Roberto Balzaretti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Roberto Balzaretti
Illustration.
Roberto Balzaretti en 2019.
Fonctions
Ambassadeur de Suisse en France
En fonction depuis le
Ministre Ignazio Cassis
Prédécesseur Livia Leu Agosti
Chef de la Direction des affaires étrangères (DFAE)
Ministre Ignazio Cassis
Prédécesseur Henri Gétaz
Successeur Livia Leu Agosti
Chef de la mission suisse auprès de l'Union européenne
Ministre Didier Burkhalter
Ignazio Cassis
Secrétaire général du Département fédéral des affaires étrangères
Ministre Micheline Calmy-Rey
Biographie
Date de naissance (57 ans)
Lieu de naissance Mendrisio
Nationalité Suisse
Diplômé de Université de Berne
Profession Juriste
Diplomate

Roberto Balzaretti, né le à Mendrisio (originaire de Ligornetto), est un juriste (docteur en droit) et haut fonctionnaire suisse, secrétaire d'État à la Direction des affaires européennes du DFAE et depuis ambassadeur de Suisse à Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Roberto Balzaretti est né le [1] et a grandi à Ligornetto (aujourd'hui Mendrisio)[2]. Enfant, il se rend régulièrement à Sion pendant ses vacances d'été[3]. Il se déclare en 2010 plus facilement francophone qu'italophone[3]. Après ses études au gymnase à Lugano[1], il accomplit ses obligations militaires et devient officier[3].

Selon ses propres dires, il n'est pas admis à l'Institut de hautes études internationales et du développement[1].

Il étudie le droit à l'Université de Berne[3]. Il obtient un doctorat dans la même matière en , sa thèse portant sur la propriété privée et la planification du territoire[4].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Débuts de carrière[modifier | modifier le code]

Balzaretti est au service du DFAE depuis [N 1]. En [5] et [6], il est premier secrétaire pour les affaires politiques à l'ambassade de Suisse à Washington. Après un passage de huit mois au Credit suisse en Suisse romande[7], il retourne au DFAE au début [8].

En , il assiste depuis Bruxelles, alors en stage auprès de la mission suisse auprès des Communautés européennes, au refus de la Suisse d'entrer dans l'EEE[9], mais aussi au dépôt de la demande d'adhésion aux Communautés européennes par Bénédict de Tscharner[10],[2],[11], où il aurait, selon ses propres dires, porté l'attaché-case contenant la demande[1].

Ascension sous Micheline Calmy-Rey[modifier | modifier le code]

Micheline Calmy-Rey, cheffe du DFAE de à .

En , il est nommé chef de la Division du droit international et du droit humanitaire (aujourd'hui Direction du droit international public)[7].

Après que Micheline Calmy-Rey devient cheffe des affaires étrangères en , Balzaretti devient conseiller diplomatique, puis son chef de cabinet de l'automne jusqu'à la fin [7],[11],[10]. Après être passé auprès de la mission suisse auprès des organisations internationales à Genève et avoir été envoyé spécial de la Suisse auprès du Conseil des droits de l'homme[8], il devient secrétaire général du DFAE en [8].

Calmy-Rey, lors de sa nomination comme secrétaire général, considère qu'il est doté d'un flair politique[8]. En retour, Balzaretti a confiance et une « grande estime » en sa conseillère fédérale[7]. Des collègues diplomates jugent qu'il a un « sens politique très affiné »[11].

Chef de la mission suisse auprès de l'Union européenne[modifier | modifier le code]

Il devient ambassadeur auprès de l'Union européenne en et remet ses lettres de créances à Herman Van Rompuy le et le auprès de José Manuel Durão Barroso[12]. Alors qu'il est à ce poste, il doit gérer les conséquences politiques et diplomatiques de l'acceptation de l'initiative populaire dite contre l'immigration de masse[13]. Toujours dans le cadre de ses fonctions, il s'exprime contre l'initiative dite Ecopop[9].

Dans une interview en , il considère que les Suisses sont perçus par les instances européennes comme une source de surplus de travail, étant donné que la Suisse veut toujours faire les choses de manière différente[13]. L'élargissement de l'Union aux pays de l'Est n'aurait pas contribué non plus à la simplification des relations bilatérales, étant donné que les pays de l'Est auraient moins de rapports directs avec la Suisse[13]. Il voit toutefois des parallèles entre les rapports de la « machine communautaire » avec les États-membres et les rapports qu'entretiennent la Berne fédérale (administration fédérale, Parlement et commissions) et les cantons[13].

En , il est invité[N 2] par le Parlement européen pour s'expliquer sur la marche à suivre après le vote du 9 février 2014[14].

Politico fait état en d'un dîner avec des journalistes lors duquel Balzaretti aurait déconseillé aux Britanniques de sortir de l'Union européenne[15],[11]. Il indique quelques jours plus tard à la presse suisse que les journalistes présents lors de ce dîner n'ont pas eu l'autorisation de le citer[16]. La même année, il est considéré comme favori pour la reprise du secrétariat d'État après le départ d'Yves Rossier ; Pascale Baeriswyl lui sera préféré pour ce poste[17].

Secrétaire d'État, chef de la Direction des affaires européennes[modifier | modifier le code]

Ignazio Cassis, chef du DFAE depuis 2017.

Avant d'être nommé secrétaire d'État par le Conseil fédéral, Balzaretti affirme ne pas avoir eu de rapport proche avec Ignazio Cassis, n'ayant que seul élément commun la langue[1]. Le , Balzaretti est nommé à la tête de la Direction des affaires européennes, avec le titre de secrétaire d'État (pour la coordination des négociations avec l'UE) ; il entre en en fonction le lendemain[18]. La Tribune de Genève considère que sa nomination solde l'héritage de Didier Burkhalter, prédécesseur de Cassis à la tête du DFAE[19].

La tâche de Balzaretti, à savoir la phase finale de la négociation de l'accord cadre, est qualifiée par certains médias de mission impossible[18],[20].

Dès , il se retrouve critiqué, alors que le Conseil fédéral n'arrive pas à s'entendre sur le sort à réserver à l'accord cadre, selon la NZZ[21]. Cette critique serait injustifiée selon certains journalistes du même journal, car la faute serait à trouver du côté des sept sages pour leur passivité[21],[22]. Toutefois, la NZZ le qualifie en de « undiplomatischer Diplomat » (litt. diplomate non diplomate) pour son style parfois peu orthodoxe[23].

Paul Rechsteiner, ancien président de l'Union syndicale suisse, considère sa nomination à ce poste comme « maximale Fehlbesetzung für diesen Job » (litt. erreur maximale d'affectation pour ce job)[24].

En , le secrétaire d'État se retrouve sous le feu des critiques du Conseil fédéral, des partis hostiles à l'accord cadre et des syndicats[24]. Corrado Pardini, alors conseiller national socialiste bernois, aurait demandé la démission de Balzaretti[21]. Au printemps de la même année, le collège gouvernement lui aurait sommé de ne plus donner d'interviews, à cause d'une campagne médiatique trop importante de sa part[25]. Carlo Sommaruga, conseiller aux États socialiste genevois, considère à ce propos en 2020 que « sa communication a été mal perçue, ce qui pose problème »[26].

Ambassadeur de Suisse en France[modifier | modifier le code]

En , le Tages-Anzeiger prétend que Balzaretti se serait porté candidat au remplacement de Pascale Baeriswyl[27]. Cette affirmation se fonde sur une note de discussion de Cassis au Conseil fédéral, présentée le , selon laquelle le conseiller fédéral tessinois aurait voulu faire de Balzaretti une sorte de « super-secrétaire d'État »[28].

Le passé professionnel de Balzaretti avec Calmy-Rey aurait pu être un atout[27] ; toutefois, il est nommé ambassadeur de Suisse à Paris, en remplacement de Livia Leu Agosti, retenue pour le poste de secrétaire d'État. Cette dernière reprend aussi le mandat de négociation de la Suisse vis-à-vis de l'Europe. Plusieurs médias parlent d'un « sacrifice » de Balzaretti et d'un affront à son ministre de tutelle[28],[29].

Selon la Weltwoche, Balzaretti aurait été victime d'une chasse aux sorcières (initiée entre autres par Paul Rechsteiner, Rudolf Strahm et Gerhard Pfister) et d'une guerre par procuration (pilotée par Karin Keller-Sutter, Ueli Maurer, Alain Berset et Simonetta Sommaruga), dirigée en réalité contre son chef, Ignazio Cassis[25]. Cette analyse serait partagée par certains parlementaires PLR[25].

Le , il remet ses lettres de créance au président de la République Emmanuel Macron[30]. En 2022, il lance un tour de France à vélo électrique, intitulé « En route avec la Suisse », afin de sortir de Paris et d'aller à la rencontre des régions et de leurs communautés. Douze étapes sont prévues sur deux ans[31],[32],[33].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Balzeretti est marié à Cristina et père de cinq enfants[11]. Il pratique le taekwondo[10],[34], où il est ceinture rouge[1]. Il a aussi deux sœurs[1].

En , la Weltwoche le considère comme un doppelgänger de Robert De Niro[2]. Un an plus tard, l'Aargauer Zeitung le compare à un Bruce Willis des diplomates, tant sa résistance aux coups et explosions (politiques) sont dignes de l'acteur hollywoodien[35]. En , la Weltwoche le critique pour ses congés pris pendant l'été et le surnomme « Ferien-Diplomat » (litt. diplomate en/des vacances)[36]. Cette critique se fonde sur un article du Blick qui rapporte une remarque de Cassis[37], mais qui n'aurait été en fait qu'une blague du chef de département[38].

Il est décrit par Roger Köppel dans un portrait en 2018 comme étant de centre-gauche, ce que Balzaretti conteste (« ni de droite, ni de gauche »)[1]. Certains journalistes le pensent « euro-turbo »[N 3], car présent à Bruxelles déjà en 1992, mais admettent que Balzaretti n'apparaît pas comme un européiste convaincu (« glühender Europäer »)[23]. L'UDC le considère toutefois comme trop europhile, voire euro-turbo à cause de sa proximité avec Calmy-Rey[20] et des propos repris par Politico[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ce qui est considéré par certains comme extraordinairement tôt (« aussergewöhnlich früh »), Schär 2014.
  2. L'ATS parle de convocation, cf. ATS, « Le Parlement européen convoque l'ambassadeur suisse », Tribune de Genève,‎ (ISSN 1010-2248, lire en ligne).
  3. Il faut comprendre ici être en faveur d'une adhésion rapide de la Suisse à l'Union, et à défaut, d'un majeur rapprochement.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g et h (de) Roger Köppel, « Balzarettis Sinn für die Unbezwingbarkeit », Weltwoche,‎ (ISSN 0043-2660, lire en ligne).
  2. a b et c (de) Markus Schär, « Unser Mann in Brüssel », Die Weltwoche,‎ (ISSN 0043-2660, lire en ligne).
  3. a b c et d Richard Etienne, « «Parler français, pas un choix facile dans les hautes instances» », Le Temps,‎ (lire en ligne).
  4. (it) Roberto Balzaretti, Proprietà privata e pianificazione del territorio (thèse de doctorat), Bellinzone, IET Istituto Editoriale Ticinese, , 266 p. (ISBN 9788877132611, OCLC 882065438).
  5. (en) Département d'État, « Diplomatic List Spring 1998 », sur state.gov, (consulté le ).
  6. (en) Département d'État, « Diplomatic List Winter 1999 », sur state.gov, (consulté le ).
  7. a b c et d François Modoux, « Roberto Balzaretti revient au DFAE », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne)
  8. a b c et d (de) ATS, « Roberto Balzaretti wird neuer EDA-Generalsekretär », Neue Zürcher Zeitung,‎ (ISSN 0376-6829, lire en ligne)
  9. a et b (de) Bernhard Kislig et Peter Meier, « «Die EU hat auch ohne Ecopop genügend Sorgen» », Tages-Anzeiger,‎ (ISSN 1422-9994, lire en ligne)
  10. a b et c « Roberto Balzaretti: Monsieur Europe », sur rts.ch, (consulté le )
  11. a b c d e et f Lise Bailat et Michel Guillaume, « Roberto Balzaretti, le retour gagnant », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne)
  12. « Roberto Balzaretti, nouvel ambassadeur de Suisse auprès de l'UE » [audio], sur rts.ch, (consulté le ).
  13. a b c et d « Europe: je t'aime, moi non plus (5/5) », sur rts.ch, (consulté le ).
  14. « Le Parlement européen reçoit Roberto Balzaretti pour parler de la libre-circulation », sur rts.ch, (consulté le ).
  15. (en) Tara Palmeri, « Swiss to UK: You’ll miss being at the EU table », Politico,‎ (lire en ligne).
  16. (de) Othmar von Matt, « «EU-Mitglied zu sein, ist angenehmer»: Wirbel um Aussagen des Schweizer Botschafters in Brüssel », Aargauer Zeitung,‎ (ISSN 2504-4125, lire en ligne).
  17. Arthur Grosjean, « Une femme deviendrait le bras droit de Burkhalter », Tribune de Genève,‎ (ISSN 1010-2248, lire en ligne).
  18. a et b (de) Erich Aschwanden et Daniel Gerny, « Balzaretti wird neuer starker Mann für die Europapolitik », Neue Zürcher Zeitung,‎ (ISSN 0376-6829, lire en ligne).
  19. Arthur Grosjean, « La spectaculaire revanche du nouveau Monsieur Europe », Tribune de Genève,‎ (ISSN 1010-2248, lire en ligne).
  20. a et b (de) Markus Häfliger, « Ein Parteiloser soll den gordischen Knoten lösen », Tages-Anzeiger,‎ (ISSN 1422-9994, lire en ligne)
  21. a b et c (de) Tobias Gafafer, « Balzaretti, der Sündenbock », Neue Zürcher Zeitung,‎ (ISSN 0376-6829, lire en ligne).
  22. (de) Fabian Schäfer, « Balzaretti sei Dank: Er hat das Europa-Schattenboxen beendet – trotzdem ist sein Abgang unvermeidlich », Neue Zürcher Zeitung,‎ (ISSN 0376-6829, lire en ligne).
  23. a et b (de) Niklaus Nuspliger, « Roberto Balzaretti: Der undiplomatische Diplomat », Neue Zürcher Zeitung,‎ (ISSN 0376-6829, lire en ligne).
  24. a et b (de) Hubert Mooser, « Balzarettis Scherbenhaufen », Weltwoche,‎ (ISSN 0043-2660, lire en ligne).
  25. a b et c (de) Hubert Mooser, « Geschichte einer Demontage », Weltwoche,‎ (lire en ligne).
  26. Michel Guillaume, « Roberto Balzaretti, un secrétaire d’Etat controversé », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne).
  27. a et b (de) Denis von Burg, « Balzaretti will Chef werden », Tages-Anzeiger,‎ (ISSN 1422-9994, lire en ligne).
  28. a et b (de) Markus Häfliger, « Cassis opfert seinen Chefunterhändler », Tages-Anzeiger,‎ (lire en ligne).
  29. Michel Guillaume, « Ignazio Cassis sacrifie Roberto Balzaretti, l'homme de l'accord-cadre », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne).
  30. « Remise de lettres de créance », sur legifrance.gouv.fr, (consulté le ).
  31. Alain Rebetez, « Le tour de France de l’ambassadeur – Roberto Balzaretti lance la diplomatie vélocipédique » Accès payant, sur 24 heures, (consulté le )
  32. Ambassade de Suisse en France, « Un vélo, un ambassadeur, des rencontres », sur enrouteaveclasuisse.ch (consulté le )
  33. « La diplomatie à vélo, le pari de l'ambassadeur de Suisse en France », sur rts.ch, (consulté le )
  34. (de) Markus Häfliger et Luca De Carli, « «Falsch! … Nochmals falsch!» », Tages-Anzeiger,‎ (lire en ligne).
  35. (de) Fabian Fellmann, « Der Bruce Willis unter den Botschaftern: der Tessiner Roberto Balzaretti », Aargauer Zeitung,‎ (ISSN 2504-4125, lire en ligne).
  36. (de) Christoph Mörgeli, « Der lustige Ferien-Diplomat », Weltwoche,‎ (ISSN 0043-2660, lire en ligne).
  37. (de) Cinzia Venafro et Ruedi Studer, « Mister Europa geht acht Wochen fischen? Ein Witz! », Blick,‎ (ISSN 1013-0667, lire en ligne).
  38. « «Monsieur Europe» s'offre 8 semaines de vacances », Tribune de Genève,‎ (ISSN 1010-2248, lire en ligne).

Annexes[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • (it) Roberto Balzaretti, Proprietà privata e pianificazione del territorio (thèse de doctorat), Bellinzone, IET Istituto Editoriale Ticinese, , 266 p. (ISBN 9788877132611, OCLC 882065438).
  • (it) Roberto Balzaretti, « L'importanza della cooperazione Schengen/Dublino per la Svizzera », dans Michele Rossi, Marinella Cappelletti, Roberto Balzaretti, Christine Kaddous, Andrea Pedroli, Accordi bilaterali Svizzera - Unione europea : atti della giornata di studio del 4 giugno 2007, Bâle, Hebling Lichtenhahn, , 101 p. (ISBN 978-3719029289), p. 21-40.
  • (de) Roberto Balzaretti, « "Mind the Gap": Die Antwort der Schweiz auf den Brexit », Die Volkswirtschaft,‎ (ISSN 1011-386X, lire en ligne).

Interviews[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]