Roches-Bettaincourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Roches-Bettaincourt
Image illustrative de l'article Roches-Bettaincourt
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Haute-Marne
Arrondissement Saint-Dizier
Canton Bologne
Intercommunalité Communauté de communes de la Vallée du Rognon
Maire
Mandat
Laurent Hasselberger
2014-2020
Code postal 52270
Code commune 52044
Démographie
Population
municipale
579 hab. (2015 en diminution de 7,95 % par rapport à 2010)
Densité 14 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 18′ 24″ nord, 5° 15′ 06″ est
Altitude Min. 220 m
Max. 389 m
Superficie 41,38 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Roches-Bettaincourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Roches-Bettaincourt

Roches-Bettaincourt est une commune française, située dans le département de la Haute-Marne en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village de Roches-Bettaincourt est la réunion de deux communes, Roches-sur-Rognon et Bettaincourt. Roches est elle-même divisée en deux hameaux, un principal et un faubourg, délimité par la route départementale, appelé Cultru, ancien Curtru dont le nom latin est, peut-être, Curtus Rivus[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008   Denis Soprani    
mars 2001 mars 2008 Angelo Manzoni    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[3].

En 2015, la commune comptait 579 habitants[Note 1], en diminution de 7,95 % par rapport à 2010 (Haute-Marne : -2,65 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
307 362 344 400 463 496 606 641 625
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
683 778 711 652 649 616 570 566 560
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
576 507 523 508 515 501 480 405 459
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
449 421 694 750 636 598 607 629 579
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Ancienne forge, devenue par la suite une tréfilerie, puis une usine vouée à la fabrication de pointes (clous) et de grillage à mailles hexagonales. Elle a fermé dans les années 1970.
  • Château de Roches-sur-Rognon (XVIIe siècle).
  • Les deux églises : la commune résultant de la fusion de deux villages autrefois indépendants, possède deux églises, l'une à Roches, l'autre à Bettaincourt.
  • Celle de Roches a été construite peu après la proclamation par le pape Pie IX (le 8 décembre 1854 dans la bulle Ineffabilis Deus) du dogme de l'Immaculée Conception, d'où le sujet de la fresque décorant son chœur.
  • Le chœur de celle de Bettaincourt possède également plusieurs fresques. Celles de la voûte juxtapose plusieurs scènes de l'Histoire Sainte. L'une de ces scènes représente l'empereur du Saint-Empire romain germanique Henri IV agenouillé devant le pape Grégoire VII pour que ce dernier lève l'excommunication qui le frappait : fait historique de 1077 ayant donné l'expression "aller à Canossa".
    • Quant à la fresque de la paroi du fond du chœur elle représente une "Cène", c'est-à-dire le moment où selon la foi chrétienne Jésus a institué l'Eucharistie en présence de tous ses douze apôtres. Cette fresque est entachée d'erreur : onze apôtres seulement y figurent, comme si l'un d'eux, Judas, avait déjà quitté les lieux pour livrer Jésus aux Pharisiens. Or les quatre Évangiles concordent sur ce point : Judas a assisté à l'institution de l'Eucharistie ; il n'a quitté les lieux qu'après.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Louis Richard, Alain Catherinet, Origine des noms de communes, de hameaux et autres lieux habités anciens et modernes de Haute-Marne, D. Guéniot éditeur, 2004 p. 109
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  6. Souvenirs de ma vie, par Marcel Thil, seconde partie, dans « Match, l'intran » du 27 septembre 1932 disponible sur Gallica