Robert Wurtz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Wurtz.
Robert Wurtz
Description de l'image Robert Wurtz (1976).jpg.
Naissance (75 ans)
Strasbourg
Nationalité Française
Profession

Robert Wurtz, né le 16 décembre 1941 à Strasbourg, est un ancien arbitre français de football.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière[modifier | modifier le code]

Football[modifier | modifier le code]

Il débute l'arbitrage en 1962 après quelques années en tant que laborantin et siffle son premier match de Division 1 le 22 mai 1969 (Sedan-OM). Il est l'un des premiers arbitres à avoir une condition physique lui permettant de suivre au plus près les actions. Il piquait parfois de véritables sprints. Il était également fameux pour ses gestes digne d'un danseur étoile de ballet. À la suite d'une tournée au Brésil pour la préparation à la Coupe du monde de football de 1974, il est surnommé le « Nijinski du sifflet »[1]. Par sa gestuelle presque caricaturale, il parvenait à faire rire joueurs et spectateurs, désarmorçant du même coup les situations tendues.

Robert Wurtz fut élu cinq fois arbitre français de l'année (1971, 1974, 1975, 1977 et 1978). Il arbitra deux finales de Coupe de France : 1973 et 1976. La finale 1973 reste dans les mémoires en raison des buts inscrits de la main par Didier Couécou (Nantes) et Bernard Lacombe (Lyon). À la sortie du terrain, Couécou eut ce mot : « C'est Ray Charles qui arbitrait ce soir ».

Il officia également à l'occasion de la Coupe du monde de football 1978 et arbitra son dernier match officiel le 17 mars 1990. Il est toutefois très sollicité durant les années 1990 pour arbitrer des matches de charité et autres jubilés.

L'un des épisodes les plus fameux de sa carrière mouvementée eut lieu au Parc des Princes au cours d'un match PSG-Auxerre. L'entraîneur auxerrois, Guy Roux, vociférait depuis la touche, mais Robert Wurtz ne voulait pas l'expulser afin de ne pas envenimer la partie. Il fit alors une de ces facéties dont il avait le secret en glissant à genoux sur la pelouse humide du Parc pour se retrouver devant Guy Roux, le suppliant d'arrêter en joignant ses mains dans un geste de prière... Spectateurs, joueurs, remplaçants et Guy Roux lui-même applaudirent ce geste, et la fin du match fut beaucoup plus sereine.

Télévision[modifier | modifier le code]

Il arbitre l'émission estivale Intervilles de 1998 à 2007. Il débuta en 1998 et 1999 (TF1), puis en 2004 et 2005 (France 2), 2006 et 2007 (France 3), et arbitre également Intervilles Junior sur Gulli. Le 2 juillet 2007, il est victime d'une hémorragie cérébrale (sans anévrisme et sans séquelles) qui le contraint à se retirer d'Intervilles, l'arbitrage étant désormais assuré par Olivier Alleman[2]. Il ne sera d'ailleurs pas présent dans l'édition 2008 et sera de nouveau remplacé par Olivier Alleman définitivement.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il est marié à Hélène depuis le 5 juillet 1980 et a eu une fille se nommant Caroline. Né à Strasbourg dans le quartier de la Meinau d'un père clarinettiste et d'une mère chanteuse, il habite depuis sa retraite à Climbach près de Wissembourg[1]. Par ailleurs, il confie être depuis l'âge de 5 ans, un grand supporter du club proche de son lieu de naissance, le Racing club de Strasbourg[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]