Roberto Succo (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Roberto Succo
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo du film
Réalisation Cédric Kahn
Scénario Pascale Froment (livre), Cédric Kahn
Acteurs principaux
Sociétés de production Agat Films & Cie - Ex Nihilo
France 3 Cinéma
Pays de production Drapeau de la France France
Genre Biographique
Durée 124 minutes
Sortie 2001

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Roberto Succo est un film français réalisé par Cédric Kahn, sorti en 2001. Il est librement inspiré de la vie du tueur en série italien Roberto Succo (1962-1988).

Synopsis[modifier | modifier le code]

En 1981, deux corps mutilés sont découverts dans la baignoire d'un petit appartement de Mestre, en Italie. Cinq ans plus tard, dans un bar de la Côte d'Azur, Léa, une jeune lycéenne, rencontre Kurt, un étrange garçon qui se dit Anglais malgré un fort accent italien. Ils deviennent amants. Kurt a des réactions étranges, une imagination débordante et change sans cesse de voiture. Les vacances finies, Léa rentre chez elle en Savoie. Kurt vient la retrouver. Ils se revoient régulièrement.

Le long d'un axe reliant la Côte d'Azur à la Savoie, des meurtres, cambriolages, viols et agressions en tous genres sont perpétrés. Les gendarmes ne parviennent à trouver aucun lien ni aucune cohérence dans l'ensemble de ces méfaits. L'enquêteur principal, le major Thomas, finit par comprendre que c'est l'œuvre d'un fou. Léa, lassée par l'impulsivité de Kurt, le quitte. Il réagit violemment. Plus tard, dans une boîte de nuit, il aborde un groupe de trois filles, dont deux sœurs. Des concurrents se manifestent. Il tire sur l'un d'eux sur le parking, le laisse pour mort et s'enfuit. Le lendemain, les policiers viennent interroger les filles chez elles. Il tire sur les policiers et assassine l'un d'eux. Il s'enfuit en Suisse, où il prend en otage une femme qui conduisait sa voiture. Après une longue course-poursuite, elle saute de la voiture en marche, il parvient à s'échapper. Il regagne l'Italie. Léa reconnait Kurt sur un avis de recherche. Son nouvel amoureux la convainc d'aller au commissariat dénoncer Kurt. Grâce à son témoignage, les enquêteurs identifient Kurt comme étant Roberto Succo, qui a tué ses parents en 1981, à Mestre. C'est là-bas qu'il est arrêté par les carabiniers.

Succo fait un coup d'éclat médiatique en tentant de s'évader par le toit de la prison, suspendu à un câble électrique, devant les caméras de télévisions. Il se suicide en prison en se glissant la tête dans un sac plastique et s'asphyxiant avec une bouteille de gaz ouverte.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Musique[modifier | modifier le code]

Info Simple.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section proviennent du générique de fin de l'œuvre audiovisuelle présentée ici.

  • Love is love par Culture Club de (rencontre de Léa et de Roberto Succo dans le bar).
  • Sleep par Marianne Faithfull de (dans un champ près d'un feu, Léa et Roberto Succo dansent un slow ; le carambolage sur l'autoroute de Marseille ; générique de fin).
  • Rock Your Baby par George McCrae de (dans la boite de nuit, Roberto Succo fait connaissance et danse avec Cathy, discute à leur table avec sa sœur et Nadia, Christian se joint à eux).
  • Nice and Slow par Jesse Green (en) de (dans la boite de nuit, Roberto Succo danse avec Cathy et sa sœur, se dispute avec Luigi et sort).

Accueil[modifier | modifier le code]

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Roberto Succo
Score cumulé
SiteNote
Rotten Tomatoes100 %[1]
Allociné4.1 étoiles sur 5[2]
Compilation des critiques
PériodiqueNote

Sur l'agrégateur américain Rotten Tomatoes, le film récolte 100 % d'opinions favorables pour 6 critiques[1].

En France, le site Allociné propose une note moyenne de 4,15 à partir de l'interprétation de critiques provenant de 23 titres de presse[2].

Controverses[modifier | modifier le code]

Lors de sa sortie, le film a été un temps menacé d'interdiction à Annecy et Chambéry, lieux des meurtres de Succo, mais a été finalement maintenu à l'affiche[3]. Il a par ailleurs fait l'objet de protestations de la part de policiers, estimant qu'il faisait l'apologie du tueur[4].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Initialement, le film devait s'intituler Kurt[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Roberto Succo (2001) », sur Rotten Tomatoes, Fandango Media (consulté le ).
  2. a et b « Roberto Succo - critiques presse », sur Allociné (consulté le ).
  3. La ministre de la Culture, Mme Tasca, réagit à cette polémique lors du festival de Cannes sur ina.fr.
  4. « La revue de presse européenne du 14/04/2001 », sur radiofrance.fr (version du 23 février 2005 sur l'Internet Archive)
  5. « Cédric Kahn filme un tueur », Studio,‎ , p. 128.

Liens externes[modifier | modifier le code]