Roger Bonvin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Roger Bonvin
Illustration.
Photo officielle.
Fonctions
Président de la Confédération suisse

(1 an)
Réélection
Prédécesseur Nello Celio
Successeur Ernst Brugger

(1 an)
Élection
Prédécesseur Hans Schaffner
Successeur Willy Spühler
78e conseiller fédéral

(11 ans et 3 mois)
Élection
Réélection

Prédécesseur Jean Bourgknecht
Successeur Hans Hürlimann
Chef du Département des transports et communications et de l'énergie

(5 ans et 6 mois)
Prédécesseur Rudolf Gnägi
Successeur Willi Ritschard
Chef du Département des finances et des douanes

(5 ans et 9 mois)
Prédécesseur Jean Bourgknecht
Successeur Nello Celio
Conseiller national

(6 ans, 9 mois et 25 jours)
Législature 35e (1955-1959)
36e (1959-1963)
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Icogne (Suisse)
Origine Canton du Valais
Date de décès (à 74 ans)
Lieu de décès Sion (Suisse)
Nationalité Drapeau de la Suisse Suisse
Parti politique Parti Conservateur-Chrétien Social (PCCS)
Diplômé de École polytechnique fédérale de Zurich

Roger Bonvin
Conseillers fédéraux de Suisse
Présidents de la Confédération suisse

Roger Bonvin, né le à Icogne et décédé le à Sion, est une personnalité politique suisse, membre du Parti conservateur-chrétien social. Il est conseiller fédéral de 1962 à 1973 et président de la Confédération en 1967 et 1973.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il suit des études d'ingénieur en génie-civil de l’École polytechnique fédérale de Zurich à la suite desquelles il est responsable de la construction de barrages, dont celui de la Grande-Dixence. En 1955, il accède à la présidence de la commune de Sion et est élu au Conseil national.

Le , il est élu conseiller fédéral au 5e tour (Paul Torche étant l’autre finaliste). Il dirige d’abord le Département fédéral des finances et des douanes du au où il est confronté à la poussée inflationniste des années 1964-1966. Son « programme immédiat » de nouvelles recettes fiscales n’est pas accepté. Il prend ensuite la direction du Département des transports et de l’énergie du au où il préconise une conception générale de l’énergie et défend le nucléaire. Le coût élevé du tunnel de base de la Furka lui est vivement reproché.

Il est président de la Confédération en 1967 et en 1973.

Il décède en 1982 à Sion[1] d'un cancer du pancréas.

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Schweizer Lexicon et presse suisse