Rock à Bordeaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Cet article présente les faits saillants de l'histoire du rock à Bordeaux en France. On y retrouve aussi une liste des groupes et artistes rock bordelais ainsi qu'une liste de salles de spectacles rock de la ville.

Historique[modifier | modifier le code]

Le rock à Bordeaux apparaît dans les années 1960 avec Tony March qui montera le premier groupe bordelais avant de créer Les Blousons Noirs puis il se lancera dans le cinéma. On le retrouve d'ailleurs dans La Bicyclette bleue. Bordeaux connaît elle aussi sa période Punk en 1977 avec des groupes comme Strychnine ou encore Stalag.

Le rock à Bordeaux s'est ensuite diversifié à partir du début des années 1980 avec une vague de plusieurs groupes comme Les Stagiaires les Stilettos et bien sûr Gamine, Noir Désir et Kid Pharaon. En 1981 se constitue l'association Rockotone qui pendant 3 années servira de tremplin aux groupes locaux, en leur offrant un lieu dédié et en leur trouvant des lieux pour pouvoir jouer et des tremplins enregistrés par Fr3. En 1982, cette association produira le festival Boulevard du Rock à la salle des fêtes du grand parc, qui permettra à une trentaine de groupe locaux de sur une vraie scène et dans de bonne condition, pendant une semaine, avec la présence de nombreux journalistes de Rock et de médias. Cette année là, Bordeaux fut déclaré capitale française du Rock, et une célèbre double page d'Actuel montrant l'ensemble des groupes de la région posant sur les quais de Bordeaux devant les hangars fera le tour de France. Des artistes de notoriété internationale, tels que les Ramones et Klaus Schulze venaient jouer à Bordeaux notamment à la « salle du grand parc » aujourd'hui fermée, ce qui provoqua une polémique chez les amateurs de rock.

Dans les années 90, Noir Désir pleinement installé dans le paysage crée le festival « Un jour à Bordeaux », sur les ruines de la gare d'Orléans, devenue maintenant un cinéma, seul et unique festival jusqu'alors autorisé dans le centre-ville,

Une vingtaine de groupes y sont conviés, 20 000 personnes sont réunies.

Les petits groupes sont soutenus par ces derniers, mais les salles ferment une à une, le Rock est placé au second rang au profit des musiques actuelles (Électroniques) subventionnées par la Mairie et l'État.

Heureusement, les grosses structures telles que la Rock School Barbey n'ont de cesse de soutenir les groupes émergents par divers évènements. Mais à part, eux c'est le désert, rien n'est fait pour aider les groupes à fort volume sonore.

Depuis les années 2000, dans une absence totale de moyens, des groupes se démènent pour donner un accès correct au public dans des salles et des bars qui sont malmenés par le voisinage et une mairie qui souhaite voir disparaître les concerts en centre-ville[réf. nécessaire] par des mesures drastiques.

Le Rock à Bordeaux demeure puissant et riche, la scène Rock Indépendant à Bordeaux est plus que jamais prête à faire savoir qu'elle existe mais a d'énormes difficultés pour se faire connaître par un manque de salles.

Liste de groupes et artistes de rock bordelais[modifier | modifier le code]

Salles de spectacle et bars rock[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Log into Facebook », sur Facebook (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • L'ouvrage intitulé Bordeaux Rock(s): 1960-2005 fait la synthèse de plus de 45 ans de rock à Bordeaux (ISBN 2859206906).

Lien externe[modifier | modifier le code]