Robi Morder

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Robi Morder
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation

Robi Morder, né en 1954, est un juriste du travail, politologue, spécialiste des mouvements lycéen et étudiant, militant politique, syndical et associatif.

Les mouvements lycéens et le syndicalisme étudiant[modifier | modifier le code]

Robi Morder naît en Équateur en 1954, au sein d'une famille juive d'origine polonaise ; il arrive avec sa mère et son frère Joseph Morder (metteur en scène de cinéma) à Paris en 1962.

Robi Morder s'est engagé en mai 1968 dans les Comités d'action lycéens (CAL) au lycée Turgot[1] où il est élève de 1966 à 1971, puis les deux années suivantes aux lycées Hector Berlioz et Charlemagne avant d'être en classe préparatoire entre 1973 et 1974 au lycée Voltaire. Il a participé aux diverses mobilisations lycéennes de l'après 1968, et notamment à la direction du mouvement contre la loi Debré sur les sursis (printemps 1973). Il a par la suite aidé les lycéens autogestionnaires à la création du syndicat Coordination permanente lycéenne (CPL) en 1978/1979.

Robi Morder a été responsable de plusieurs syndicats étudiants : membre du Bureau national du Mouvement d'action syndicale de 1979 à 1980, il a ensuite milité à l'UNEF-ID, dont il a été membre du Bureau national de 1980 à 1984, puis membre de la commission de contrôle de 1984 à 1986.

Pendant ses études, il a été élu au conseil de l'Université Paris-VIII, puis au conseil scientifique de l'Université Paris X.

Engagements politiques, associatifs et syndicaux[modifier | modifier le code]

Robi Morder, après un premier passage à la Ligue communiste puis à la Ligue communiste révolutionnaire, a été de 1977 à 1982 membre de la direction des Comités communistes pour l'autogestion (CCA) ; il est ensuite revenu à la LCR. Il est aujourd'hui adhérent du mouvement Ensemble ! au sein du Front de gauche. Travaillant dans l'édition (éditions Savelli-France), il a été membre de la CFDT du livre. Il a été membre de la commission nationale des conflits du SNESup. Il fait partie des fondateurs de la Fondation Copernic où il a codirigé la note sur la « refondation sociale ». Il participe au conseil de l'association pour l'autogestion, ainsi qu'à l'animation de son site[2]. Lors des élections législatives de 2002, il est candidat pour la LCR dans la première circonscription de Paris, où il remporte 1,13 % des suffrages[3]. Il est membre depuis 2010 du bureau de l'association des anciens de l'UNEF.

Un spécialiste du mouvement étudiant[modifier | modifier le code]

Travaillant en cabinets d'avocats depuis trente ans sur des dossiers civils, commerciaux et principalement prudhommaux et documentaliste juridique, Robi Morder, est chargé d'enseignement à l'Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines en droit et sciences sociales depuis 1988 et a été professeur, puis chercheur associé à l'Université de Reims Champagne-Ardenne. Il a aussi une expérience d'enseignement en enseignement supérieur privé : École d'élèves infirmières des Diaconnesses, École supérieure de gestion, Institut supérieur de commerce des Yvelines et en formation permanente.

Membre de l'Association française de sciences politiques,du conseil scientifique de la revue Dissidences, il collabore régulièrement aux activités du Réseau d'études sur l'enseignement supérieur (RESUP) et aux publications de la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC)  : il est membre du comité de rédaction de la revue Matériaux pour l'histoire de notre temps et vice-président de l'Association des amis de la BDIC. Il a aussi été membre du conseil scientifique de la Structure fédérative de recherche "Archives et histoire des relations internationales". Il collabore à l'animation des éditions Syllepse.

Président du Groupe d'études et de recherche sur les mouvements étudiants (GERME) et directeur des Cahiers du Germe, vice-président du Conservatoire des mémoires étudiantes, membre du conseil d'administration de la Cité des mémoires étudiantes, Robi Morder a publié une soixantaine d'articles et contributions sur les mouvements étudiants, le mutualisme, les mouvements lycéens dans des revues, des ouvrages collectifs, à l'occasion de colloques. Régulièrement interviewé et cité par la presse lors de mobilisations étudiantes ou lycéennes, il a codirigé en 2009 un rapport sur les engagements étudiants pour le compte de l'Observatoire de la vie étudiante[4].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Principaux écrits disponibles :

  • Robi Morder, "Grenoble 46: héritage? Succession?", Cahiers du Germe n° 31, 2016;
  • Robi Morder, "Le mouvement contre la réforme Devaquet: 30 ans, l'espace d'une génération", Cahiers du Germe n° 31, 2016
  • Robi Morder, "La grève du droit à Paris VIII en mai et juin 1983: "l'esprit vincennois", in Florence Bourillon et al. (dir), De l'université de Paris aux universités d'Ile-de-France, PU de Rennes, 2016.
  • Robi Morder, "L'autonomie": octroyée, conquise, remise en cause" in Aurélien Casta et Emmanuel Porte (coord.), Autonomie en mouvements, revendications syndicales et mobilisations étudiantes, Paris, Syllepse, 2015.
  • Patrick Le Tréhondat, Robi Morder, Irène Paillard, Patrick Silberstein, (textes rassemblés et présentés par), Trotsky, Contre le fascisme 1922-1940, Paris, Syllepse, 2015.
  • Robi Morder, "A la fois jeunes et scolarisés, le puzzle des mouvements lycéens", La Gazette des archives, n° 235, 2014.
  • Robi Morder, "Jeunesses scolarisées, mobilisations et syndicalismes", in Valérie Becquet (coord), Jeunesses engagées, Paris, Syllepse, 2014.
  • Robi Morder, "Les relations UNEF/UGEMA. Entre internationalisme et diplomatie", dossier "mouvements étudiants et guerre d'Algérie", Cahiers du Germe n° 30, 2012/2013;
  • Robi Morder et Caroline Rolland-Diamond (coord). Étudiant(e)s du monde en mouvement. Migrations, cosmopolitisme et internationales étudiantes., Paris, Syllepse, 2012.
  • Jean-Philippe Legois, Robi Morder, "Deux séquences des mouvements étudiants à Paris XIII (1970-71 et 1986)", in Jacques Girault et al; (dir.), Paris XIII, histoire d'une université en banlieue (1970-2010), Paris XIII, 2012;
  • Robi Morder « Les mouvements étudiants,rapports avec les jeunes et la société », Memoria y civilizacion n° 14, Université de Navarre, 2011.
  • Robi Morder « Personnalités extérieures et gouvernement des universités: dispositifs et réformes, pratiques et représentations», Colloque international du RESUP : L'enseignement supérieur et la recherche en réformes], Paris, 27 au 29 janvier 2011.
  • Jean-Philippe Legois, Robi Morder « De la sauvegarde à la valorisation des archives étudiantes, un exemple de coopération thématique », Matériaux pour l'histoire de notre temps n° 100, 2010.
  • Robi Morder, « La représentativité étudiante à la lumière de la représentativité syndicale en France », dossier "représenter les étudiants" Cahiers du Germe n° 29, 2010/2011.
  • Robi Morder, Didier Fischer, La Fondation santé des étudiants de France au service des jeunes malades depuis 1923, FSEF, Un, deux... quatre éditions, Clermont-Ferrand, 2010.
  • Robi Morder, Gouvernement des universités et relations avec les mondes socio-économiques, rapport de recherche, laboratoire OMI, Université de Reims Champagne-Ardenne, juillet 2010.
  • Robi Morder, « Printemps de Prague» et « École et éducation», in Collectif Lucien Collonges,Autogestion, hier, aujourd'hui, demain, Syllepse, 2010.
  • Robi Morder, « Les relations UNEF/FEN : un modèle syndical enseignant pour les étudiants ou simple relation intersyndicale ? », La Fédération de l'Éducation nationale (1928-1992): histoire et archives en débat', PU de la Sorbonne, 2009.
  • Robi Morder, « L’UNEF et le conflit israélo-arabe, 1967-1970 », colloque Le Moyen-orient, une passion française, 1967-1970, BDIC-Collège de France, octobre 2008, Matériaux pour l'histoire de notre temps n° 96, 2009.
  • Robi Morder, « Les mouvements étudiants face aux questions de l’insertion et de la professionnalisation », colloque RESUP-IREDU, L’enseignement supérieur et les marchés du travail, 19-20 juin 2008, Dijon, en ligne sur le site de l'IREDU
  • Robi Morder, « Universités et ouverture sur les mondes socio-économiques, personnalités extérieures et institutions universitaires, le précédent des années 1960 et de la Loi Faure », note pour le laboratoire OMI, URCA
  • Robi Morder, « Les conseils de travailleurs en Tchécoslovaquie 1968/1969», in Caroline Apostopoulos, Geneviève Dreyfus-Armand, Irène Paillard (coord), Les années 68, un monde en mouvement, BDIC, Syllepse, 2008.
  • Robi Morder, « jeunesse scolarisée» et "ordre moral», in Antoine Artous, Didier Epstejn, Patrick Silberstein" (dir), La France des années 68, Syllepse, 2008.
  • Robi Morder, « L’émergence des grèves et des mouvements lycéens», in Artières, Zancarini (dir), 68, une histoire collective, La Découverte, Paris, 2008.
  • Robi Morder, « Les engagements extra-universitaires des étudiants en France », in Françoise Hiraux, (dir), Les engagements étudiants, Academia Bruylant, Louvain-La-Neuve, 2008.
  • Jean-Philippe Legois, Alain Monchablon, Robi Morder, Cent ans de mouvements étudiants, Éditions Syllepse, 2007
  • Jean-Philippe Legois, Alain Monchablon, Robi Morder, "1907, une union étudiante est née", Matériaux pour l'Histoire de notre temps n° 86, 2007.
  • Robi Morder, « 1907 et la formation d’une union nationale d’étudiants : le cas français, de l’exception au modèle », Matériaux pour l’histoire de notre tempsN° 86, 2007.
  • Robi Morder, « Jeunesse étudiante, précarité et mobilisation anti-CPE », Critique communiste, N° 181, 4e trimestre 2006.
  • Robi Morder, Emmanuel Porte, « Mouvements étudiants concurrentiels dans un monde étudiant multipolaire face à une décentralisation des réformes », Colloque RESUP, « Regards croisés sur la question étudiante », Bordeaux, 9 juin 2006, publié dans les Cahiers du GERME n° 28, 2009.
  • Robi Morder (coord.), Grenoble 1946. Naissance d'un syndicalisme étudiant, Éditions Syllepse, 2006
  • Robi Morder, "Le lycéen, nouvel acteur collectif de la fin du XXe siècle", Lycées et lycéens en France, Presses de la Sorbonne, 2005.
  • Robi Morder, « L’UNEF des années noires, dix ans après, état des lieux, état des débats », dossier « L’UNEF, les étudiants pendant la guerre de 1939-145 et sous l’occupation: attentismes, collaborations et résistances ».Cahiers du Germe, N° 25, juin 2005.
  • Robi Morder, «La Troisième République, l’École, l’État : le mouvement ouvrier entre autonomie et compromis», Matériaux pour l'histoire de notre temps, N° 78, « centenaire de la loi de 1905 », 2005.
  • Jean-Philippe Legois, Gilles Le Beguec, Cédric Meletta, Robi Morder (coord), « 1936 – 1968 : jeunesses, d’un mai à l’autre », Matériaux pour l’histoire de notre temps n° 74, 2004.
  • Robi Morder, « Jeunes scolarisés, jeunes au travail, jeunes sans travail : crises des jeunesses dans les années 60 », Matériaux pour l'histoire de notre temps, N° 74, 2004
  • Robi Morder, « Les répertoires d'action collective étudiants », Cahiers du Germe, spécial N° 4, 2004, p 44-48.
  • Robi Morder, « Éléments pour une histoire politique de la mutuelle nationale des étudiants de France », Cahiers du Germe spécial n° 4, 2004 (et sur le site du germe,
  • Robi Morder, « Les Comités d'action lycéens », Cahiers du Germe n° 22-23-24, 2004
  • Robi Morder, "L'autogestion dans les mouvements étudiants et lycéens dans les " années 68 ", autogestion, la dernière utopie, Presses de la Sorbonne 2003.
  • Robi Morder, « L’Unef, un exemple d’investissement syndical de la forme associative », Matériaux pour l’histoire de notre temps, N° 69, 2003.
  • Robi Morder, « La construction sociale de l'étudiant. Le rôle des associations d'étudiants », Informations sociales N° 99, 2002.
  • Robi Morder, « La grève lycéenne contre la loi Debré, une mobilisation de la jeunesse contre toutes les casernes », Autrement, N° 76, 2002.
  • Robi Morder, "Trois livres pour un enterrement" (à propos de la crise de la MNEF), Les Cahiers du Germe trimestriels N° 15/16, 2001
  • Didier Fischer, Robi Morder, « L'UNEF, le mouvement étudiant et le renouvellement des élites politiques en France (1945-1956) », Colloque de Rome, Paris X-LUISS, novembre 1997, Ed. Laterza, Rome, 2000.
  • Jean-Philippe Legois, Alain Monchablon, Robi Morder, « Entre Réforme, Révolution et Corporatisme » Colloque « les années 68 », 1998. in Robert Frank et al. (dir), Les années 68: le temps de la contestation, Bruxelles/Paris, Complexe/IHTP, 2000, réédition 2008.
  • Robi Morder, « Le Mouvement d’Action Syndicale », La revue de l’université, N° 19, 1999.
  • Robi Morder, « L'UNEF et la participation étudiante », La revue de l'Université, N° 12, 1998.
  • Robi Morder, « Identités étudiantes », Factuel la revue, N° 3, 1998.
  • Robi Morder, « 1971, la scission de l'UNEF », La Revue de l'Université, 1997.
  • Robi Morder, « Mondes étudiants, Mouvements étudiants : l'enjeu des définitions », Politique la Revue, N° 3, 1997.
  • Robi Morder, « Relations et organisations internationales étudiantes, pour une approche comparative des organisations étudiantes », Cahiers du Germe spécial internationales, N°2, 1997.
  • Valérie Estournès, Robi Morder, Vincent Raynal, « Les jeunes diplômés et l'insertion professionnelle », Colloque « le travail », RESSY - Ministère de la Recherche, 1993.
  • Robi Morder, « les Archives de l'Unef », Chroniques de la BDIC, Cahiers du Centre d'histoire contemporaine, Paris X, N° 13, 1992.
  • Robi Morder, « Projet de développement du fonds documentaire sur les organisations et mouvements de jeunesse et perspectives de recherche » Matériaux pour l’histoire de notre temps, n°24, 1991

Exposition virtuelle[modifier | modifier le code]

Commissaire, avec Caroline Apostolopoulos, de l'exposition BDIC - Cité des mémoires étudiantes - La Parole errante, "Les années 68, un monde en mouvement, nouveaux regards sur une histoire plurielle"[5]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Paul Salles, La Ligue communiste révolutionnaire (1968-1981), Presses Universitaires de Rennes, v, p. 339
  2. Site de l'association
  3. Résultats des élections législatives 2002 Paris sur lexpress.fr
  4. Les engagements des étudiants, formes collectives et organisées d’une identité étudiante, site de l'Observatoire de la vie étudiante, juin 2009
  5. Site de la BDIC