Rock en espagnol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le rock en español est la musique rock composée et interprétée en espagnol. Le terme rock en español ne prend pas en compte des groupes et artistes ibéroaméricains qui chantaient en anglais pendant les années 1960, raison pour laquelle beaucoup des personnes préfèrent le terme « rock ibéroaméricain ».

Une autre terme « rock latino » (latin rock en anglais), pose aussi des problèmes parce qu'il fait davantage allusion à la fusion entre la musique traditionnelle latine et le rock qu'à un critère géographique ou idiomatique. Une autre donnée aussi importante est que les principales bandes de rock latin proviennent l'Argentine, du Chili, la Colombie et le Mexique.

Le rock en espagnol n'a pas eu un son caractéristique et a embrassé des types traditionnellement étrangers au rock, mais qui ont été intégrés aux manifestations musicales urbaines latino-américaines et des Caraïbes, comme le ska ou le hip-hop.

Le rock en espagnol a trouvé sa propre identité en se démarquant du rock anglo-saxon.

Histoire[modifier | modifier le code]

Un événement important du rock en espagnol a été l'adaptation de « La Bamba », chanson traditionnelle mexicaine, effectuée par Ritchie Valens, pseudonyme avec lequel le californien Ricardo Valenzuela dissimulait son origine mexicaine. Le soudain décès de Valens dans un accident d'aviation, a tronqué l'espoir de voir vers où pouvait évoluer cette tendance.

Après une production de rock de cinquante années dans les différents pays, le rock en langue espagnole est devenu un produit attrayant pour l'industrie musicale, considérant la demande des gens pour écouter du rock dans leur langue maternelle, ainsi que le développement économique de l’Amérique latine et de l'Espagne. Tout cela a permis le surgissement d'une industrie musicale.

Pour pouvoir être commercialisé d'une manière efficace, le label musical BMG Ariola a décidé d'étiqueter son catalogue d'artistes comme Rock en tu idioma (« Rock dans ta langue ») où il incluait principalement des membres de la new wave. D'autres maisons de disques se sont rapidement unies à ce concept (apparaissent d'autres termes semblables comme Rock en castellano (« Rock en castillan»), ou Rock con ñ (« rock avec ñ »), mais seul le terme de Rock en español (« rock en espagnol» ) survit), et commençait à croître nombre de groupes, jusqu'au point où on a pu parler de façon sure d'un boom commercial.

Avec le début de la mondialisation dans les années 1980, les rockers qui vendaient déjà dans leurs pays un bon nombre d’albums, ont commencé à être internationalisés. Cela a permis aux grandes maisons de disques internationales de faire signer des contrats au niveau latinoaméricain à des artistes qui n'étaient jusque-là connus qu'à un niveau national. Les premiers artistes à chercher cette internationalisation ont été Charly García et Soda Stereo, pour l'Argentine ; Héroes del silencio (« Héros du silence »), « Mecano », Hombres G (« Hommes G ») et La unión (« L'Union »), pour l'Espagne; et El Tri'' (« Le Tri »), Caifanes, Kenny y los Eléctricos (« Kenny et les électriques »), pour le Mexique. L'effet a profité à des artistes de différents types au-delà de la new wave, avec des groupes comme Barón Rojo(« Baron Rouge ») et Ángeles del infierno (« Anges de l'Enfer ») qui interprétaient du heavy metal, ou La Polla Records (« La Poule Disques») et Los violadores (« Les violeurs ») qui touchaient au punk. Ils ont reçu une plus grande attention au niveau international). Les artistes d'autres pays, tels Los Prisioneros (« Les Prisonniers ») du Chili, ont joui d'une grande popularité dans de nombreux pays en vendant des centaines de milliers de disques et d'autres groupes mineurs comme Océano « Océan » et Los 33 (« Les 33 ») de Panama et le groupe Río (Fleuve) du Pérou sont parfois arrivés à placer certains hits hors de ses pays.

Les maisons de disques ont été disposées à continuer à favoriser une nouvelle génération d'artistes, cette fois d'une plus grande diversité musicale et dont un bon nombre jouirait d'une plus grande crédibilité musicale. On peut souligner Duncan Dhu, Héros du Silence, Les Toreros Morts y Radio Future, pour l'Espagne ; Miguel Mateos et Los Fabulosos Cadillacs, pour l'Argentine; ou encore Caifanes, Manne y Phobie par le Mexique.

Le style musical rock est basé sur la fusion de genres distincts, spécialement de la musique noire américaine.

Rock par pays[modifier | modifier le code]

Argentine[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Rock argentin.

Bolivie[modifier | modifier le code]

Chili[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Rock chilien.

Les débuts du rock au Chili, on peut trouver avec Bill Halley y sus Cometas, un chanteur comme Peter Rock, qu'est devenu le premier idole local en chantant des covers et en émulant la performance d' Elvis Presley. Toutefois, le premier grand point de repère du Chilien rock est donné dans la décennie de de la soixante, avec un groupe de jeunes motivés par le rock and roll, jazz et le twist appelés Los Ramblers ils obtiendraient une grande reconnaissance publique à travers leur présentation dans une exposition de Radio Minería de Santiago et postérieurement, avec le lancement du sujet Rock del Mundial (Rock du mondial), pour motif de le Championnat Mondial de Football, qui serait effectué vers le milieu de 1962 au Chili. Dans la seconde moitié des années 1960, est apparue une scène intéressante, après le succès de bandes comme Los Jockers et Los Mac's, de fort intérêt dans la musique folklorique. Cela donnerait naissance au mouvement appelé La Nueva canción chilena (La Nouvelle Chanson Chilienne), qui influencerait fortement la scène rockera de ce temps. Ils sont en outre soulignés le Los Jaivas, ceux qui avec sa combinaison de rock progressif avec musique andine se sont présentées dans les principaux théâtres de l'Europe avec son son révolutionnaire et unique dont la chanson Todos Juntos (« Tous Ensemble ») il s'est transformé un hymne qui coïncidait avec l'entrée de Pinochet au pouvoir, et qui jusqu'à aujourd'hui parcourent une partie de l'Amérique du Sud avec un succès indéniable et une diffusion surtout après l'œuvre sommet Hauteurs de Machu Picchu, basé la musicalisation de Canto General (la Chanson Générale) du poète prix Nobel Chilien Pablo Neruda. D'autres importantes bandes de ce mouvement ont été Congreso (Congrès) et Los Blops. Pendant les années 1980, ils apparaissent Los Prisioneros (Les Prisonniers) après la disparition progressive des groupes de la génération précédente. Son message clair et direct, a permis qu'ils jouissent d'une forte base de fans qui produirait l'intérêt de du multinationale de l'époque. Son son qui variait entre le new wave et le rockabilly ajouté à des lettres de titres comme « El baile de los que sobran » (la Danse dont ils Dépassent) ou « Muevan las industrias » (Déplacent les Industries) il a permis d'être la bande la plus internationale que cette décennie en triomphant dans des pays comme la Colombie, le Pérou, la Bolivie, Équateur et le Venezuela, postérieurement le canal MTV latin il choisirait son vidéo « We are sudamerican rockers » pour ouvrir le signal, étant donné la signification de la chanson. Postérieurement en 1990, avec l'album Corazones, avec des chansons emblématiques comme « Tren al sur » (Train au sur) et « Estrechez de corazón » (Étroitesse de coeur), Los Prisioneros vivent leur consolidation au niveau continental.

Colombie[modifier | modifier le code]

Bien avant la nouvelle vague les Danger Twist, les Daro Boys et les Daro Jets qui ont enregistré sur des disques. Daro depuis les années soixante s'est développé un mouvement musical inspiré le Britannique rock et l'Américain, outre la musique ibérienne, appelé la Nueva Ola (Nouvelle Vague),le GO-GO et le YE-YE.

Panamá[modifier | modifier le code]

On peut trouver des groupes comme:

  • Xantos Jorge
  • Océano
  • Los 33
  • Cage9
  • Tierra de Nadie
  • Peso Neto
  • Cabeza de Martillo
  • Los Rabanes
  • Los Gnomos
  • Filtro Medusa
  • Os Almirantes
  • Factor VIII
  • Señor Loop
  • Cienfue

Cuba[modifier | modifier le code]

Équateur[modifier | modifier le code]

Espagne[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Rock espagnol.

États Unis[modifier | modifier le code]

Tito & Tarantula

Mexique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Rock mexicain.
Mana
Café Tacvba
Fobia

Santana

Pérou[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Rock péruvien.

Au Pérou sont apparus depuis 1960 des groupes comme:

  • Los Alfiles (avec Cocho Arbe)
  • Los Stars (avec les frères Barreda et Jaime Álvarez Calderón)
  • el Conjunto Astoria (con Walter Ugarte y Roberto Noriega)
  • Los Átomos
  • Los Saicos
  • Los Shain’s
  • Los Brit’s
  • Los Doltons
  • Los Incas Modernos (avec Manuel García)
  • César Altamirano
  • Joe Danova
  • Jean Paul el Troglodita

République dominicaine[modifier | modifier le code]

Uruguay[modifier | modifier le code]

Venezuela[modifier | modifier le code]

Quelques chansons importantes[modifier | modifier le code]

Argentine

Chili

Colombie

Mexique