Robert von Mohl

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Robert von Mohl
Robert von Mohl.jpg
Robert von Mohl
Fonctions
Membre du Reichstag de l'Empire allemand
Membre du Parlement de Francfort
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 76 ans)
BerlinVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Père
Benjamin Ferdinand Mohl (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Autres informations
A travaillé pour
Religion
Parti politique
Membre de
Burschenschaft Germania Tübingen (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinction
Ordre bavarois de Maximilien pour la science et l'art (en) ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mohl.

Robert Mohl, en 1837 von Mohl (né le 17 août 1799 à Stuttgart, mort le 5 novembre 1875 à Berlin) est un juriste allemand. Il est également membre de plusieurs parlements, comme le Parlement de Francfort en 1848 et le Reichstag. Mohl est considéré comme celui qui a répandu l'expression État de droit, qu'il n'oppose pas fondementalement à l'État policier "aristocratique". Il est d'ailleurs un adversaire du suffrage universel et de la république comme forme de gouvernement.

Famille[modifier | modifier le code]

Il vient d'une famille d'officiers vivant depuis le XVIe siècle au Wurtemberg. Il est le fils du juriste Benjamin Ferdinand von Mohl (de) et un descendant du professeur de droit Johann Jacob Moser (de).

Après son père en 1811, il accède à la noblesse en 1837 dans l'Ordre de la Couronne de Wurtemberg puis fait partie de son conseil secret en août 1871.

Ses frères sont l'orientaliste Jules Mohl (marié avec la fille de Charles Clarke), Moritz Mohl et Hugo von Mohl. Ses enfants sont la salonière Anna, épouse de Hermann von Helmholtz, le major-général prussien Erwin von Mohl et le diplomate Ottmar von Mohl.

Biographie[modifier | modifier le code]

Mohl étudie le droit et la politique aux universités de Heidelberg, Göttingen et Tübingen. Il intègre la Alten Tübinger Burschenschaft. Après avoir obtenu son doctorat et son habilitation, il devient en 1824 professeur à l'université de Tübingen.

En 1845, alors qu'il est député de la ville de Balingen, il publie durant la campagne électorale une critique sévère du gouvernement. Il est alors exclu de l'enseignement. Il doit intégrer le conseil du gouvernement et déménager à Ulm mais préfère démissionner de la fonction publique. Peu après, il est élu au parlement du Wurtemberg. En 1847, il accepte une nomination comme professeur de droit à Heidelberg.

En tant que membre du pré-parlement, il est élu au Oberamt à Bad Mergentheim et à Gerabronn. Mohl, qui se positionne comme centriste, poursuit son engagement réformiste. Le 25 septembre 1848, il est ministre de la Justice du Pouvoir central provisoire puis démissionne de ce poste le 17 mai 1849. Il redevient professeur de droit à Heidelberg, tout en continuant une activité politique locale.

En 1871, il est président de la Cour des comptes à Karlsruhe et élu au Reichstag.

Œuvre[modifier | modifier le code]

  • (de) Die deutsche Polizeiwissenschaft nach den Grundsätzen des Rechtsstaats, Tübingen,
  • (de) Ueber die Nachtheile, welche sowohl den Arbeitern selbst, als dem Wohlstande und der Sicherheit der gesammten bürgerlichen Gesellschaft von dem fabrikmäßigen Betriebe der Industrie zugehen, und über die Nothwendigkeit gründlicher Vorbeugungsmittel, Tübingen 1835 (lire en ligne)
  • (de) Das deutsche Reichsstaatsrecht, Tübingen,
  • (de) Encyklopädie der Staatswissenschaften
  • (de) Geschichte und Litteratur der Staatswissenschaften, vol. 3, Erlangen, 1855–1858
  • (de) Staatsrecht des Königreichs Württemberg, Tübingen,
  • (de) Staatsrecht, Völkerrecht und Politik, vol. 3, Tübingen, 1860–1869
  • (de) Die Verantwortlichkeit der Minister, Tübingen,
  • (de) Gesellschaftswissenschaften und Staatswissenschaften, Schutterwald/Baden,

Sources, notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :


Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Aktenstücke betreffend den Dienst-Austritt des Prof. R. von Mohl in Tübingen., Herder'sche Verlagshandlung, (lire en ligne)
  • (de) Genealogisches Handbuch des Adels, Adelslexikon, t. IX, 116, Limbourg (Lahn), C. A. Starke, (ISSN 0435-2408)
  • (de) Erich Angermann, Robert von Mohl, 1799-1875. Leben und Werk eines altliberalen Staatsgelehrten, Neuwied, Luchterhand,
  • (de) Heinrich Marquardsen, « Mohl, Robert von », dans Allgemeine Deutsche Biographie (ADB), vol. 22, Leipzig, Duncker & Humblot, , p. 745-758
  • (de) Erich Angermann,  Mohl, Robert von, dans : Neue Deutsche Biographie (NDB), volume 17, Duncker & Humblot, Berlin 1994, p. 692–694 (original numérisé).
  • (de) « Robert v. Mohl », Illustrierte Zeitung, no 57,‎ , p. 153-154