Rocket League

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Rocket League
Image illustrative de l'article Rocket League

Éditeur Psyonix
Développeur Psyonix
Panic Button (en) (Xbox One, Switch)
Concepteur Corey Davis
Musique Mike Ault, Hollywood Principle, Monstercat

Date de sortie Playstation 4, Windows
Xbox One
Linux, OS X
Nintendo Switch
Genre Course, football
Mode de jeu Campagne solo
Multijoueur
Plate-forme PlayStation 4
Xbox One
Linux, Mac et Windows
Nintendo Switch
Média Distribution numérique
Steam
Epic Games Store
Langue Anglais
Français
Italien
Allemand
Espagnol
Contrôle Clavier, souris (PC)
Manette (Xbox One, PlayStation 4, Steam Controller, Nintendo Switch)

Évaluation ESRB : E ?[1]
PEGI : 3 ?[2]
Moteur Unreal Engine 3

Site web rocketleague.com

Rocket League est un jeu vidéo de sport développé par Psyonix[3], sorti en sur Windows et sur PlayStation 4, en sur Xbox One, en sur Linux et Mac et en sur Nintendo Switch. Le jeu est gratuit depuis le

Le jeu est inspiré du football : deux équipes, composée de un à quatre joueurs conduisant des voitures, doivent frapper un ballon afin de marquer dans le but adverse. Les voitures sont équipées de boost et peuvent sauter, permettant de jouer le ballon dans les airs. Des mises à jour du jeu incluent également d'autres modes de jeu, se rapprochant du basketball ou du hockey sur glace.

Rocket League fait suite à Supersonic Acrobatic Rocket-Powered Battle-Cars, un jeu vidéo sorti en 2008 sur Playstation 3 et également développé par Psyonix. Bien que ce premier jeu ait reçu un accueil mitigé, une base solide d'amateurs a motivé le studio pour développer une nouvelle version, cette fois-ci disponible sur plusieurs plate-formes.

Le jeu est reconnu pour son style de jeu unique et a reçu de nombreuses distinctions. Le studio revendique plus de 10 millions de ventes en deux ans, au premier trimestre 2017, et 60 millions de joueurs en 2019.

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Rocket League est un mélange de jeu de voiture et de jeu de football (soccer). Par équipe ou en solo, le joueur contrôle un véhicule et peut ainsi frapper dans un ballon, avec pour objectif de marquer dans le but adverse. Le joueur peut utiliser une jauge de boost pour accélérer et/ou se maintenir dans les airs, sauter pour réceptionner une balle et initier un envol pour atteindre des balles en l'air, s'incliner en l'air, et peut aussi faire des dashs sur les côtés et vers l'avant pour gagner de la vitesse ou se repositionner. Pour recharger sa jauge de boost, le joueur peut aller en chercher dans des capsules (situées aux abords du terrain) ou sur des palettes éparpillées sur le terrain.

Des modes hockey sur glace, basket-ball, destruction de terrain, et avec pouvoirs sont également disponibles.

Le joueur peut personnaliser son véhicule avec divers objets classés en dix types (châssis, stickers, peintures, roues, turbos, accessoires, antennes, explosions de but, traînées et bruits de moteur). Les objets n'influent pas sur les caractéristiques des véhicules, hormis au niveau esthétique et les châssis qui possèdent chacun une différente hitbox et rayon de braquage [4]. Le joueur collecte des objets en fin de partie, classés selon leur rareté (courant, peu courant, rare, très rare, importé, exotique, marché noir, premium et limité) et s'ils sont peints ou certifiés. La plupart de ces catégories ne s'obtiennent que durant les parties en ligne ou dans les caisses (Système remplacé par les "plans" depuis 4 décembre 2019).

Il est également possible d'échanger des objets (sauf les Courants, Premiums et certains Limités) avec d'autres joueurs[5] ou pour obtenir des objets de meilleure facture dans le garage.

Du au 4 décembre 2019, le joueur pouvait aléatoirement obtenir des caisses après une partie en ligne. Elles contenaient des objets exclusifs mais s'ouvraient à l'aide de clés pouvant être obtenues via micro transactions. Une nouvelle caisse était ajoutée à chaque mise à jour. Depuis la mise à jour du , les clés et les caisses ont été respectivement remplacées par les crédits et les plans, ces derniers permettant de construire un objet défini (tandis que les caisses offraient des objets de façon aléatoire), ainsi que l'ajout d'une boutique d'objets.

À partir du , un système de Pass sous le nom de Rocket Pass a été mis en place. Il permet de débloquer des objets en fonction de l'expérience acquises. Une version premium permet de gagner d'autres objets et plus d'expérience.

Modes de jeu[modifier | modifier le code]

Rocket League contient différents modes de jeu tels que :

  • Duel : Jouez en un contre un ;
  • Double : Jouez en Deux contre Deux ;
  • Standard : Jouez en Trois contre Trois ;
  • Solo Standard (Sans « party ») : Jouez en Trois contre Trois (les groupes sont interdits, aucuns joueurs ne peuvent se connaitre) ;
  • Chaos : Jouez en Quatre contre Quatre ;
  • Jour de Neige : Jouez au hockey sur glace sur un terrain couvert de glace, Trois contre Trois en mode en ligne (sorti en pour une durée temporaire, fut disponible en mode hors ligne et en ligne à tout moment depuis
  • Rocket Labs : Jouez sur des arènes expérimentales avec effet "Tron", Trois contre Trois en mode en ligne (sorti en , supprimé en décembre 2016 mais les arènes restent disponible dans Rumble en mode en ligne puis réintégré en , puis de nouveau supprimé) ;
  • Paniers : Jouez sur un terrain de Basket, Deux contre Deux en mode en ligne (sorti en ).
  • Rumble : Jouez avec des power-ups, Trois contre Trois en mode en ligne (sorti en ).
  • Dropshot : Jouez sur un terrain composé de briques, Trois contre Trois en mode en ligne (sorti en ).

Mécaniques[modifier | modifier le code]

Rocket League comporte de nombreuses mécaniques de jeu plus ou moins avancées. Sa popularité vient aussi du fait que bien que le jeu soit sorti en 2015, les joueurs de tous niveaux découvrent de nouvelles manières de jouer encore aujourd'hui.

Parmi les plus courantes, citons :

  • Le dash : propulser sa voiture en avant, sur les cotés ou en arrière pour se déplacer.
  • Les aériennes : se déplacer dans les airs grâce au Boost.
  • Le pinch : consiste à coincer la balle entre deux surfaces solides (sol, mur, plafond, voiture) pour faire cliper la balle et la propulser à une vitesse élevée dans une direction.
  • L'airdrag : sauter du mur pour faire une aérienne.
  • Le ceiling shot : consiste à tomber du plafond et à taper la balle en dashant.
  • Le flip-reset : consiste à faire toucher les 4 roues de la voiture sur une surface (généralement la balle) pour reset le compteur de saut utilisé et ainsi profiter d'un saut supplémentaire. Le record est de 15 flip-resets en une fois et revient au joueur Ganer[6].
  • Le musty flick : consiste en l'utilisation du salto arrière de la voiture afin de propulser la balle vers l'avant plus rapidement[7].
  • Le breezi flick : variante complexifiée du musty flick qui consiste à réaliser un mouvement rotatif de la voiture avant d'effectuer le salto arrière[8].

Développement[modifier | modifier le code]

Le , Psyonix annonce le développement de Rocket League, suite du jeu Supersonic Acrobatic Rocket-Powered Battle-Cars (SARPBC)[9]. Le jeu est commercialisé le sur PlayStation 4 avec l'opportunité d'obtenir le jeu gratuitement grâce à sa présence dans la liste des jeux du mois de du Playstation Plus. Le jeu est également disponible sur Microsoft Windows via Steam.

Lors des Game Awards 2015, le jeu est annoncé sur Xbox One[10].

Psyonix a annoncé en janvier 2020 que dans le cadre d'une mise à niveau majeure au système de jeu, ils abandonneraient la prise en charge de macOS et Linux du jeu d'ici mars 2020[11]. Après mars 2020, ces versions ne pourront plus se connecter et utiliser les parties en ligne du jeu, mais pourront toujours être jouées en solo ou en multijoueur local[12]. Psyonix a déclaré dans un message de suivi que les joueurs macOS et Linux représentaient moins de 0,3% de la base de joueurs totale et ne pouvaient pas justifier de les conserver en tant que plateformes prises en charge car ils poussaient les autres plateformes vers une technologie plus récente, comme le changement de version de DirectX 9 à 11, avec macOS et Linux n'ayant rien d'équivalent. Le développeur a offert des remboursements complets du jeu pour les propriétaires sous macOS et Linux, quelle que soit la durée depuis laquelle ils possèdent le jeu[13].

Contenu téléchargeable[modifier | modifier le code]

Les châssis et objets en tant que contenus téléchargeables sont tous de qualité Premium. Depuis le , l'achat des contenus téléchargeables a été retiré, ces objets peuvent éventuellement revenir dans la boutique d'objets interne. Les trois premiers packs sont quand à eux inclus de base pour tous les joueurs.

Supersonic Fury[modifier | modifier le code]

Supersonic Fury est le premier pack DLC de Rocket League, sorti en août 2015[14]. Le DLC inclut notamment :

  • 2 châssis : Dominus (muscle-car américaine extrême) et Takumi (bolide de course clandestine japonais) ;
  • 12 stickers (6 pour chaque nouveau châssis) ;
  • 2 turbos : Nitreux et Burnout ;
  • 2 roues : Cristiano et Spinner ;
  • 5 peintures : Métal Brossé, Fibre de Carbone, Perle Métallique, Opalescent et Bois.

6 trophées/succès exclusifs peuvent être déverrouillés en utilisant les objets de ce contenu.

La Vengeance des Battle-Cars[modifier | modifier le code]

La Vengeance des Battle-Cars est le second pack DLC de Rocket League sorti le [15],[16]. Le DLC inclut notamment[17] :

  • 2 châssis provenant de Supersonic Acrobatic Rocket-Powered Battle-Cars : Scarab et Zippy ;
  • 12 stickers (6 pour chaque nouveau châssis) ;
  • 3 peintures : Brillant Dessin animé, Mat Dessin animé, Bois Dessin animé ;
  • 2 roues : Scarab et Zippy ;
  • 2 turbos : Accelerato et Battle-Stars ;
  • 4 accessoires : Cavalier, Locomotive, Lunettes pixelisées (issu du mème Thug Life) et Aileron de requin ;
  • 2 antennes : Ballon rétro – Urbain et Ballon rétro – Utopie.

5 trophées/succès exclusifs peuvent être déverrouillés en utilisant les objets de ce contenu.

Back to the Future[modifier | modifier le code]

Le DLC Back to the Future, sorti le , date à laquelle Marty McFly arrive dans le futur dans le film Retour vers le futur 2 dont le DLC s'inspire[18], inclut :

  • 1 châssis : DeLorean Time Machine.
  • 1 boost : OutaTime.
  • 1 peinture : DeLorean Time Machine.
  • 1 traînée : DeLorean Time Machine.

Une fois équipé, ce châssis inclut les roues et la traînée DeLorean Time Machine et le turbo OutaTime mais il ne sera pas possible de changer ceux-ci et on ne pourra pas équiper d'accessoire, d'antenne ou de sticker.

Chaos Run[modifier | modifier le code]

Chaos Run est le troisième pack DLC, sorti en décembre 2015, comprend[19],[20] :

  • 2 châssis : Ripper et Grog ;
  • 12 stickers (6 pour chaque nouveau châssis) ;
  • 2 peintures : Camouflages et Abîmé par le Soleil ;
  • 2 roues : Ripper et Grog ;
  • 2 turbos : Sandstorm et Écrous et boulons ;
  • 3 accessoires : Boombox, Crâne de vache et Mohawk ;
  • 3 antennes : Mât à bombe, Radioactif et Ballon rétro – Terrain vague.

5 trophées/succès exclusifs peuvent être déverrouillés en utilisant les objets de ce contenu.

Batman v Superman: Dawn of Justice Car Pack[modifier | modifier le code]

Sorti le à l'occasion de la sortie du film Batman v Superman: Dawn of Justice, ce DLC inclut :

  • 1 châssis : Batmobile (issue du film)

Une fois équipé, ce châssis inclut les roues, le turbo et la traînée Batmobile et l'explosion de but Batman mais il ne sera pas possible de changer ceux-ci (à l'exception de l'explosion de but) et on ne pourra pas équiper d'accessoire, d'antenne ou de sticker ;

  • 3 antennes : Batman, Superman et Wonder Woman.

NBA Drapeaux Pack[modifier | modifier le code]

Sorti le en même temps que le mode basket-ball, ce DLC inclut 30 antennes, chacune ayant le nom d'une équipe de NBA. Les développeurs ont annoncé qu'ils ne seront plus disponible à l'achat à partir du [21].

DC Super Heroes Pack[modifier | modifier le code]

DC Super Heroes est le quatrième pack DLC de Rocket League sorti le [22]. Le DLC inclut:

  • 2 châssis provenant de la série Batman : 89 Batmobile et The Dark Knight Rises Tumbler ;
  • 8 stickers (1 pour chaque châssis de base, sauf pour Backfire et Gizmo), ainsi que un sticker pour The Dark Knight Rises Tumbler ;
  • 9 bannières de joueurs : DC, Aquaman, Batman, Cyborg, Flash, Green Arrow, Green Lantern, Superman et Wonder Woman ;
  • 2 roues : Flash et Wonder Woman ;
  • 1 turbo : Speed Force.

Les roues Flash et les bannières DC et Flash étaient exclusives à l'avance dans l'édition collector du jeu à partir du .

Jurassic World Car Pack[modifier | modifier le code]

Sorti le à l'occasion de la sortie du film Jurassic World: The Fallen Kingdom en salle le de cette même année[23]. Ce DLC inclut :

  • 1 châssis : Jurassic Jeep® Wrangler (issue du film)

Une fois équipé, ce châssis inclura les roues Jurassic Jeep® Wrangler mais il ne sera pas possible de changer les roues et ne pourra pas être équipé d'accessoire, d'antenne et de sticker ;

  • 1 accessoire : Jurassic Park Hard Hat ;
  • 3 bannières de joueurs : Jurassic Park, Jurassic World et Mr DNA ;
  • 3 antennes : InGen, Jurassic Park et Jurassic World ;
  • 1 explosion de but : T. rex.

Contenus indépendants[modifier | modifier le code]

Au fil des mises à jour, de nouvelles voitures DLC furent ajoutées à la salle d'exposition où il est possible de les acheter séparément. Chaque châssis acheté inclut également une roue et six stickers.

Les châssis Aftershock, Marauder, Esper et Masamune étaient exclusifs précédemment à l'édition collector du jeu sortie le en Europe et le en Amérique du Nord, jusqu'au .

Musiques[modifier | modifier le code]

Au fil des saisons, Psyonix ajoute des pistes musicales de leur jeu que nous pouvons principalement entendre dans le menu de ce dernier.

Rocket League (Official Game Soundtrack)[modifier | modifier le code]

  • Mike Ault - Rocket League Theme
  • Mike Ault - Angel Wings
  • Mike Ault - Darkness
  • Mike Ault - Flying Forever
  • Mike Ault - I Can Be
  • Mike Ault - In My Dreams
  • Mike Ault - Lacuna
  • Mike Ault - Love Thru The Night
  • Mike Ault - We Speak Chinese
  • Hollywood Principles - Seeing Whats Next
  • Hollywood Principles - Whiplash

Rocket League (Official Game Soundtrack Vol. 2)[modifier | modifier le code]

  • Hollywood Principles - Fireworks
  • Hollywood Principles - Breathing Underwater (Ether Remix)
  • Mike Ault - Looking To The Future
  • Mike Ault - Escape From L.A. (Instrumental)
  • Hollywood Principles - Seeing Whats Next (Kev Frey Remix)
  • Mike Ault - When The Lights Come On
  • Mike Ault - Hard Buzz
  • Mike Ault - Game Time
  • Kevin Riepl - Scorched Earth
  • Mike Ault - Rcls Theme
  • Adam B. Metal - Rocket League Throwback Anthem

Rocket League x Monstercat Vol. 1[modifier | modifier le code]

  • Tokyo Machine - Rock It
  • Rogue - Fury
  • Slushii - Luv U Need U
  • Tristam - Bone Dry
  • Grant - Weapon (ft. Baum)
  • Feint - Outbreak (ft. Mylk)
  • Vicetone - Apex
  • Droeloe - Collisions
  • Subtact - Call Me
  • Trivecta - Break Me (ft. Karra)
  • WRLD - Drift Away
  • Notaker - Wake Up, You're Dreaming
  • Conro - All Me
  • Ephixa - Skyforth
  • Rameses B - Play To Win (ft. Holly Drummond)
  • Aero Chord - Drop It
  • Eminence - 0202
  • Zero Hero - Twilight

Rocket League x Monstercat Vol. 2[modifier | modifier le code]

  • Koven - My Love
  • Stonebank - What Are You Waiting
  • Pegboard Nerds - Party Freaks (ft. Anna Yvette)
  • Slippy - Flow
  • Protostars - New Horizons
  • Intercom - Truth And Malice

Rocket League x Monstercat Vol. 3[modifier | modifier le code]

  • Stepehn Walking - Glide
  • Dion Timmer - Shiawase
  • Bad Computer - Silhouette (ft. Skyelle)
  • Duumu - Keep You (ft. Sundial)
  • Soupandreas, Inverness - Hours
  • Aiobahn, Vin - About U

Rocket League x Monstercat Col. 4[modifier | modifier le code]

Rocket League x Monstercat Vol. 5[modifier | modifier le code]

  • Rogue - Badlands
  • Grant - Castaway
  • Smle - Runnin (ft. Nick Smith)
  • Rootkit - Oh You
  • Hyper Potions, Nokae - Expedition
  • CloudNone - From Here

E-Sport[modifier | modifier le code]

Dès 2016, les développeurs du jeu font part de leur souhait de faire entrer Rocket League sur la scène esport[24]. Cela se concrétise quelques mois plus tard par l'annonce du tournoi phare de la scène compétitive Rocket League, les Rocket League Championship Series (RLCS)[25].

Accueil[modifier | modifier le code]

Critique[modifier | modifier le code]

Aperçu des notes reçues
Presse numérique
Média Note
Gameblog (FR) 4/5[26]
Gamekult (FR) 7/10[27]
GameSpot (US) 9/10[28]
IGN (US) 8/10[29]
Jeuxvideo.com (FR) 16/20[3]
Agrégateurs de notes
Média Note
Metacritic 85/100[30]

Le jeu a été bien reçu par les critiques et les joueurs avec une note moyenne de 86,79 % sur l'agrégateur de critiques GameRankings.

L'ajout fréquent d'objets, les fonctions clés et caisses et Rocket Pass ainsi que les échanges prolongent sa popularité, ainsi que les nombreuses personnes qui y jouent sur les réseaux sociaux.

Ventes[modifier | modifier le code]

En septembre 2015, Jeremy Dunham, vice-président de Psyonix, annonce que le jeu dépasse régulièrement le million de joueurs actifs et que la fréquentation des joueurs ainsi que la durée de jeu sont en augmentation[32]. En octobre 2015, Psyonix déclare que le jeu a été téléchargé plus de six millions de fois, dont un million sur PC[33].

En , Psyonix annonce 20 millions de joueurs en tout depuis la sortie[34]. Le , Psyonix annonce que le jeu a été écoulé à 8 millions d'exemplaires tandis que 22 millions de joueurs ont joué au jeu sans forcément en faire l'acquisition[35]. Sony évoque que Rocket League est le jeu le plus vendu du PlayStation Store en 2016.

En , ce sont 10,5 millions d'exemplaires qui ont trouvé preneur[36]. En , le nombres de joueurs passé sur le jeu s'élève à plus 50 millions, puis 60 millions en 2019[37]. Lors de la conférence de l'E3 2019, les développeurs ont déclaré qu'il voyaient bien le jeu tenir 10 ans, voire même 20 ans.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « ESRB info » (consulté le 6 mai 2017)
  2. « PEGI info » (consulté le 6 mai 2017).
  3. a et b « Rocket League »
  4. https://docs.google.com/spreadsheets/d/1pa63wqAvgRYDh23cSSjT1r-K_Qe6AFIcwzEDZjwyadM/htmlview?usp=drive_web&sle=true
  5. « Incoming: New Rare Items and Trade-In System »,
  6. « World Record First Pentadeca [15] Reset! » [vidéo], sur YouTube (consulté le 28 juillet 2020).
  7. amustycow, « Musty flick », sur youtube.fr, (consulté le 20 mars 2020)
  8. rehzzy, « breezi flick », sur youtube.fr, (consulté le 20 mars 2020)
  9. « Psyonix Forums • View topic - Battle-Cars 2 Official Name Announcement »
  10. (en) « Rocket League Coming to Xbox One », sur IGN, (consulté le 4 décembre 2015).
  11. (en) Ryan Gilliam, « Rocket League drops Mac and Linux support », sur Polygon, (consulté le 27 avril 2020)
  12. (en) Jay Peters, « Rocket League is killing online multiplayer on macOS and Linux », sur The Verge, (consulté le 27 avril 2020)
  13. (en-US) Imogen Beckhelling, « Rocket League ending Mac and Linux support because they represent “less than 0.3%” of active players », sur Rock, Paper, Shotgun, (consulté le 27 avril 2020)
  14. « Rocket League apporte de nouvelles maps, véhicules, modes de jeux et trophées en août »
  15. « Rocket League : Revenge of The Battle Cars sur Jeuxvideo.com »
  16. « Rocket League : Revenge of the Battle-Cars DLC Trailer - Trailer de jeu vidéo - Gamekult »
  17. « Le DLC pour Rocket League, Revenge of the Battle-Cars arrive bientôt ! »
  18. « Rocket League s’enrichit ce mois-ci du DLC Back to the Future »
  19. « Le DLC Rocket League: Chaos Run arrive en décembre »
  20. « L'arrivée du DLC Chaos Run - Rocket League »
  21. « NBA Flag Pack Delisting on September 28 », sur Rocketleague.com, (consulté le 6 juillet 2020).
  22. « DC Super Heroes DLC Coming in March », sur Rocketleague.com, (consulté le 6 juillet 2020).
  23. (en-US) « Jurassic World », sur Rocket League® - Official Site (consulté le 5 juin 2018)
  24. (en)Tamoor Hussain, « Rocket League Dev Explains New Esports Drive », 15 février 2016 (consulté le 10 août 2020)
  25. (en)Eddie Makuch, « Rocket League Pro League Announced, Offers $75,000 in Prizes », 2 mars 2016 (consulté le 10 août 2020)
  26. « Rocket League (PS4) », sur Gameblog
  27. « Rocket League », sur Gamekult
  28. « Rocket League »
  29. « Rocket League (PlayStation 4) »
  30. « Rocket League », sur Metacritic
  31. « Rocket League for Windows (2015) », sur MobyGames
  32. « Rocket League dépasse régulièrement le million de joueurs actifs »
  33. Benjamin Bouvier, « Rocket League : Psyonix nous donne des chiffres »,
  34. « Rocket League : plus de 20 millions de joueurs connectés ! », sur jeuxactu.com, (consulté le 6 octobre 2016).
  35. ChewbieFR, Rocket League : 8 millions d'exemplaires ont été écoulés !, 1er novembre 2016, Jeuxvideo.com.
  36. daFrans, Rocket League : 10,5 millions d'exemplaires vendus, 13 mars 2017, Jeuxvideo.com.
  37. Clementoss, Rocket League : 60 millions de joueurs l'ont essayé quatre ans après sa sortie, 14 Juillet 2019, Jeuxvideo.com.

Liens externes[modifier | modifier le code]