Roberto Marcelo Levingston

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la politique image illustrant l’Argentine
Cet article est une ébauche concernant la politique et l’Argentine.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Roberto Marcelo Levingston
Levingston de civil.jpg

Alejo Julio Argentino Roca Paz en 1900

Fonction
Président de l'Argentine (en)
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 95 ans)
Buenos AiresVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Grade militaire
Roberto Marcelo Levingston.

Roberto Marcelo Levingston Laborda (né à San Luis, le 19 janvier 1920 et mort le [1]) est un militaire argentin, qui fut désigné le 18 juin 1970, par la junte des commandants en chef des trois armes (Terre, Mer et Air), pour remplacer le dictateur Juan Carlos Onganía, qui gouvernait le pays depuis 1966, à la suite du coup d'État autoproclamé « Révolution argentine ».

Le chef des renseignements devant l'État-major, délégué argentin devant la Junte interaméricaine de défense (en) et agrégé militaire à Washington[2], était alors inconnu du public. Formé à l'École Militaire des Amériques, il occupa son poste de président de facto pendant moins d'un an (jusqu'au 22 mars 1971), et fut déposé à son tour par Alejandro Agustín Lanusse, commandant en chef de l'armée de terre, et à ce moment homme fort du pays.

Ce fut un gouvernant dur et cruel, qui continua les politiques antipopulaires et répressives de son prédécesseur Onganía[non neutre], tout en essayant d'assouplir les rapports avec les partis politiques, en particulier à la suite de la Hora del Pueblo (es), un accord multipartite exigeant la tenue immédiate d'élections. Le Viborazo, ou second Cordobazo provoqué par la répression du mouvement syndical et étudiant par le gouverneur Camilo Uriburu mit fin aux fonctions de Levingston[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]