasting Corporation
  • Claude et Clovis Prévost, Chomo : le fou est au bout de la flèche, diffusé sur Antenne 2, 1978
  • Édouard Logereau, Paris Secret, produit par Arthur Cohn, 1965

Sonographie[modifier | modifier le code]

  • Anne-Marie Amoros et Véronik Lamendour :
    • Merci d’avoir écouté… Chomo (1/2) France Culture, Les passagers de la nuit, 3 février 2010
    • Chomo des abeilles (2/2), France Culture, Les passagers de la nuit, 4 février 2010

Revue de presse[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]