Robot sexuel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le robot sexuel (Sex robot ou sexbot) est une version encore hypothétique de robot (anthropomorphique ou non) destiné à permettre une certaine connexion émotionnelle humain-robot[1] et à gratifier son utilisateur d’un plaisir sexuel.

C'est un thème d’abord évoqué par la science-fiction[2] qui semble peu à peu se concrétiser.
L’inventaire des robots sociaux de 2002[3] ne mentionne aucun robot sexuel et en 2017 ils ne sont encore que des mannequins plus ou moins mécanisées avec une expressivité et une conversation très limitée[4].
De nombreux travaux scientifiques et techniques visent à permettre à d’autres types de robots de déchiffrer le comportement de l’être humain et d’interagir avec de manière plus fine ; c'est est un domaine de recherche en pleine expansion depuis la fin du XXe siècle, qui intègre l’intelligence artificielle et vis à améliorer l’interface homme-machine.
S’ils sont dotés d’une intelligence artificielle assez sophistiquée et de moyens de procurer du plaisir sexuel des robots sexuels pourraient profondément interagir avec la vie affective et déclencher des réactions d’empathie et émotionnelles fortes[5] et peut être nous éloigner de la nature et nous rapprocher d'un monde plus « virtuel ».
La plupart des sociétés libérales acceptent ou tolèrent le sexe sous de nombreuses formes et variétés, ce qui laisse penser que l’arrivée de robots sexuels y est possiblement imminente[4]. Leur potentiel d’utilisations futures pose déjà des questions morales et éthiques, voire juridiques nouvelles (ou repose des questions très anciennes faisant écho au mythe grec de Pygmalion et Galatée[4]).

En juillet 2017, un rapport [4] publié par la « Fondation for Responsible Robotics » estime qu’en 2017 très peu de gens ont pu avoir des contacts avec un robot sexuels, et qu’ils sont donc fantasmés ou imaginés d’après la science fiction et l’imagerie dessinée ou du cinéma, mais une demande et un commerce existent : des maisons closes de poupées sexuelles se sont ouvertes en Asie, et une en Espagne. Et il s’en vend une quantité croissante dans le monde, suggérant qu’il existe un marché émergent pour les robots sexuels[4].

Enjeux[modifier | modifier le code]

L’évolution rapide de l’informatique et des capteurs, ainsi que sa convergence avec les progrès de la robotique molle et de la neurologie laisse envisager que de tels robots pourraient bientôt être capables de mieux imiter l'humain[4] voire de le dépasser en termes de source de plaisir physique. Avec quels coûts et avantages pour les individus et la société, il est encore difficile de le dire, mais de nombreux auteurs s’interrogent. « Est-il prudent de tripoter son robot? » se demande par exemple Marmion en 2016 [6].

Selon un rapport de 2017 (basé sur des interviews de roboticiens, éthiciens, acteurs des sciences sociales, avocats et spécialistes de la technologie) les robots sexuels en cours de développement sont presque tous des représentations très érotisées ou à caractère pornographique du corps humain ou de partie de corps humain (très majoritairement féminins)[4].

Leur design dominant pourrait conduire à l’apparition d’une nouvelle catégorie ontologique, matérialisant des fantasmes situés entre le vivant, le virtuel et l'inanimé[4]. Ils pourraient avoir des vertus thérapeutiques, mais dans les années 2010 la plupart des projets médiatisés s’inscrivent plutôt dans le contexte commercial et les suites ou évolutions du cybersex et autres « technosexualités » émergentes (dites « Sextechs »)[4].

Des philosophes, éthiciens ou auteur en sciences sociales estiment qu’il est temps d’étudier comment les humains réagiront à de tels compagnons, potentiellement « intelligents », apprenants, parfois très personnalisables et toujours disponibles, et sur la manière dont in fine ces robots pourraient changer la sexualité humaine, la notion d’intimité (« cyber-intimité » qui n'exclue pas la solitude ou la « cyber-solitude »[7].) ou notre empreinte énergétique et écologique.
Pour R Mackenzie (2015) selon qui les sexbots pourraient être de prochains partenaires sexuels (sous forme d'Avatar notamment) le statut éthico-juridique de ces robots « dotés de « sensibilité » est encore incertain, mais exige d’être pensé sans tarder »[8].

Les enjeux sont aussi économiques ; en 2017, le marché des « technologies du sexe » (sextechs) vaudrait déjà 30 milliards de dollars, et celui de la pornographie pourrait valoir des dizaines de milliards de dollars par an[4].

Histoire et prospective[modifier | modifier le code]

Le robot Maria du film Metropolis de Fritz Lang (1927)
Exemples de « poupées sexuelles » (love doll) fabriquées au Japon

Le robot robot sexuel pourrait trouver des racines dans le passé avec divers types de jouets sexuels ou avec les « Épouses hollandaises » qui désignaient au Japon des poupées et jouets sexuels qui auraient été utilisés par les marins hollandais venus commercer avec le Japon au XVIIe siècle[9]

D’abord évoqué par divers auteurs de science-fiction, le robot sexuel proprement dit est tantôt envisagé comme un sextoy plus ou moins élaboré, une poupée sexuelle robotisée plus ou moins sophistiquée, ou encore comme un véritable androïde intelligent, « robot social » doté d’une capacité à simuler des sentiments (voire dans certains scenarii à éprouver de « vrais » sentiments) ou à y répondre y compris sur la plan sexuel.

L'apparition de tels robots est selon divers auteurs une évolution inévitable de la robotique et des jouets sexuels existants, s'inscrivant dans le domaine de la cybersexualité[10].

Une confirmation socioéconomique de cette tendance semble déjà visible dans l’industrie du sexe. Certains auteurs estiment qu'elle pourrait peut-être pour partie se substituer à la prostitution (ou en devenir une forme nouvelle ? également asymétrique du point de vue sentimental)[11] et aussi s’inscrire dans la continuité de ce que Rambukkana & Gauthier (2017) dénomment en 2017 le marché de l’« industrie de l’adultère »[12]. D'autres, comme Agnès Giard notent qu'une partie de ces robots pourraient avoir d'autres usages que sexuels : des poupées de latex puis de silicone ou de vinyle (dites love doll ou rabu dôru, ラブドール en japonais) sont déjà « les matrices d’un jeu de rôle grandeur nature qui consiste à habiller, coiffer puis mettre en scène des duplicatas de jeunes filles afin d’en faire les héroïnes d’une histoire dans laquelle les objets sont des créatures vivantes. Suivant des conventions adoptées aussi bien par les fabricants que les clients, elles sont non pas « produites » mais « mises au monde », non pas « vendues » mais « mariées » »[13].

En 1996 RealDoll (issu de la société Abyss Creations) lance un marché international de poupées sexuelles dites réalistes, et de taille humaine. Ces poupées sont largement médiatisées par la culture populaire ; d’abord presque toutes féminines avant que n'apparaissent quelques modèles masculins, avec possibilité pour le client de personnaliser des poupées « transgenres » ;

Une décennie plus tard, en juin 2006, Henrik Christensen du réseau européen de la recherche en robotique « European Robotics Research Network » déclarait au Sunday Times que « des gens commenceront à avoir des relations sexuelles avec des robots dans un délai de cinq ans »[14].

En 2010, une poupée sexuelle dénommée « Roxxxy » produite par « True Companion », dotée d’une certaines capacité à lire des indices de discours préenregistrés et à répondre d’une voix robotique à quelques stimulis tactiles a été présentée lors d'un salon professionnel[15]. Une variante masculine a été mis sur le marché, dénommé « Rocky ».
En 2014, David Levy, et auteur d’un ouvrage intitulé Love and Sex with Robots estime dans une interview accordée au journal Newsweek [2] que les robots sexuels amants seront une aubaine pour la société ... Il y a dans le monde des millions de personnes qui, pour une raison ou une autre, ne peuvent pas établir de bonnes relations[16]. Il estime que cela se déroulera vers le milieu du XXIe siècle[16].
En 2015, Matt McMullen (créateur du RealDoll) déclare qu'il a l'intention de créer des poupées sexuelles ayant la capacité de tenir des conversations[17] . Sinthetics commercialise des poupées sexuelles masculines dotées d’un pénis érectile réaliste (avec divers options de pénis, au choix du client ou de la cliente). En 2017 cette compagnie affirme vendre autant de poupées masculines que féminines[4].
En 2017, L'Android Love Doll peut prendre "50 positions sexuelles automatisées" et quelques autres simulent des orgasmes et/ou adoptent des personnalités préprogrammées ou parlent[18], et un fabriquant affirme que son système d’intelligence artificielle peut se baser sur les réactions du corps pour y répondre en synchronisation et allonger et accentuer un orgasme[4]… mais aucun de ces robots n’est capable de marcher ni de vraiment imiter l’être humain[4].

Le rapport de 2017 considère que le robot sexuel est un sujet qui suscite encore de la gêne dans le monde politique et de la recherche, mais qu'il est temps d’encourager le débat public étant donné ses enjeux[4]. Ce rapport apporte de premières réponses à sept questions relatives aux robots sexuels actuels, aux sextechs et à la vie privée, questions retenues parce qu'ayant reçu une attention récente de la part des médias et de la littérature en sciences humaines et techniques. Pour cette étude les auteurs ont étudié les textes et enquêtes d’opinion disponibles, et ils ont aussi interrogés des travailleurs du sexe et deux fabricants qui ont bien voulu répondre à leurs questions[4].

Discussions philosophiques et éthiques[modifier | modifier le code]

Mackenzie note que les économies d’échelle et les avantages sanitaires devraient facilement faire admettre des robots doués d’une certaine sensibilité au service des humains dans l'industrie et le domaine du soin (dont pour prendre soin des personnes âgées, d'infirmes et de handicapés mentaux), et pour accomplir des tâches que nous ne souhaitons pas assumer[8], en particulier pour remplir certains services sexuels en tant qu'assistant sexuel.

Ces robots pourraient aider à résoudre certaines pathologies sexuelles, mais eut-être aussi créer de nouvelles forme d’addiction sexuelle où l’humain pourrait devenir dépendant de robots (éventuellement avatars), peut être bientôt capables de le manipuler car dotés d’une intelligence artificielle.

Kathleen Richardson qui enseigne l’éthique robotique à l'université de Montfort (Leicester) craint que cette forme de robophilie n’appauvrisse les relations interhumaines, suite à une confusion des émotions feintes du sexbot avec des émotions vraies [6]. Une confusion supplémentaire et éthiquement problématique pourrait résulter des capacités prochaines de la techniques à imiter fidèlement le visage, le corps et/ou la voix ou certaines mimiques de personnages existant réellement (une star, un partenaire décédé, son enfant, etc.). Divers auteurs notent que des humains semblent pouvoir nouer des relations affectives avec un robot même s’il na pas d’apparence humaine. Ainsi des enfants parlent facilement de leurs Tamagotchis (gadgets électroniques interactifs qui furent d’abord une petite console puis un objet connecté demandant à être nourri, lavé et soigné comme un petit compagnon animal virtuel) comme des « créatures » et non comme des robots[7]. Il en va de même pour le petit jouet robotique Furby (1998) une petite peluche robotisée, animée et interactive, qui réclame aussi des soins ou pour AIBO le petit robot en forme de chien mis sur le marché par Sony en 1999 [7]. Du côté de la psychologie évolutionniste, Helen Driscoll de l'Université de Sunderland pense qu’un humain peut tomber amoureux d’un robot. David Levy, chercheur en intelligence artificielle arrive aux mêmes conclusions en 2008, dans un essai intitulé : Love and sex with robots.
Cette hypothèse amène alors à se poser des questions sur nos croyances en la technologie, notre perception de l'amour, de l’intimité, de l’adultère, de l'infidélité « par » avatars, etc.[19] ; elle questionne aussi notre rapport à la vie et à la mort et au deuil (vis-à-vis d’un robot qui ne vieillit pas physiquement, ou qui pourrait tomber définitivement en panne). Alors que la réalité virtuelle et le contenu XXX s’insère dans certaines jeux vidéo et que des jouets sexuels peuvent déjà être commandés à distance par un partenaire, une nouvelle « cyber infidélité » semble émerger, pour partie ancrée dans le monde réel et pour partie virtuelle. D’éventuelles dérives d’utilisation des robots sexuels voire de l'équivalent d'abus sexuel questionnent les droits humains, et la notion de consentement éclairé.
Patrick Lin (qui enseigne la philosophie et l’éthique en robotique à la California Polytechnic) explique [20] que les robots n'ayant pas de droits ils ne nécessitent actuellement pas de consentement quant à leur utilisation, y compris en cas de simulacre d’actes violents considérés comme dégradants ou répréhensibles lorsque pratiqués avec des humains. Cependant si la société comprend que la sexualité exige le consentement, la loi pourrait évoluer et imposer de demander un équivalent de consentement de la part du robot (consentement qui pourrait devenir l’une des normes de l'interaction homme-robot) [4]. Le consentement décrirait ici non pas une réponse éclairée du robot mais « ce que notre action dit à la société » ; la nécessité d’un consentement restaurerait une forme de communication, de respect mutuel et de compromis dans l’échange sexuel, en limitant le risque de déshumaniation du sexe et de l'intimité[21]. Danaher[22] évoque ainsi en2014 la possibilité de criminaliser ce qu'il dénomme « viol robotique » car il nuit au caractère moral de l'auteur et/ou qu'il est offensants envers autrui, et aussi parce que le viol est illégal en soi, qu’il y ait ou non danger physique pour l’autre. Se pose alors la question du consentement du robot, qui devrait pour le délivrer être capable de distinguer le fantasme de viol d’un vrai passage à l’acte, et pouvoir disposer de critères déclenchant ce type de consentement.
Un jouet sexuel (SaSi) inclus un algorithme apprenant supposé lui permettre d’intégrer ce que la personne qui l’utilise aime le plus[12] et un autre, activable à distance via un téléphone portable envoie des informations au fabriquant (au motif selon son fabriquant d’améliorer ses capacités)[23]. Un fabricant intègre dans une poupée de silicone une tête robotique, de l’intelligence artificielle et la réalité virtuelle immersive (Owsianik, 2016)[12]. CamSoda a lancé Blowcast, un site permettant de vivre en ligne une expérience sexuelle avec par exemple une fellation semi-virtuelle combinant une vidéo et un appareil capable d’induire des sensations qui concordent avec la vidéo (Clark-Flory, 2016) [12] ou de reproduire les stimulis créés par une partenaire choisi à distance, via l’Internet.

Le risque du piratage des données d’un robot sexuel capable de voir, entendre et enregistrer des moments d'intimité (ou de communiquer en ligne) est également une question posée.

Aspects sociologiques[modifier | modifier le code]

Peu de travaux semblent disponibles au sujet de ce que pensent les individus des relations qu’ils pourraient avoir vis-à-vis de robots sexuels[24].
Un sondage (le premier sondage systématique selon ses auteurs) a interrogé des personnes sur la pertinence et la valeur des robots sexuels, et sur les formes qu'ils pourraient prendre. Il s’agissait aussi de comprendre comment les interrogés classaient l'interaction sexuelle avec un robot, et quelles raisons ou circonstances rendraient - selon eux - leur utilisation appropriée[24].
Les résultats montrent une nette différence d’acceptabilité entre les répondants selon qu’ils sont des hommes ou des femmes (les femmes étant moins nombreuses que les hommes à les considérer comme appropriés et/ou socialement utiles)[24]. Des convergences apparaissent sur la manière dont on les imagine et dont la sexualité avec eux pourraient être classée, qui semblent dépendre de la vision plus générale que les individus ont de la sexualité au sein de la vie sociale et individuelle[24].

Les questions du rapport de 2017[modifier | modifier le code]

Acceptera-t-on d'avoir des relations sexuelles avec un robot?[modifier | modifier le code]

Les réponses à cette question varient beaucoup selon les sondages (et un peu selon le genre) : le taux de réponse positive le plus bas était de 9 % dans une enquête du Huffington Post et le plus haut de 66 % chez les hommes (avec un taux favorable plus bas, mais toujours significatif chez les femmes)[4]. Ceci crédibilise le marché des robots sexuels plutôt destiné à des hommes, mais qui pourrait intéresser beaucoup de femmes.

Une étude montre que pour la plupart des gens, le simple fait de toucher des zones « intimes » d'un robot éveille l’excitation et que des hommes peuvent trouver des images de robots en sous-vêtements aussi attrayantes que si l’image représente une femme en sous-vêtements. Les différences individuelles d’appréciation ne sont pas encore expliquées[4].

Dans un essai prospectif, Ian Yeoman (Futurologiste spécialisé dans le voyage et le tourisme à l’université Victoria de Wellington) décrit en 2050 le quartier de la prostitution d’Amsterdam comme vivant d'un tourisme sexuel uniquement orienté vers des androïdes indemnes d’infections sexuellement transmissibles et non vers des esclaves sexuels issus de la traite des êtres humains, venus en contrebande d'Europe de l'Est. Ces robots sont dans ce scenario contrôlés par le conseil municipal (prix, horaires, usages et services sexuels...).

Quel genre de relation peut-on avoir avec un robot sexuel?[modifier | modifier le code]

L’émotion ne peut aujourd'hui qu'être grossièrement simulée par un robot, mais l'amour est une émotion puissante face à laquelle un individu peut être facilement manipulés ; l’éthicien John Sullins soutient que l'illusion est irrespectueuse de l’humain et "ne devrait pas être utilisé pour tromper les gens et les rendre plus dépendant d’une machine qu'ils ne le devraient[4].
Le robot sexuel ne devrait être qu’un sextoy amélioré et ne pas cherche à tromper. Scheutz et Arnold concluent d’ailleurs que les sujets qu’ils ont interrogé assimilent le sexe pratiqué avec un robot sexuel plutôt comme « une forme de masturbation ou l'utilisation d'un vibrateur qu'à des rapports sexuels avec un humain ». À la question de savoir si l'on peut perdre sa virginité aveec un robot, seuls 30 % des sondés répondent « oui » ; 70 % ont déclarant que « non » (et ceci sans différence entre les hommes et les femmes). La plupart des gens distingueraient donc bien le robot d’un partenaire humain et le plaisir procuré par un artéfact d’une sexualité complète et épanouie[4] ; Snell en 1997 inventait le mot « technovirgins » pour désigner des personnes qui n'avaient jamais eu de rapports sexuels avec des robots. Cathyryn Berarovic (2016), ancienne travailleuse du sexe et écrivain dit que tous les clients qu’elle a eu ont souhaité avoir au moins un orgasme non-simulé au cours de leur rendez-vous[4]. Ruddick (1975) juge le désir réciproque comme central dans l’amour : « Nous désirons non seulement l'Autre - nous souhaitons être désirés et, encore plus complètement, nous désirons que notre désir soit désiré ». Cependant Choi (2008) reprend un argument de Levy (2008) qui est que tomber amoureux d'un robot n'est pas très différent de tomber amoureux d’une personne inconnue dans une salle de discussion sur Internet. Il existe des cas documentés d’hommes qui semblent avoir développé un véritable attachement à des poupées sexuelles[4].

Des travailleurs sexuels robots et des bordels de robots seront-ils socialement acceptables ?[modifier | modifier le code]

De tels endroits n’existent à ce jour que dans la science fiction, mais leur abondance dans la littérature et le cinéma et l’acceptation rapide ainsi que le développement en Asie de maisons réservées aux poupées sexuelles sont des indices d’une possible acceptation, au moins dans certaines régions du monde[4] ;

  • une société japonaise (Doll No Mori) commercialise même un service d'escorte de poupée sexuelle statiques (lancée à Tokyo en juillet 2004)[4]
  • début 2017, une première maison close (dénommée LumiDolls ) exclusivement réservée à des sex-dolls s’est ouverte en Espagne à Barcelone[25], annonçant en 2017 un modèle dont le corps se maintient à une température de 37°C
  • la plupart des personnes interrogées par Scheutz et Arnold ont jugé la notion de « prostituée-robot » acceptable[4].
  • Danaher cité par le Daily Star (Waddell, 2016) estime même que ces robots pourraient supprimer ou diminuer le trafic sexuel et remplacer tout ou partie de la prostitution. Mais ce point de vue est purement empirique et étayé par aucune étude (la prostitution pourrait rester un moyen de gagner de l’argent, et l'anonymat et la passivité des premiers robots sexuels appréciée par certains, ne conviendrait sans doute pas à d’autres, notamment à ceux qui ont des fantasmes de domination, de même que la prostitution légalisée n’a pas semblé diminuer le trafic sexuel là où elle existe)[4]. La possibilité de créer des robots sexuels à l’image d’enfants pose également question[4].

Les robots sexuels changeront-ils les perceptions sociétales du genre et les stéréotypes ?[modifier | modifier le code]

Selon Gutiu (2012) et selon Kathleen Richardson (qui estime qu’il faut interdire l’utilisation de robots sexuels), les robots sexuels tels qu’ils sont conçu peuvent encouragent l'idée que les femmes sont assujetties aux hommes et/ou de simples instruments de réalisation de leurs fantasmes, comme c’est souvent le cas dans la pornographie, au préjudice des femmes et de leur image.
De tels robots pourraient « sexualiser » le viol, la violence, le harcèlement sexuel et la prostitution et favoriser la domination des hommes et/ou la soumission des femmes.
On ignore cependant si l’arrivée de tels robots changerait ou aggraverait cette perception, alors que l’industrie du sexe est déjà prospère et opère sur cette objectivation et marchandisation du corps (principalement féminin, mais pas uniquement). De plus, dans ce cas, l'acte sexuel, généralement individuel, ne se ferait toutefois plus avec un adulte consentant mais avec un objet à apparence humaine (ou non). Ceci est diffère du cas de la femme traitée en objet sans son consentement dans la rue, dans le lieu de travail ou en tant que prostituée[4].

Faute d’étude et d'enquête publiées à ce propos, les auteurs du rapport suggèrent que la recherche soit poursuivie et qu'un débat public élargi soit lancé (débat « qui devrait inclure les communautés habituellement sous-représentées »)[4].

L'intimité avec les robots peut-elle aggraver l’isolement social?[modifier | modifier le code]

Les relations « sentimentales » avec des robots resteront elles fictives ? pourraient diminuer notre capacité à interagir avec d'autres humains ? Peu d’études scientifiques peuvent le démontrer, car l'éthique interdit de réaliser sur l'Homme des expériences contrôlées risquant de nuire aux personnes.

Les experts cités par le rapport de 2017 estiment cependant majoritairement que cette probabilité est forte, car les robots existants sont loin de pouvoir remplacer la sociabilité humaine. Ils peuvent isoler socialement et au détriment de liens d'amour et d’amitié qui fondent une société éthique selon Sullins (2012)[26].
Turkle (2011) craint lui qu'en outre les véritables relations sexuelles deviennent « accablantes » car moins « faciles » qu'avec des robots sexuels[27] ; ce qui note J. Snell (1997) pourrait rendre la pratique addictive[28]. Kaye en 2016 pense que les relations sexuelles avec des robots "« désensibiliseront les humains à l'intimité et à l'empathie, qui ne peuvent être développés que par une interaction humaine et des relations mutuelles réciproques »"[29]. Dans une enquête de De Graaf et Allouch en 2016, 20,5 % de 1 162 répondants néerlandais estimaient qu’un robot-compagnon pourrait diminuer la solitude, et 14,3 % estimaient inversement qu’ils augmenteraient la privation sociale ou l'isolement ; 38,4 % pensaient qu'il n'y aurait pas de conséquences positives à leur utilisation[30].

Un scénario possible selon est qu’après une période d’acceptation sociale nos normes sociales puissent évoluer et que des gens pourraient alors emmener avec eux leurs robots (qui pourraient aussi avoir d’autres fonctions que sexuelles) dans des lieux et moments de sociabilité normale[4].

D’autres études, par exemple sur la présence d’un robot domestique par Dautenhahn et al. (2005) ont conclu que beaucoup des participants (40 %) dans ce cas recherchaient ou imaginaient plutôt un robot ayant un rôle d'assistant, de machine ou de serviteur et non destiné à entièrement les remplacer[31]. Rares sont les répondants imaginant le robot domestique comme partenaire sexuel ou ami[31].
La même année Robins et al. (2005) notent que dans certains cas (comme cela a été montré pour d’autres types de robots avec des enfants autistes[32],[33],[34], un robot peut jouer le rôle de médiateur resocialisant. Un objectif pourrait alors être de créer grâce au robot des compétences nouvelles chez les humains, pouvant être généralisées dans des interactions avec d'autres humains ; le rapport de 2017 suggère d’explorer cette idée (création de compétences sexuelles mais aussi sociales).

Des robots contribueront-ils aux thérapies sexuelles ?
Aideront-ils à trouver du plaisir sexuel dans des relations « normales »  ?
[modifier | modifier le code]

Oui selon divers auteurs qui se basent notamment sur le fait que la robothérapie existe déjà dans d’autres domaines[35] et des sexologues et thérapeutes ont suggéré des utilisations de robots pour résoudre des problèmes de santé sexuelle et de reproductive tels que la dysfonction érectile, l’éjaculation précoce et l’anxiété causée par une première rencontre sexuelle (cf Kerner, 2016).
Des sextoys sont déjà recommandés après certaines opérations chirurgicales chez la femme adulte[36] ou pour le traitement de certains troubles érectile ou orgasmique [37], ainsi que chez l’homme adulte[38] dont comme moyens non pharmacologiques et non chirurgicaux de traitement de la dysfonction érectile masculine[39], ce qui a aussi donné lieu à des réflexions éthiques[40]. C’est un enjeu important de santé publique (puisque celle-ci inclue la santé sexuelle et que des études ont évalué à environ 43 % et 31 % la proportion des femmes et des hommes, respectivement, qui souffrent d'une forme de dysfonctionnement sexuel[37]).

Des opinions plus tranchées (pour et contre) se manifestent à propos du traitement des blocages sociaux-émotionnels quand il concerne des personnes âgées en maison de soins et/ou des handicapés[4].

Le sexologue américain Ian Kerner pense que des robots sexuels, parce qu’ils ne jugeraient pas leur partenaire pourrait aider des patients souffrant d'impuissance, d'inhibition ou d'autres troubles sexuels pénibles[8]. Matt McMullen (PDG de RealD olls) se dit convaincu que ses « poupées » et des robots sexuels peuvent aider une partie de la population et le font depuis près de 20 ans, en levant ou compensant des blocages sociaux et émotionnels et en rendant des gens plus heureux et moins solitaires. Pour lui des robots plus technologiques sont l’étape logique suivante[4].

De même dans son livre Love and Sex with Robots David Levy écrit que beaucoup d’utilisateurs de poupées sexuelles seraient sans cela devenus socialement mal inséré, exclus voire pires... ils sont ainsi plutôt des êtres humains mieux équilibrés[41]. C’est une affirmation qui demanderait à être scientifiquement explorée. Et en cas d’efficacité thérapeutique démontrée, peut-être devrait-on fournir ces outils à ceux qui en ont besoin[41].

Le Dr Kate Devlin (informaticienne de l'Université Goldsmiths de Londres, ayant organisé la conférence 2016 Love and Sex with Robots) a expliqué en 2016 (Martin, 2016) constate qu’il y a encore un énorme tabou sur la sexualité dont sont privés les personnes âgées infantilisées et isolées ou mise en foyers ou maison de retraite alors qu’elles ont besoin d’amour, de contact et de désir et plaisir sexuels, y compris après le deuil d’un partenaire.
Une autre question serait alors ensuite l’acceptabilité de ce type de robot par les pensionnaires de la maison de retraite. Certains pourraient trouver l'idée attrayante et d’autres répugnante (bien que cela puisse changer avec le temps) ; il ne semble pas y avoir d’études sur ce sujet ; il faudrait en outre éthiquement étudier le cas de personnes âgées vulnérables car atteintes de démence (quel consentement éclairé possible dans ce cas ?). Enfin, le personnel de la maison de retraite et les membres de la famille ou d’autres patients pourraient aussi s’opposer à cette idée (cf Sharkey et Sharkey 2010).
Une thérapie basée sur une poupée (non-sexuelle) dite "Someone to Care For" (quelqu’un dont il faut prendre soin) a déjà été utilisée dans les foyers de fin de vie dans les années 1990, justement pour aider les personnes atteintes de démence grave. Elle est controversée car pouvant aussi être assimilées à une infantilisation ou à une tromperie isolant leur dignité (il est fréquent qu’ils pensent que la poupée est un véritable bébé) ; selon leurs fabricants elles améliorent la qualité de vie des personnes âgées victimes de démence[42]. Sharkey, N., & Sharkey, A. en 2012, et d’autres ont noté que des interactions régulières avec un AIBO, un babyloid (une peluche reproduisant le comportement d'un bébé, qui pleure, sourit et s'endort[43]) ou autre « robot social » diminuent le sentiment de solitude exprimé lors des tests[44],[45]. Des robots zoomorphique ont aussi été utilisés comme alternative[46].

Le plaisir sexuel est un droit fondamental pour l'être humain. Au Royaume-Uni, la loi sur les droits de l'homme de 1998 et la loi sur l'égalité de 2010 rendent illégal le fait de ne pas aider les personnes handicapées à profiter des mêmes plaisirs que les autres personnes dans l'intimité de leurs propres lieux de vie.
Des professionnels de la santé cherchent à mieux définir les droits et besoins sexuels des handicapés et dans quelles conditions la sexualité peut être considérée comme une thérapie médicale.
Pour Joseph Apparel des personnes handicapées pouvent disposer d’une vie personnelle devraient avoir les mêmes droits et opportunités sexuelles que tous les autres êtres humains, et dans ce domaine les règles habituelles de consentement peuvent être inappropriées. Des robots sexuels ne seraient pas une panacée universelle mais pourraient aider certains et renforcer l’isolement d’autres…[4] Enfin une personne handicapée peut aussi légitimement préférer des services sexuels rendus par des professionnels du sexe spécialisés (comme TLC, un organisme de bienfaisance anglais offrant ce type de service à des hommes et femmes handicapés de manière responsable). Ces questions demandent un encadrement éthique (dans les cas de démence, un robot sexuel pourrait être pris pour une vraie personne)[4]. Certains « sexbots » pourraient être des assistants sexuels d’intérêt thérapeutique, mais aussi avoir un tout autre statut, car pouvant également avoir d’autres types d’interactions positives avec le patient, tout en pouvant le stigmatiser ou faire l’objet d’une nouvelle « forme de maltraitance » note Mackenzie[8].

Les robots sexuels pourraient-ils aider à réduire les crimes sexuels ?[modifier | modifier le code]

Parmi les nombreuses variantes du désir sexuel figurent des pratiques atypiques dites paraphilies dont font partie le fétichisme et l’attrait pour des situations, des fantasmes ou des comportements atypiques (voyeurisme, exhibitionnisme…) ou encore la pédophilie. Le Manuel de diagnostic et statistique américain des troubles mentaux[47] distingue clairement la paraphilie des « troubles de la paraphilie » (il y a trouble quand un intérêt sexuel atypique provoque une détresse ou une altération de l'individu ou un préjudice pour les autres)[4].

L’idée d’intégrer des robots sexuels dans certaines thérapie sexuelle, dont pour prévenir des crimes sexuels tels que l'agression violente, le viol et la pédophilie a été émise et argumentée, tout en suscitant de fortes controverses que le rapport de 2017 commente ainsi : « Pour la plupart des gens, qui ne sont pas des criminels sexuels ou des thérapeutes qualifiés, la réponse viscérale immédiate et une répugnance à la notion de robots sexuels « enfants ». Certains thérapeutes pensent qu’ils pourraient cependant empêcher certains pédophiles de passer à l’acte ou de récidiver dans le monde réel ». La société japonaise Trottla fabrique et commercialise ainsi des poupées sexuelles imitant des enfants, qui se vendent depuis plus d'une décennie[4]. Takagi, fabricant de telles poupées estimait en 2016 que « nous devrions admettre qu'il n’existe aucun moyen de changer les fétiches de quelqu'un (…) J'aide les gens à exprimer leurs désirs, légalement et de manière éthique. La vie ne vaut pas la peine d'être vécu si c’est avec un désir sexuel réprimé ». Ron Arkin enseigne la robotique à l'Institut technologieque de Géorgie. Il estimait en 2016 qu’il « qu'avoir de telles poupées devrait être non seulement légalement autorisé, mais que peut-être certains devraient recevoir des prescriptions pour en avoir »[48] ; selon lui elles pourraient permettre à certains de réorienter leurs désirs vers des machines, loin des vrais enfants »(Rutkin, 2016) ; point de vue qui n’est pas partagé par Peter Fagan (chercheur en paraphilie à la John Hopkins School of Medicine) qui craint au contraire une sorte d'« effet de renforcement » ou de légitimation de l’acte. Entre les deux Kate Darling (chercheuse au MIT note que la recherche n’a pas d'avis à ce sujet, et n’en aura pas facilement car outre que le financement de ce type d’étude est rare, il serait difficile de trouver un groupe de pédophiles acceptant de participer à une telle recherche, qui pourrait susciter des oppositions venant de plusieurs fronts[4].

Le viol et les violences sexuelles sont des troubles graves de la sexualité, de la conduite sociale et de l’empathie.
Or un robot humanoïde peut être utilisé pour simuler un viol et d'autres comportements violents et dégradants, ce qui pose des questions éthiques, comme le montrent les débats suscités dans les médias par le film Westworld, dont le scenario met en scène des robots humanoïdes (joués par des acteurs humains) violemment battus et violés par des invités humains au dans le « parc d'attractions » de Westworld[4].
Si dans certains cas se « défouler » sur un robot pourrait momentanément atténuer les pulsions violentes, aucun élément ne permet de penser qu’exercer des simulacres de viol sur des robots à forme humaine atténuerait le risque qu’un viol réel (ou d’autres formes de violences sexuelles) soit ensuite perpétré par la même personne. De nombreux avis estiment que la liberté d’exercer des violences sur un robot à forme humaine ou de concrétiser sur lui des fantasmes parmi les plus sombres pourrait renforcer les pratiques sexuelles illicites, au détriment des personnes vulnérables ;

Le rapport de 2017 conclue sur ce point que l’efficacité des robots sexuels pour réduire les crimes sexuels reste difficile à prédire, mais pourrait nettement différer de celui des aides sexuelles conventionnelles[4].

Controverses ou oppositions[modifier | modifier le code]

Il existe un biais de genre, parfois dénoncé par des féministes[49], car les robots sexuels existants semblent essentiellement conçus et fabriqués par des hommes et destinés à des hommes hétérosexuels de type caucasien ou asiatique (alors que le marché du sextoy présente des choix plus variés). Ce « robot-sexisme » selon Robertson[50] et Weber[49] ne fait que refléter le modèle dominant des sociétés qui les fabriquent.

En septembre 2015, une campagne contre les robots sexuels est lancée par deux universitaires : Kathleen Richardson (Université De Montfort) et Erik Billing (Université de Skövde), qui appellent à interdire la création de robots sexuels anthropomorphes[51],[52],[53],[54]. Ils soutiennent que l'introduction de tels dispositifs nuirait socialement et serait dégradant pour les femmes et les enfants[52].
Au même moment (septembre 2015) la société japonaise SoftBank (producteur japonais du robot Pepper conçu par la société française Aldebaran) incluait dans son contrat de vente une clause interdisant d'utiliser ses robots comme robot sexuel (ne pas avoir d'acte sexuel avec le robot ni d’autre comportement indécent" / "The policy owner must not perform any sexual act or other indecent behaviour"[55],[56]).

Point de vue féministe[modifier | modifier le code]

Le fait que de tels robots sont actuellement fortement susceptibles d'être anthropomorphes, féminins et doté d’un sex-appeal, évoquant parfois la femme fatale ou la femme-enfant de la culture Manga[57], aux poses et vêtements parfois directement inspirés du vocabulaire formel de la pornographie provoque des peurs ou critiques légitimes notamment chez les féministes[6].

Plusieurs auteurs s’interrogent quant au risque de renforcement des stéréotypes envers les femmes (ou les hommes ou les transexuels) en tant qu’objets sexuels[6]?

Dans une nouvelle écrite par F. Bisson en 2015 la place des sexo-robots dans la vie quotidienne divise les féministes, révélant des « lignes de fracture idéologiques entre le vieil humanisme et une nouvelle métaphysique plus généreuse du rapport homme-machine »[58]

Statut (juridique ?) du robot[modifier | modifier le code]

Un robot sexuel sophistiqué, apprenant et agissant pourrait il n’être qu’un objet ou simple partenaire sexuel ? se demande Marmion (2016)[6].

Début 2017, le rapport Delvaux, réalisé par le groupe de travail sur la robotique et l’intelligence artificielle du Parlement européen, propose de créer des cotisations sociales basées sur les gains de productivité permis par les robots, mais aussi de doter les robots les plus autonomes d’une personnalité juridique nouvelle avec un statut dédié de « personnes électroniques », et d’imposer qu’ils soient assurés pour couvrir les éventuelles fautes ou dégâts qu’ils pourraient commettre car on ignore comment leurs capacité d’autoaprentissage, seuls ou entre eux via le cloud ou d’autres moyens de communication pourraient faire en sorte que la responsabilité du fabricant, du propriétaire, de l’utilisateur ou de celui qui a développé les algorithmes d’apprentissage ne puisse plus être invoquée[59]. Pour l’universitaire Tony Belpaeme « les entreprises qui fabriquent et utilisent les robots devraient continuer à être responsables »[59].

Question sociétale et de recherche académique[modifier | modifier le code]

L'industrie du sexe a une importance telle dans le monde que « personne ne peut prétendre qu'elle n'est pas pertinente pour la vie des gens »[4]. En 2017 au moins quatre entreprises produisent aux États-Unis des robots sexuels, mais il n’existe pas de statistiques publiées sur le nombre de propriétaires de tels robots dans le monde. Certes il s'agit encore de poupées articulées plus que de robots, mais Matt McMullan, directeur général d'un des fabricants de bot, Abyss Creations, concentre ses efforts sur l'interactivité.

Ce sujet, à la fois trivial et médiatiquement sensationnel suscite un début d'intérêt universitaire, qui sans être véritablement tabou, semble encore être encore « inconfortable » pour la science académique. Celle-ci a commencé à étudier les états psychologiques nouveaux qui pourraient naitre au contact de robots, tout en s’interrogeant sur leurs implications sociales, juridiques et morales. Mais les chercheurs restent dans ce domaine peu nombreux et la technologie liée au sexe est encore plus rarement abordée par les études académiques, faute de crédits de recherche notamment.

État de la Recherche[modifier | modifier le code]

Des études ont déjà montré que des personnes, sans être fétichistes, peuvent développer une sorte d’attachement anthropomorphisant et sentimental envers une poupée, un animal ou une plante, mais aussi envers un objet mécanique ou électronique (leur ordinateur ou leur voiture par exemple[60],[61] ; Parler à un animal comme à un enfant ou à autrui est considéré comme normal et relevant de notre intelligence sociale. Parler à un robot qui évoque un humain ou un animal semble alors plus rationnel, mais parler avec affection à une voiture semble plus étonnant. Or en 2006 selon un sondage commandé par Reuters, un automobiliste anglais sur deux dit parler régulièrement à sa voiture[62]et 40 % des 2 000 visiteurs anglais sondés à l’occasion du salon international de l’auto britannique estiment que leur voiture « a une personnalité qui peut être contrariée ». 20 % des anglaises disent avoir donné un petit nom d’animal à leur voiture mais pas à leur compagnon humain[63]. Dans un autre domaine, on a montré que des soldats peuvent développer un attachement fort à certains de leurs robot (notamment ceux utilisés dans le déminage)[64]).
Des indices laissent penser que des robots sexuels peuvent aussi susciter des émotions sexuelles intenses (une étude de l'Université de Stanford (Californie) montre que le fait de toucher un robot à forme humaine dans des endroits érotiquement sensibles chez l’humain suscite une excitation sexuelle et une réponse physiologique chez la plupart des gens). Ces phénomènes posent des questions scientifiques légitimes mais avant même d’avoir été bien étudiés ils suscitent des mises en garde et des interprétations variées, voire divergentes et les études se heurtent à divers obstacles, dont d’acceptabilité ; ainsi une conférence académique en préparation - un Congrès international sur l'amour et le sexe avec des robots - a dû être délocalisé après que l'hôte d'origine ait considéré le sujet comme gênant[4].

Outre les effets sociopsychologiques d’interfaces et d’interactions sexuelles homme-robot déjà explorés par la science-fiction, les universitaires pourraient aussi examiner les problèmes de vie privée qui pourraient se poser quand la technologie sexuelle est imprégnée d'intelligence artificielle et connectée à l’Internet, au Cloud ou même au réseau téléphonique car certains jouets sexuels radiocommandés collectent et communiquent déjà ainsi des données à leur fabricant, avec des possibilités qu’ils puissent être « piratés »[4].

Le rapport 2017 de la Foundation for Responsible Robotics (Hague Global Institute for Justice) conclue que c’est à la société de décider de la meilleure façon de faire face aux évolutions de l’industrie du sexe qui se poursuivent depuis des décennies, mais que les universitaires peuvent et doivent contribuer au débat et poursuivre la recherche sur ces sujets afin que les débats ou décisions juridique soient fondées sur des preuves[4].

Dans les colloques et congrès internationaux…[modifier | modifier le code]

En 2014, un premier Congrès international sur l'amour et le sexe avec des robots s’est tenu à Madère[65]

En 2015 une deuxième conférence était prévue en novembre en Malaisie mais repoussée car interdite par l’autorités policière du pays[66],[67],[68]. Elle s'est tenue en décembre 2016 au Goldsmiths, University of London, présidée par la Dr. Kate Devlin [69] qui a également fondé le premier hackathon sur le thème de la technologie et du sexe du Royaume-Uni (dans le même lieu en 2016)[70].
En 2016, une discussion sur ces enjeux nouveaux (intitulée « Technology and Intimacy : Choice or Coercion? » (« Technologie et intimité: choix ou coercition ») a été intégrée à la 12e conférence de l'International Federation for Information Processing (IFIP, ONG reconnue par les Nations-Unies, associant plus de 50 sociétés et académies de sciences nationales et internationales, et qui regroupe plus d'un million professionnels de l'informatique et des réseaux) intitulée Conference TC9 Human Choice & Computers[71],[72].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Yeoman I & Mars M (2012). Robots, men and sex tourism. Futures, 44(4):365–37 (résumé)
  2. a et b George Gurley, « Is This the Dawn of the Sexbots? (NSFW) », sur VanityFair.com,
  3. Fong, T., Nourbakhsh, I., & Dautenhahn, K. (2003) A survey of socially interactive robots. Robotics and autonomous systems, 42(3), 143-166
  4. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w, x, y, z, aa, ab, ac, ad, ae, af, ag, ah, ai, aj, ak, al, am, an, ao, ap et aq ; Foundation for Responsible Robotics (Hague Global Institute for Justice), PDF, 44p
  5. M. Coeckelbergh (2010), Artificial companions: Empathy and vulnerability mirroring in human-robot relations | Studies in ethics, law, and technology ; 4(3)
  6. a, b, c, d et e Marmion J.F (2016) « Est-il prudent de tripoter son robot? ». Sciences humaines, (8), 43-43 (résumé)
  7. a, b et c Nadia Veyrié (2017), "Sherry Turkle, Seuls ensemble. De plus en plus de technologies, de moins en moins de relations humaines", Sciences et actions sociales [en ligne], N°7 | publié en ligne le 3 mai 2017, URL : http://www.sas-revue.org/images/pdf/N7d7/Sherry-Turkle-Seuls-ensemble.De-plus-en-plus-de-technologies...pdf .
  8. a, b, c et d Mackenzie R (2015). Sexbots: nos prochains partenaires. Multitudes, (1), 192-198 (résumé).
  9. Takatsuki Yasushi 高月靖 (2008), Nankyoku ichi go densetsu dacchi waifu kara rabu dôru made tokushu yôto aigen ningyô zengoshi, 南極1号伝説 ダッチワイフからラブドールまで 特殊用途愛玩人形の戦後史 (Pôle sud numéro 1. Des épouses hollandaises aux love doll. Histoire des poupées spécialement faites pour être adoptées et chéries), Tôkyô, Basilico.
  10. Cedric L (2017) L'amour et le sexe avec les robots sont inévitables sur Numerama ; 16 octobre 2007 - rubrique Sciences
  11. Richardson K (2016). The asymmetrical'relationship': parallels between prostitution and the development of sex robots. ACM SIGCAS Computers and Society, 45(3), 290-293 (résumé).
  12. a, b, c et d Nathan Rambukkana et Maude Gauthier, « L’adultère à l’ère numérique : Une discussion sur la non/monogamie et le développement des technologies numériques à partir du cas Ashley Madison », Genre, sexualité & société [En ligne], publié 01 juin 2017 |URL:http://gss.revues.org/3981 ; DOI : 10.4000/gss.3981
  13. Giard A () La love doll au Japon : jeux imaginaires, incarnation et paradoxes ; N°23. Des jeux et des mondes (Partie thématique)
  14. (en) Ed Habershon et Richard Woods, « No sex please, robot, just clean the floor — Times Online », The Times, London,‎ (lire en ligne)
  15. (en) Tim Hornyak, « Sex robot Roxxxy looking for action », sur CNET,
  16. a et b (en) Jacob James, « 'I Believe That It Will Become Perfectly Normal for People to Have Sex With Robots' », sur Newsweek,
  17. (en) The New York Times, « Sex Dolls That Talk Back », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne)
  18. Jane Wakefield (2017) A sex doll that can talk - but is it perfect Harmony ? publié 15 Mai 2017
  19. Rambukkana Nathan (2015), Fraught Intimacies : Non/Monogamy in the Public Sphere.
  20. ; Foundation for Responsible Robotics (Hague Global Institute for Justice), PDF, voir p 28/44p
  21. ; Foundation for Responsible Robotics (Hague Global Institute for Justice), PDF, voir page 32/44
  22. Danaher (2014) Robotic Rape and Robotic Child Sexual Abuse: Should they be criminalised? Criminal Law and Philosophy, 13 , 1 -25
  23. The Canadian Press, « Too sensitive? Sex toy maker sued over collection of intimate data: Ottawa-based ‘We-Vibe’ maker subject of U.S. class-action lawsuit », CBC.ca, 14 septembre 2016, en ligne: http://www.cbc.ca/beta/news/canada/ottawa/vibrator-lawsuit-1.3761825
  24. a, b, c et d Scheutz, M., & Arnold, T. (2016). Are we ready for sex robots?. In The Eleventh ACM/IEEE International Conference on Human Robot Interaction (pp. 351-358), mars 2016, IEEE Press
  25. [ http://www.ibtimes.co.uk/europes-first-sex-doll-brothel-opens-spain-charging-punters-100-hour-sex-manikins-1609004 Europe's first sex-doll brothel opens in Spain charging punters £100 an hour for sex with manikins ; Brothel LumiDolls has opened in Barcelona offering customers sex with dolls worth £4,300.] 28 février 2017
  26. Sullins J.P. (2012). Robots, love, and sex: The ethics of building a love machine. IEEE Trans. Affective Comput. IEEE Transactions on Affe ctive Computing, 3 (4), 398–409
  27. Turkle S (2011). Alone Together : Why We Expect More from Technology and Less from Each Other. Basic Books
  28. Snell, J. (1997). Impacts of Robotic Sex. The Futurist, 32
  29. Kaye, L. (2016, February). Challenging Sex Robots and the Brutal Dehumanisation of Women. Challenging sex robots and the brutaldehumanisation of women
  30. de Graaf, M., & Allouch, S. B. (2016). Anticipating Our Future Robot Society : The Evaluation of Future Robot Applications From A User’s Perspective. New York, USA. https://www.researchgate.net/profile/Maartje_De_Graaf/publication /30490099 7_Anticipating_Our_Future_Robot_Society_The_Evaluation_of_Future_Robot_A pplications_From_A_User%27s_Perspective/links/577cf33608aece6c20fe4c5d.pd f?origin=publication_detail
  31. a et b Dautenhahn, K., Woods, S., Kaouri, C., Walters, M. L., Koay, K. L., & Werry, I. (2005). What is a robot companion-friend, assistant or butler ? (pp. 1192 –1197). https://doi.org/10.1109/IROS.2005.1545189
  32. Robins, B., Dautenhahn, K., Te Boekhorst, R., & Billard, A. (2005). Robotic assistants in therapy and education of children with autism: can a small humanoid robot help encourage social interaction skills?. Universal Access in the Information Society, 4(2), 105-120.
  33. Robins, B., Dautenhahn, K., & Dubowski, J. (2006). Does appearance matter in the interaction of children with autism with a humanoid robot?. Interaction studies, 7(3), 479-512
  34. Robins, B., Dickerson, P., Stribling, P., & Dautenhahn, K. (2004). Robot-mediated joint attention in children with autism: A case study in robot-human interaction. Interaction studies, 5(2), 161-198
  35. Libin A.V & Libin E.V (2004) Person-robot interactions from the robopsychologists' point of view: The robotic psychology and robotherapy approach | Proceedings of the IEEE, 92(11), 1789-1803
  36. Reisman Y & Gianotten WW.L (2017) Sexual Tools and Toys in Oncosexology ; Cancer, Intimacy and Sexuality pp 223-233 , 17 février 2017 (résumé)
  37. a et b Furman, K. A., Becker, B., & IsHak, W. W. (2017). Introduction to Sexual Medicine. In The Textbook of Clinical Sexual Medicine (pp. 3-15). Springer International Publishing (résumé)
  38. Kirby, M. G. (2017). Male Sexual Rehabilitation After Pelvic Cancer. In Cancer, Intimacy and Sexuality (pp. 193-204). Springer International Publishing.
  39. Wassersug, R., & Wibowo, E. (2017). Non-pharmacological and non-surgical strategies to promote sexual recovery for men with erectile dysfunction. Translational Andrology and Urology.
  40. Jannini EA, Limoncin E, Giocca G, et al. Ethical aspects of sexual medicine. Internet, vibrators, and other sex aids: toys or therapeutic Instruments? J Sex Med. 2012;9:2994–3001
  41. a et b Levy, D. (2008). Love and Sex with Robots: The Evolution of Human-Robot Relationships. New York: Harper Perennial. https://www.amazon.com/Love -Sex -Robots -Human-Robot-Relationships/dp/0061359807/ref=tmm_pap_swatch_0?_encoding=UTF8& qid=sr voir p. 304
  42. Sharkey, A., & Sharkey, N. (2012). Granny and the robots: ethical issues in robot care for the elderly. Ethics and Information Technology, 14(1), 27-40.
  43. Serkan Toto (2011) Babyloid: Therapeutic Baby Robot For The Elderly, brève en ligne du 1er mars 2011
  44. Sharkey, N., & Sharkey, A. (2012). The eldercare factory. Gerontology, 58(3), 282-288.
  45. Kidd, C. D., Taggart, W., & Turkle, S. (2006, May). A sociable robot to encourage social interaction among the elderly. In Robotics and Automation, 2006. ICRA 2006. Proceedings 2006 IEEE International Conference on (pp. 3972-3976). IEEE.
  46. Heerink, M., Albo-Canals, J., Valenti-Soler, M., Martinez-Martin, P., Zondag, J., Smits, C., & Anisuzzaman, S. (2013, October). Exploring requirements and alternative pet robots for robot assisted therapy with older adults with dementia. In International Conference on Social Robotics (pp. 104-115). Springer, Cham.
  47. 5e édition 2013 (DSM -5)
  48. Avis rapporté par Wilkins & Griffiths, 2012 dans le journal New Scientist, et repris par le rapport de 2017
  49. a et b Weber J (2005). Helpless machines and true loving care givers: a feminist critique of recent trends in human-robot interaction. Journal of Information, Communication and Ethics in Society , 3(4):209–218
  50. Robertson J (2010), Gendering humanoid robots: robo-sexism in japan. Body & Society, 16(2):1–36
  51. (en) Holly Ellyatt, « Campaign launched against 'harmful' sex robots », sur CNBC,
  52. a et b (en) « Intelligent machines: Call for a ban on robots designed as sex toys », BBC News,
  53. (en) James Temperton, « Campaign Against Sex Robots calls for ban on human-robot sex », sur Wired UK,
  54. (en) Justin Wm. Moyer, « Having sex with robots is really, really bad, Campaign Against Sex Robots says », Washington Post,
  55. (en) Justin McCurry, « No sex, please, they're robots, says Japanese android firm », sur The Guardian,
  56. (en) Brendan O'Connor, « Japanese Robot Owners Reminded Not To Fuck Their Robots » [archive du ], sur Gawker, Gawker Media,
  57. Weber J (2005) Helpless machines and true loving care givers: a feminist critique of recent trends in human-robot interaction. Journal of Information, Communication and Ethics in Society, 3(4), 209-218
  58. Bisson F (2015). Sexo-robots et société. Multitudes, (1), 201-206 (résumé)
  59. a et b Lausson J (2017) Droit des robots : « a-t-on besoin d’une nouvelle personnalité juridique ? » Numérama, 07 février 2017
  60. Clochard, F. (2008). La voiture: un regard socio-anthropologique sur le rapport à l'objet automobile (Doctoral dissertation, Paris 5)
  61. Clochard F (2013) La passion automobile: approche anthropologique des formes de l'attachement. Éd. EMS, Management & société
  62. Enquête britannique commandée par l’agence Reuters en 2006
  63. Bataille A (2006) [ http://www.caradisiac.com/La-moitie-des-automobilistes-parlent-a-leur-voiture-9196.htm La moitié des automobilistes parlent à leur voiture], article publié dans Caradisac le 23 février 2006
  64. K. Chayka. As military robots increase, so does the complexity of their relationship to soldiers. http://www.newsweek.com/2014/02/21/military-robots-increase-so-does-complexity-their-relationship-soldiers-245530.html, 2014
  65. (en) « 1st International Congress on Love and Sex with Robots », sur cie.acm.org, Association for Computing Machinery (consulté le 7 septembre 2016)
  66. (en) Tarrence Tan, « IGP declares ‘Sex with Robots’ conference illegal », sur Free Malaysia Today,
  67. (en) Hope Reese, « Academic conference on 'Love and Sex with Robots' abruptly cancelled after being declared illegal », sur TechRepublic,
  68. (en) Kaila Hale-Stern, « The Annual Love and Sex With Robots Conference Has Been Canceled », sur Gizmodo, Gawker Media,
  69. (en) « Love and Sex with Robots » (consulté le 7 septembre 2016)
  70. (en) « Sex Tech Hack II – The Second Coming », sur Hacksmiths, Goldsmiths Tech Society (consulté le 18 mai 2017)
  71. (en) Jon Dean, « First ever conference in to sex robots to ask the big questions », sur Daily Mirror,
  72. (en) Tom Cheshire, « Can 'Sex Robots' Replace Human Relationships? », sur Sky News,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) « Let’s talk about sex robots », Nature, no 547,‎ , p. 138 (DOI 10.1038/547138a, lire en ligne) Editorial.
  • Coeckelbergh, M. (2009). Personal robots, appearance, and human good: A methodological reflection on roboethics. International Journal of Social Robotics, 1(3), 217-221.
  • Devlin, K. (2015). In defence of sex machines: why trying to ban sex robots is wrong. Retrieved March 2, 2017, from http://theconversation.com/in- defence -of-sex - machines -why -trying -to-ban -sex -robots -is-wrong -47641
  • Gendai Net, ゲンダイネット, Eiga de wadai « rabu dôru » gijutsukakumei (映画で話題“ラブドール”技術革命, « Grâce au cinéma, la révolution technologique des “love doll” est dans le vent »), 19 octobre 2009. http://pygmaliondoll.blog22.fc2.com.
  • Giard A () La love doll au Japon : jeux imaginaires, incarnation et paradoxes ; N°23. Des jeux et des mondes (Partie thématique)
  • Grimaud Emmanuel (2012), « Androïde cherche humain pour contact électrique. Les cinétiques de l’attachement en robotique », dans Gradhiva, Paris, Musée du quai Branly, pp. 76-101.
  • Marmion, J. F. (2016). « Est-il prudent de tripoter son robot? ». Sciences humaines, (8), 43-43 (résumé).
  • Owsianik Jenna, « Realbotix: RealDoll Creator Bringing Sexbots to Life with Artificial Intelligence », Future of Sex, 2016, en ligne: http://futureofsex.net/robots/realbotix-realdoll-creator-bringing-sexbots-to-life-with-artificial-intelligence/
  • Scheutz M., & Arnold, T. (2016), Are we ready for sex robots?. In The Eleventh ACM/IEEE International Conference on Human Robot Interaction (p. 351-358). IEEE Press.
  • Scheutz M (2011) The inherent dangers of unidirectional emotional bonds between humans and social robots. In P. Lin, K. Abney, and G. Bekey, editors, Robot Ethics: The Ethical and Social Implications of Robotics ,page 205. MIT Press,.
  • Takatsuki Yasushi 高月靖 (2008), Nankyoku ichi go densetsu dacchi waifu kara rabu dôru made tokushu yôto aigen ningyô zengoshi, 南極1号伝説 ダッチワイフからラブドールまで 特殊用途愛玩人形の戦後史 (Pôle sud numéro 1. Des épouses hollandaises aux love doll. Histoire des poupées spécialement faites pour être adoptées et chéries), Tôkyô, Basilico.
  • Whitby B (2011) . Do you want a robot lover? the ethics of caring technologies. In P. Lin, K. Abney, and G. Bekey, editors, Robot Ethics: The Ethical and Social Implications of Robotics , page 205. MIT Press
  • Yeoman I & Mars M (2012). Robots, men and sex tourism. Futures, 44(4):365–37 (résumé).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]