Roger Bernard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Crystal Clear app fonts.svg Cette page contient des caractères spéciaux ou non latins. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation…), consultez la page d’aide Unicode.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bernard.
Roger Bernard

Linguiste occidentalXXe siècle

Portrait de Roger Bernard

Professeur Roger Bernard

Biographie
Naissance
Décès (à 88 ans)
Nationalité France
Thématique
Formation Lycée Louis-le-Grand, École normale supérieure et Institut national des langues et civilisations orientalesVoir et modifier les données sur Wikidata
Profession Espérantiste et écrivainVoir et modifier les données sur Wikidata
Intérêts langue bulgare
Distinctions Belartaj Konkursoj de UEA (d), chevalier des Palmes académiques (d) et chevalier de la Légion d'honneur‎ (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Membre de Académie bulgare des sciencesVoir et modifier les données sur Wikidata

Roger Bernard, né le 5 août 1908 et mort le 11 avril 1997, est un linguiste et slaviste français de renom, spécialiste de langue bulgare, dont il était professeur à l'École nationale des langues orientales vivantes de Paris. Il était l'élève de Léon Beaulieux. Suivant les conseils du Prof. Paul Boyer, professeur à l'École normale supérieure, il s'inscrit au cours de langue bulgare donné par le professeur Iordan Ivanov en 1929-1930 et passe ses vacances d'été (1930) en Bulgarie. Ainsi débutе son histoire d'amour pour ce pays et sa culture.

Il a été parmi les premiers à être décoré de la médaille Cyrille et Méthode 1er niveau (distinction la plus importante en Bulgarie)[1].

Roger Bernard a également traduit de nombreuses œuvres de la littérature bulgare. Une partie de sa bibliothèque privée - ses livres en langues slaves - a été donnée par ses filles à l'Institut culturel bulgare à Paris[2],[3]

Biographie[4][modifier | modifier le code]

Enfance (1908-1915)[modifier | modifier le code]

Roger Bernard passe son enfance à Valence-sur-Rhône et dans les montagnes du Diois. À l'âge de 7 ans il ne sait ni lire, ni écrire et, au grand regret de ses parents, ne veut pas aller à l'école, préférant s'occuper des vaches et des chèvres de son grand-père.

Éducation (1915-1932)[modifier | modifier le code]

À l'école, un professeur réussit à donner à Roger la soif de la connaissance. Le futur linguiste reçoit son éducation primaire dans sa ville natale entre 1915 et 1926. En 1925, Roger Bernard gagne le deuxième prix de langue grecque dans un concours national des lycées et collèges. L'année suivante, il gagne le quatrième prix dans un concours de philosophie. À cette époque, Roger Bernard démontre un grand intérêt pour la langue grecque, pour l'allemand et pour la philosophie. De 1926 à 1928 il étudie au Lycée du Parc à Lyon. Entre 1928 et 1929 il étudie à Paris, dans le lycée Louis-le-Grand, puis de 1929 à 1932 à l'École normale supérieure à Paris. À cette dernière, il étudie d'abord l'allemand et, ensuite, la grammaire. Il se concentre surtout sur les bases grammaticales des langues indo-européennes du groupe balto-slave. Au même moment, il prépare une dissertation en philologie et un travail de diplôme sur Euripide, tout en suivant les cours de russe donnés par le professeur Paul Boyer à l'École nationale des langues orientales vivantes. Dans cette dernière il suit également les cours de bulgare du professeur Iordan Ivanov, remplacé plus tard par le professeur Leon Beaulieux. Il acquiert ses premières connaissances en vieux bulgare au Collège de France.

Lycée Louis-le-Grand

Enseignement et première publication (1932-1946)[modifier | modifier le code]

En 1932, Roger Bernard est agrégé de grammaire et en 1934 il est diplômé de l'ENLOV en langue bulgare. Entre temps, en 1933 commence sa carrière d'enseignant de français, de latin et de grec ancien. De 1933 à 1936 il enseigne ces matières au lycée d'Amiens et de 1936 à 1947, au Lycée Buffon à Paris. En 1946, Roger Bernard publie sa première œuvre scientifique : Étude étymologique et comparative de quelques mots bulgares concernant le vêtement et la parure. L'œuvre (56 pages) est accueillie chaleureusement par les critiques, dont l'académicien Stefan Mladenov, ce qui marque le début d'une longue liste de publications de grande qualité portant sur la langue et la culture bulgares.

Roger Bernard - bulgariste (1947-1977)[modifier | modifier le code]

En 1947, Roger Bernard devient professeur titulaire de bulgare et vieux-bulgare à 'École nationale des langues orientales vivantes, héritant de son professeur Leon Beaulieux. Il introduit dans le curriculum du programme l'apprentissage du vieux-bulgare ('le latin des slaves') et l'étude de la littérature bulgare du IXe au XIXe siècle. En 1961, Roger Bernard est élu membre étranger de l'Académie bulgare des sciences. De 1962 à 1977 il donne à la Sorbonne un cours de bulgare et de littérature bulgare médiévale, ainsi qu'un cours de grammaire comparée des langues slaves. Entre temps, en 1970, il devient docteur ès-lettres. Roger Bernard prend sa retraite en 1977.

Son œuvre[modifier | modifier le code]

L'œuvre très variée du Professeur Roger Bernard a pour but, avant tout, l'étude de la langue bulgare, des langues modernes balkaniques et de la littérature bulgare ancienne et moderne. Ses contributions les plus importantes sont au niveau de l'étude de l'étymologie de ces langues. Roger Bernard se pose souvent comme objectif l'explication de l'origine de mots complexes sur la base d'une vaste recherche bibliographique et d'études comparatives entre différentes langues slaves, baltes et indo-européennes. Il contribue pendant trente ans, et avec plus de 4000 fiches, au Dictionnaire étymologique bulgare (contributions aux tomes 2 et 3). Roger Bernard traduit également un grand nombre d'œuvres bulgares de l'époque médiévale et de la Renaissance bulgare, dont celles de Grégoire (Grigorij) Camblak (1365-1420), Ivan Vazov, Iordan Iovkov (1880-1937), Elin Pelin et Emilian Stanev (1907-1979). Ses contributions à la Revue des études slaves, dans la rubriques Chronique bulgare introduisent également la société française à la linguistique, à la littérature, au folklore, à l'ethnographie, à l'histoire et à l'archéologie bulgares.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Publications (liste sélective)[modifier | modifier le code]

  • 1946. Étude étymologique et comparative de quelques mots bulgares concernant le vêtement et la parure. Paris.
  • 1948. Mots grecs en bulgare. Bulletin de la Société linguistique de Paris, 44 (1).
  • 1951. Étymologies bulgares. Revue des études slaves, 27.
  • 1953. Le genre des augmentatifs bulgares en -яга et -уга. Revue des études slaves, 30.
  • 1954. Alcune osservazioni sul plurale secondo in bulgaro moderno. Ricerche Slavistiche, 3.
  • 1954. Les masculins en -а et en -я en bulgare moderne. Revue des études slaves, 31.
  • 1955. Quelques observations sur la seconde palatalisation en bulgare moderne. Сборник в чест на А. Теодоров-Балан (hommages à A. Teodorov-Balan).Sofia.
  • 1957. L'alternance я/е de l'ancien ь en bulgare moderne. Revue des études slaves, 34.
  • 1957. Quelques observations sur les substantifs en -ец en bulgare moderne, Dans Studia linguistica in honorem acad. S. Mladenov, Académie bulgare des sciences, p. 73-84.
  • 1959. Quelques mots du dialècte de Balgari. Revue des études slaves, 36.
  • 1960. Deux mots bulgares : вулгия 'sac de cuir' et гугла(кукол) 'capuchon'. Български език, 2.
  • 1960. Quelques mots d'emprunt dans le dialecte de Razlog d'après le tome XLVIII du Сборник за народни умотворения. - Езиковед. -етногр. изследвания в памет на С. Романски. София (hommages à S. Romansky)
  • 1961. Пролука 'conduit, passage étroit'. Revue des études slaves, 39.
  • 1962. Bulgare умърлушвам се 'se laisser abattre, perdre courage'. Revue des études slaves, 41.
  • 1964. L'étude de quelques racines slaves d'après le témoignage des dialectes bulgares. Mélanges À. Vaillant. Paris.
  • 1968. La langue bulgare. Visages de la Bulgarie. Paris.
  • 1968. Sur la localisation du Traité contre les bogomiles de Cosmas. Cyrillo-Methodianische Fragen. Wiesbaden.
  • 1979. Les échos d'une chanson de la Révolution française dans les Balkans : la Carmagnole. Етногр. и фолк. изследвания в чест на Х. Вакарелски. Sofia (hommages à H. Vakarelsky)
  • 1988. Panégyrique du patriarche Euthyme de Tarnovo par Grigorij Camblak. Revue des études slaves, 60. (hommages à Roger Bernard)

Références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • N. Donéev, « Le professeur Roger Bernard et l’ancienne littérature bulgare », Palaeobulgarica, vol. 3, no 4,‎ , p. 64-69
  • (bg) M. Филипова-Байрова, « Проф. Роже Бернар на осемдесет години », Palaeobulgarica, vol. 13, no 4,‎ , p. 3-7
  • (bg) M. Миланов, « Роже Бернар - in memoriam », Старобългаристика, no 3,‎ , p. 3-7
  • (bg) Т. Тодоров, « Сто години от рождението на Проф. Роже Бернар: живот, отдаден на България », Bulgarian Studies: Bulgarica,‎ , p. 77-83 (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]