Mega Man

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Rockman)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mega Man (homonymie).
Mega Man
Logo du premier jeu de la série.
Logo du premier jeu de la série.
Logo de la version japonaise du premier jeu de la série.
Logo de la version japonaise du premier jeu de la série.
Développeur Capcom
Inti Creates (2002-2010)
Éditeur Capcom
Personnalité Akira Kitamura, Keiji Inafune
Genre Jeu d'action-plate-formes
Lancement 1987 : Mega Man
Jeu phare

Plates-formes

Site officiel (en + ja) « Site officiel Mega Man »

Mega Man, ou Megaman, et Rockman au Japon, est une série de jeux vidéo d'action-plate-formes créée par Capcom. La franchise est l'une des plus populaires du domaine vidéoludique, et est très prolifique, composée de plus de cent-trente déclinaisons en jeu vidéo diverses et plus de 30 millions de jeux vendus dans le monde entier, en près de trente années d'exploitation (en juin 2015)[1]. La série originale Mega Man a donné naissance à plusieurs séries dérivées, Mega Man X, Mega Man Legends, Mega Man Battle Network, Mega Man Zero, Mega Man Star Force.

Description[modifier | modifier le code]

Mega Man[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Mega Man.

En 20XX, un robot très avancé du nom de Rock se fait transformer en robot de combat par son créateur, le professeur Light, pour affronter les armées de robots du sinistre docteur Wily. Il devient alors connu sous le nom de Mega Man[2],[3],[4].

Commencée en 1987 avec la sortie de Mega Man, la série originale, compte plus d'une vingtaine de jeux, dont une dizaine sur console de salon et cinq sur Game Boy, sans compter les nombreux remakes, portages et rééditions. À l'heure actuelle, elle est de loin la série la plus importante de ce qui est désormais une franchise[2],[3],[4].

En 2006, tous les jeux sortis sur console de salon (NES, Super Nintendo et PlayStation) ont fait l'objet d'une compilation sur PlayStation 2/Xbox/GameCube, Mega Man: Anniversary Collection. Une compilation similaire pour les jeux Game Boy était également prévue sur Game Boy Advance, mais semble avoir été abandonnée depuis[2],[3],[4].

En 2010, Capcom publie Mega Man 10 qui, à l'instar du précédent Mega Man 9, reprend la présentation graphique et sonore de la série sur NES. Il s'agit d'un jeu téléchargeable pour les consoles Wii, PlayStation 3 et Xbox 360[2],[3],[4].

Le 11 juin 2013, à l'issue du Nintendo Direct spécial E3, Mega Man a été annoncé dans le nouveau Super Smash Bros. for Nintendo 3DS / for Wii U, répondant à une longue attente des fans de la franchise nippone[5],[3],[4].

Le 19 décembre 2016, Capcom annonce la sortie de Mega Man Mobile de 1 à 6 sur Android et iOS en janvier 2017[6],[3],[4].

Mega Man X[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Mega Man X.

Suite directe de la série classique, Mega Man X se déroule 100 ans plus tard et tourne autour des aventures de X, ultime création du docteur Light. Son design et ses capacités seront reproduites par un célèbre chercheur de l'époque, le professeur Cain, dans la création d'une nouvelle race de robots, les Réploïdes. Malgré ses ambitions pacifiques, X est appelé à prendre les armes pour combattre les Mavericks, Réploïdes malfaisants et ennemis principaux de la série[7],[8].

Mega Man X marque le début d'une longue série composée de huit épisodes sur console de salon et deux sur console portable. Les trois premiers jeux (X1-X3) sont sortis sur Super Nintendo, y compris sur le territoire européen, tandis que les autres sont parus respectivement sur PlayStation (X4-X6) et PlayStation 2 (X7 et X8). Deux autres épisodes sont également sortis sur Game Boy Color[7].

Plusieurs adaptations ont été produites sur différentes consoles. Par exemple, tous les jeux de Mega Man X3 à Mega Man X8 ont fait l'objet d'un portage PC et d'une sortie sur les consoles de salon de Sony[7].

En 2006, Mega Man a fait l'objet d'un remake, Mega Man Maverick Hunter X, sur PlayStation Portable. Le jeu original s'est également retrouvé dans la compilation Mega Man X Collection, sortie sur PlayStation 2, GameCube et Xbox, qui regroupe les six premiers jeux de la série[7].

Mega Man Zero[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Mega Man Zero.

Mega Man Legends[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Mega Man Legends.

Des siècles après les évènements de Mega Man X et Mega Man Zero, la Terre se retrouve inondée par les eaux. La civilisation, contrainte de s'établir sur les quelques îles restantes, dépend désormais de l'utilisation de réfracteurs quantiques pour subvenir ses besoins énergétiques de plus en plus croissants[7].

En cette période précaire, un archéologue, le Professeur Barrel Caskett, découvre un petit garçon abandonné sur une île et l'élève aux côtés de sa propre petite-fille, Roll. Baptisé Mega Man Volnutt, d'après le personnage de jeu vidéo préféré de Roll, l'enfant grandit et assiste sa famille adoptive dans leurs expéditions[7].

Seulement, au cours de leurs aventures, les Caskett auront à en découdre avec les Bonne, une famille de pirates menée par le terrible Tiesel Bonne' et sa jolie sœur Tron Bonne (qui s'entiche de Mega Man) et des Reaverbots, mystérieuse race d'entités semi-robotiques et gardiens des réfracteurs quantiques[7].

Mega Man Battle Network[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Mega Man Battle Network.

Dans un univers parallèle à celui de Mega Man, les gens s'arrachent les NetNavis. Ces êtres cybernétiques humanoïdes (inspirées des personnages de la série classique) peuvent circuler sur Internet et y accomplir diverses tâches, telles que transmettre des messages, combattre des virus et opérer des mécanismes électroniques[7].

Lan Hikari, le héros, est le propriétaire de Battle Network, qu'il utilise pour contrecarrer les plans d'une organisation criminelle opérant sur le Web, WWW (ou World 3 ; Monde 3 dans la version française de l'anime), dirigée par le sinistre professeur Wily[7].

Composée de six volets (sans compter les versions alternatives et les titres exclusifs au Japon) et de plusieurs spin-offs sortis entre 2000 et 2006 sur plusieurs consoles, la série Battle Network compte parmi les contributions les plus importantes à la franchise Mega Man[7].

Mega Man Star Force[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Mega Man Star Force.

Deux siècles après la série Mega Man Battle Network, les gens ont abandonné les NetNavis au profit du Transer, ordinateur de poche capable d'interagir avec les ondes radio.

C'est au moyen de cette technologie que Geo Stelar, écolier solitaire et protagoniste de la série, fait la rencontre d'Omega-Xis, un extraterrestre provenant de la planète FM. Lorsqu'ils fusionnent, les deux êtres deviennent Mega Man, une puissante entité destinée à protéger la Terre des envahisseurs de la planète FM.

Débutée en 2006 sur Nintendo DS, la série Star Force se déroule dans le même univers parallèle aux autres séries de la franchise que Battle Network. Il y a trois volets.

Personnages[modifier | modifier le code]

Article connexe : Personnages de Mega Man.

Jeux[modifier | modifier le code]

Article connexe : Liste de jeux Mega Man.

Il existe de nombreux jeux dans série originale et chaque série dérivée, comprenant aussi de nombreux spin-off, et compilations.

Autres médias[modifier | modifier le code]

La franchise Mega Man dans son intégralité s'est vu déclinée sur plusieurs médias, dont:

Par ailleurs, comme d'autres franchises de jeux vidéo, Mega Man a été décliné dans de nombreux produits dérivés, tels que des portes-clés, des habits, des autocollants, ou des sacs[10].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (ja) Capcom, Rockman Character Collection, Japon, Capcom, , 56 p. 
  • (en) Capcom, Mega Man: Official Complete Works, Udon Entertainment, , 200 p. (ISBN 978-1-897376-79-9). 
  • Florent Gorges, Mickaël Guarné, Raphaël Pezet, Guillaume Verdin, Marc Pétronille, Christophe Delpierre et Benjamin Peray, L'Histoire de Capcom : 1983-1993 - Les Origines, Éditions Pix'n Love, , 300 p. (ISBN 9782371880337, présentation en ligne)
  • Collectif, Mega Man X : Le guide complet, , 160 p., 16,5 x 24 cm

Notes et références[modifier | modifier le code]