Rochegude (Drôme)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rochegude.
Rochegude
Rochegude (Drôme)
Le château de Rochegude.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement Nyons
Canton Le Tricastin
Intercommunalité Communauté de communes Drôme Sud Provence
Maire
Mandat
Didier Besnier
2014-2020
Code postal 26790
Code commune 26275
Démographie
Population
municipale
1 582 hab. (2015 en augmentation de 7,62 % par rapport à 2010)
Densité 86 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 14′ 59″ nord, 4° 49′ 46″ est
Altitude Min. 83 m
Max. 284 m
Superficie 18,3 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte administrative de la Drôme
City locator 14.svg
Rochegude

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte topographique de la Drôme
City locator 14.svg
Rochegude

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rochegude

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rochegude

Rochegude est une commune française située dans le département de la Drôme en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Rochegude est située à 13km au sud-est de Saint-Paul-Trois-Châteaux (chef-lieu du canton), à 14 km au nord d'Orange à 7 km à l'est de Bollène et 30 km au sud-est de Montélimar. Avignon est à 40 km et Valence à 69 km. Le village est à 1h30 de Montpellier, 1h20 de Grenoble et Gap , 1h40 de lyon ou Marseille , et 1h50 de Saint-Étienne.

Les communes les plus proches sont Bollène, Lagarde-Paréol, Suze-la-Rousse, Uchaux et Sainte-Cécile-les-Vignes.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Sismicité[modifier | modifier le code]

La commune est classée en zone de sismicité modérée[1].

Hydrographie et les eaux souterraines[modifier | modifier le code]

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme latinisée Roca Acuta en 1236[2].

Il s'agit d'un type toponymique occitan basé sur l'élément ròca, ròcha correspondant du français roche, mot prélatin. Il signifie en toponymie « montagne, butte rocheuse », puis « château fort bâti sur une butte »[3]. Le second élément représente l'occitan aguda « aiguë ». Ròca aguda ou Ròcha aguda est devenu Ròcaguda ou Ròchaguda (si le parler de la commune est totalement ou partiellement vivaro-alpin, comme l'immense majorité des parlers de la Drôme[4]), mal francisé en Rochegude par la suite. Voir la forme choisie dans l'article en occitan.

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité au Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Le vicus d’Albagnanius (Albagnanet) était l’un des plus anciens de la région. On a trouvé sur son emplacement de nombreux objets de l’âge de pierre ainsi que plusieurs sarcophages gallo-romains notamment celui d’un personnage appelé Accarius. Il a longtemps dépendu par moitié du Comtat Venaissin et du Dauphiné ; de là, pendant des siècles, une division en deux parties de la seigneurie, l’une comtadine, l’autre dauphinoise. Le village paraît avoir été détruit vers le XIVe siècle par les Compagnies des Routiers.

Renaissance[modifier | modifier le code]

Robert d’Acqueria en acquit la totalité en 1667. La seigneurie, d’abord indépendante, se confondit plus tard avec celle de Rochegude. Les bâtiments en ruine, à côté de l’église, sont les restes du prieuré que détruisit un incendie au XVIe siècle.

Période moderne[modifier | modifier le code]

Depuis la création du département de Vaucluse lors de la Révolution, le village drômois sépare ce département de l'enclave des papes.

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Rochegude (Drôme) Blason Écartelé en sautoir: au 1er d'argent à trois fleurs de lis mal ordonnées, d'or et soutenues d'un besant du même, au 2e d'or au dauphin d'azur, au 3e d'azur à l'abeille d'or, au 4e de gueules au triregnum d'argent.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage administratif[modifier | modifier le code]

La commune faisait partie du canton de Saint-Paul-Trois-Châteaux. À la suite du redécoupage des cantons du département, applicable après les élections départementales qui ont eu lieu en mars 2015, elle fait partie du nouveau canton du Tricastin[5].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Le maire "Les Républicains" Didier Besnier a été réélu au premier tour aux élections municipales de 2014, avec 53,89 % des voix. Il bat deux autres candidats, Catherine Garcia (DVG, 29,05 % des voix), et Patrice Gaignard (FN, 17,05 % des voix). Le taux de participation était de 82,51 %[6].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La commune compte 15 membres au conseil municipal[6]. Le conseil municipal est composé de 4 adjoints et de 10 conseillers municipaux[7]. Sa composition est la suivante :

Composition du conseil municipal en 2014[6]
Nuance Liste[8] présidée par Sièges
UMP « La force d'agir dans l'union » Didier Besnier 12
DVG « Rochegude en action » Catherine Garcia 2
FN « Rochegude bleu marine » Patrice Gaignard 1

Le maire[6] et la première adjointe[7] sont élus au conseil communautaire[6].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
21 janvier 1878 1908 Félix Gras    
17 mai 1908 1915 Auguste Pereyrol    
11 janvier 1915 1919 Joseph Pascal   Adjoint délégué
11 novembre 1919 1941 Paul Descours    
1er août 1941 1941 Raoul Beaumet    
31 octobre 1941 1944 Gaëtan Cambe   Président de la délégation spéciale
28 août 1944 1944 Hector Tagliazucchi   Comité de Libération
24 novembre 1944 1945 Raoul Beaumet    
20 mai 1945 1982 Gabriel Rodet    
12 juin 1982 16 mars 2001 Bernard Tourtin    
17 mars 2001 en cours
(au 23 janvier 2015)
Didier Besnier[7] UMP-LR Expert technique
Président de la Communauté de Communes

Budget et fiscalité 2016[modifier | modifier le code]

En 2016, le budget de la commune était constitué ainsi[9] :

  • total des produits de fonctionnement : 1 274 000 , soit 800  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 1 001 000 , soit 629  par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 666 000 , soit 419  par habitant ;
  • total des emplois d’investissement : 456 000 , soit 287  par habitant.
  • endettement : 1 583 000 , soit 994  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d’habitation : 18,12 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 18,60 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 73,79 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 50,03 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 31,55 %.

Chiffres clés Revenus et pauvreté des ménages en 2014 : Médiane en 2014 du revenu disponible, par unité de consommation : 22 042 [10].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[12].

En 2015, la commune comptait 1 582 habitants[Note 1], en augmentation de 7,62 % par rapport à 2010 (Drôme : +4,11 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 020 1 000 906 1 085 1 077 1 188 1 122 1 248 1 216
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 247 1 242 1 156 1 114 1 101 1 043 1 030 953 844
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
802 795 730 606 567 525 502 485 545
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
601 591 684 831 1 053 1 236 1 346 1 470 1 582
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • École maternelle et élémentaite[15],
  • Collège à Suze-la-Rousse, Sainte-Cécile-les-Vignes, Bollène[16],
  • Lycées à Bollène, Orange.

Santé[modifier | modifier le code]

  • Médecins et services santé[17].
  • Pharmacie de Suze-la-Rousse[18].

Cultes[modifier | modifier le code]

Culte catholique. Paroisse Saint Marcellin Champagnat en Tricastin Tricastin. Diocèse de Valence[19].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de Rochegude est continentale à influence méditerranéenne, Les hivers sont froids avec un vent de nord qui chasse les nuages. la neige n'est pas très rare et le gel est très fréquent. Les printemps sont en général doux, les étés chauds et secs jusqu’a l’automne parfois pluvieux.

La neige tombe environ 7 à 8 fois par an et tient 2 à 3 fois ; elle peut tomber abondamment comme en 2010 où 40 cm de neige sont tombés sur la commune. Le record de précocité de neige depuis 1975 date du 28 octobre 2012 ou 2 cm de neige ont recouvert la commune (la partie est en particulier), le record de neige tardive est le 15 avril 2005 où 5 cm de neige ont recouvert le village. Le record d'épaisseur de neige depuis l'an 2000 est de 60 cm de neige en 2006 et le véritable record date de 1970 où l'on mesure 85 cm de neige.

Économie[modifier | modifier le code]

Viticulture[modifier | modifier le code]

Les vignerons de la commune sont représentés au sein de la commanderie des Costes du Rhône, confrérie bachique, qui tient ses assises au château de Suze-la-Rousse, siège de l'Université du vin. Découvrez la cave des Vignerons de Rochegude située au cœur du terroir de la Drôme provençale, elle propose une gamme de côtes du Rhône rouge, rosé et blanc aux caractères légers, fruités, charpentés et corsés. Consulter le site www.vignerons-de-rochegude.fr

La cave est située sur la route de Bollène, à l’entrée de Rochegude. Là, au pays des cigales et du mistral, vous pouvez déguster comme le disait Brassens «au lait de nos vignes» élevé avec générosité dans nos cuves. Vous serez les bienvenus dans ce joli site qu'offre ce magnifique village de la Drôme provençale, vous irez à la découverte de son château, de sa fontaine, de ses maisons aux étroites ruelles et enfin goûterez au charme tranquille de notre région.

Huile d'olive de Provence AOC[modifier | modifier le code]

Huile d'olive de Provence AOC

L'huile d'olive de Provence est protégée par une appellation d'origine contrôlée (AOC) à la suite d'une enquête diligentée par l'INAO, dont les conclusions ont été déposées auprès de la commission le , réunie à Arles. La signature du décret parut au Journal officiel le [20]

Pour pouvoir postuler à l'AOC, l'huile d'olive de Provence doit être élaborée à base des variétés aglandau, bouteillan, cayon, salonenque ainsi que celles dénommées localement brun, cayet, petit ribier et belgentiéroise. Il faut au moins deux de ces variétés principales présentes au sein de l'oliveraie[20],[21].

Commerce[modifier | modifier le code]

Le Café du Cours, qui porte le label Bistrot de pays[22], adhère a une charte qui a pour but de « contribuer à la conservation et à l’animation du tissu économique et social en milieu rural par le maintien d’un lieu de vie du village »[23].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La Chapelle St Denis
Notre-Dame-des-Aubagnons
  • La Chapelle Saint-Denis : Chapelle du XIIe siècle[24].
  • Le château a été entièrement restauré par M. le marquis de Rochegude. Les tours du midi et de l’ouest ont été touchées par cette restauration, mais celle du nord a conservé son caractère médiéval.
De grandes et vastes caves occupent le rez-de-chaussée ; elles datent, croit-on du XVIe siècle.
Le Château a été entièrement restauré et aménagé en hôtel de luxe, membre de l'association Relais & Châteaux[25].
  • Notre-Dame-des-Aubagnans : Il existait un prieuré avec son église qu’une charte de 1115 attribua à l’ordre de Saint-Ruf, lequel en resta possesseur jusqu’en 1774, époque de sa dissolution. La construction de l’église des Aubagnans accuse l’antique. L’édifice est le type bien caractérisé de l’église fortifiée du Moyen Âge. La porte d’entrée à l’ouest est surmontée d’un mâchicoulis appelé assommoir qui en fait, dit M. Lacroix, une précieuse rareté. L’extérieur de l’abside, en petit appareil régulier, paraît dater du IXe siècle. L’épaisseur des murs, les meurtrières et les créneaux permettaient à l’église de servir de refuge à ses habitants en cas d’attaque. Elle est classée comme monument historique[26].
  • Fontaine publique : Fontaine du XVIe siècle[27].
  • Vierge[28].
  • Monuments aux morts[29],[30].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Fiche synthétique descriptive des risques
  2. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, réédition Guénégaud, 1979, p. 571a.
  3. Ibid. p. 569a.
  4. tome 2, p. 42 Grammaire historique des parlers provençaux modernes
  5. Décret no 2014-191 du 20 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Drôme
  6. a, b, c, d et e Résultats des élections municipales de 2014 sur le site du ministère de l'Intérieur.
  7. a, b et c Rochegude sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de la Drôme (consulté le 23 janvier 2015).
  8. Listes aux élections municipales de 2014 sur le site du ministère de l'Intérieur.
  9. Les comptes de la commune
  10. Chiffres clés Évolution et structure de la population. Dossier complet
  11. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  15. École maternelle et élémentaire
  16. Établissements scolaires
  17. Médecins et services santé
  18. Pharmacie de Suze-la-Rousse
  19. Église de Rochegude
  20. a et b (fr) « Décret du 14 mars 2007 relatif à l'huile d'olive de Provence AOC », INAO
  21. (fr) « Les variétés d'olives », sur terroirselect.info
  22. La charte Bistrot de Pays
  23. L'implantation des Bistrots de pays en France métropolitaine en 2010
  24. « Chapelle Saint-Denis », notice no PA00117023, base Mérimée, ministère français de la Culture
  25. [http://www.chateauderochegude.com/fr/hotel-luxe-provence-relais-chateaux-drome Le Château, membre de l'association Relais & Châteaux
  26. « Chapelle Notre-Dame-des-Aubagnons », notice no PA00117022, base Mérimée, ministère français de la Culture
  27. « Fontaine publique », notice no PA00117024, base Mérimée, ministère français de la Culture
  28. La Vierge Marie, sur son dôme de pierres qui fut un moulin à huile
  29. Monument aux morts
  30. Monument aux morts Conflits commémorés 1914-18 et 1939-45