Roger Bricoux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Roger Bricoux
Bricoux 1.png
Biographie
Naissance
Décès
Nom dans la langue maternelle
Roger Marie Joseph Léon BricouxVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Conservatoire national supérieur de musique et de danse (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Autres informations
Instrument
Distinctions
Premier prix du Conservatoire de Bologne
Premier prix du Conservatoire de Monaco
Plaque commemorating Roger Bricoux, Cosne-Cours-sur-Loire.jpg
Plaque commémorative à Cosne-Cours-sur-Loire

Roger Marie Joseph Léon Bricoux, né le à Cosne-sur-Loire et mort en mer dans la nuit du 14 au , est un violoncelliste français membre de l’orchestre du Titanic.

Biographie[modifier | modifier le code]

Bricoux a servi sur le Carpathia.
Roger Bricoux (ici en haut à droite, en 1912) est membre de l’orchestre du Titanic.

Roger Bricoux est né le rue de Donzy à Cosne-sur-Loire. Il est le fils de Léon Félix Bricoux, alors âgé de trente-trois ans, artiste musicien demeurant à ce moment-là à Monaco, et de Marie Rose Dherbier, alors âgée de vingt-huit ans, demeurant à Cosne-sur-Loire[1].

Titulaire du premier prix du conservatoire de Bologne, Roger Bricoux s’engage au début de l’année 1912 à bord du Carpathia de la Cunard Line où il rencontre le pianiste britannique Theodore Brailey, avant de rejoindre en avril le Titanic de la White Star Line[2][réf. à confirmer].

Il est le seul musicien français et le plus jeune membre de l’orchestre du Titanic. Il fait partie, avec les Britanniques Percy Cornelius Taylor et John Wesley Woodward, des trois violoncellistes de l’orchestre du Titanic[3]. Roger Bricoux meurt à son poste comme les sept autres musiciens de l’orchestre, lors du naufrage du Titanic en 1912. Son corps, à supposer qu'il ait été retrouvé, n’a jamais été identifié[3].

Après sa mort, les autorités américaines n’ont pas envoyé son certificat de décès et il est déclaré « insoumis » par l’armée française le [4]. Considéré comme « déserteur » lors de la mobilisation générale de la Première Guerre mondiale, il est rayé des contrôles de l'insoumission le , une fois l'avis de décès parvenu à cette date[5].

En 2000, grâce aux démarches de l’Association française du Titanic (AFT)[6], le tribunal de grande instance de Nevers fait compléter l'acte de naissance de Roger Bricoux à Cosne-sur-Loire par la mention marginale suivante : « Par jugement rendu le , la Chambre de la Famille du Tribunal de Grande Instance de Nevers a dit que l’intéressé, membre de l’équipage du Titanic, est décédé en mer, dans la nuit du 14 au 15 avril 1912. »

Le , une plaque commémorative est apposée dans le cimetière de Cosne-Cours-sur-Loire par la ville et la même association.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Registre d’état civil de Cosne-sur-Loire : « L'an mil huit cent quatre-vingt-onze, le premier du mois de juin à cinq heures du soir par devant nous Jouvence premier adjoint faisant les fonctions d'Officier de l'État civil de la commune de Cosne par délégation du maire. Est comparu Chapuy Élisa femme Guillemet âgée de vingt-huit ans sage femme demeurant à Cosne Place d'armes. Laquelle nous a présenté un enfant du sexe masculin né à Cosne ce jourd'hui à trois heures du soir et auquel elle a déclaré vouloir donner les prénoms de Roger Marie Joseph Léon. Lequel enfant est né de Bricoux Léon Félix, âgé de trente-trois ans, artiste musicien demeurant à Monaco et de Dherbier Marie Rose, âgée de vingt-huit ans son épouse, accouchée en sa demeure rue de Donzy. Les dites déclaration et présentation faites en présence de Perriot Jean Louis âgé de cinquante-huit ans propriétaire et Bonin Joseph Germain âgé de cinquante-neuf ans propriétaire, tous deux demeurant à Cosne. Et ont les déclarants et les témoins signé avec nous la présent acte après que lecture leur en a été faite. » Acte de naissance n° 79/1891 de la commune de Cosne-sur-Loire. Consulté le 11 avril 2012.
  2. (en) « Mr Roger Marie Bricoux », Encyclopedia Titanica. Consulté le 11 avril 2012.
  3. a et b (en) Jack Kopstein, The Valiant Musicians - Wallace Hartley and the Titanic Ship‘s Orchestra sur worldmilitarybands.com. Consulté le 11 avril 2012.
  4. Registre matricule n° 816/1911 du bureau de Nevers Cosne. Consulté le 2 octobre 2019.
  5. Registre matricule n° 816/1911 du bureau de Nevers Cosne,  : « Décédé à bord du bateau Le Titanic de Liverpool le 15 avril 1912. »
  6. Gérard Piouffre, Le « Titanic » ne répond plus, Larousse, coll. « L'histoire comme un roman », , 317 p. (ISBN 978-2-03-584196-4)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]