Rochambeau (1865)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Rochambeau
image illustrative de l’article Rochambeau (1865)
Modèle de l'USS Dunderberg avant qu'il ne soit transformé en Rochambeau.
Autres noms USS Dunderberg
Type Cuirassé à coque en fer
Histoire
A servi dans Pavillon de l'United States Navy United States Navy
Civil and Naval Ensign of France.svg Marine nationale française
Constructeur William H. Webb (en)
Chantier naval Etna Iron Works (en)[1]
Commandé
Quille posée
Lancement
Acquisition
Commission
Statut 1867 : vendu à la France
1872 : retiré du service
1874 : démoli
Équipage
Équipage 600 hommes
Caractéristiques techniques
Longueur 107,4 m
Maître-bau 22,15 m
Tirant d'eau 6,40 m
Déplacement 7 725 long tons (7 849 tonnes)
Propulsion 6 chaudières tubulaires
Puissance 4 000 ch
Vitesse 15,7 nœuds (29,1 km/h)
Caractéristiques militaires
Armement 04 canons de 274 mm
10 canons de 240 mm

Le Rochambeau fut un navire de la Marine française, en service sous ce nom de 1867 à 1874. Il avait initialement été construit pour la Marine américaine, sous le nom d'USS Dunderberg, mais fut refusé par son acheteur initial.

Si sa carrière fut brève et ne fut marquée par aucun fait d'armes particulier, le Rochambeau est noté par les historiens de la marine, car avec ses 115 mètres de long il est le plus long navire jamais construit en bois, du moins parmi ceux ayant une existence historique parfaitement attestée.

Conception[modifier | modifier le code]

La conception du navire dérivait de celle du CSS Virginia, premier d'un type de cuirassés sudistes pendant la guerre de Sécession.

Histoire[modifier | modifier le code]

La construction de l'USS Dunderberg commence en aux chantiers Etna Iron Works (en) à New York. Achevé en 1867 après la fin de la guerre de Sécession, il n'entre pas en service, la politique de l'United States Navy étant à la réduction du nombre d'unités[2]. La presse anglaise se faisant alors l'écho d'un éventuel rachat par l'Empire allemand, la France anticipa l'opération en rachetant le navire. Ramené en France en quelques jours et renommé Rochambeau, il subit une première refonte après des problèmes détectés lors des essais. En 1868, le capitaine de vaisseau Krantz en prend brièvement le commandement. Peu utilisé à cause de ses faibles qualités marines, le navire est seulement armé quelques semaines en 1870 sous les ordres du commandant Bonic. Il est condamné en 1872[1] et démoli deux ans plus tard.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Eric Gille, Cent ans de cuirassés français, Nantes, Marines édition, , 160 p. [détail de l’édition] (ISBN 2-909675-50-5)
  • (en) Roger Chesneau et Eugène M. Koleśnik, Conway's All the World's Fighting Ships (1860-1905), [détail de l’édition]
  • William Roberts, « Thundering Mountain: The Ironclad Ram Dunderberg », Warship International, Toledo (Ohio), International Naval Research Organization, no 4,‎ , p. 363–400 (ISSN 0043-0374)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]