Robert Vinkler Richardson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Robert Vinkler Richardson
Robert Vinkler Richardson
Robert V. Richardson

Naissance
Comté de Granville, État de Caroline du Nord
Décès (à 49 ans)
Clarkton (en), État du Missouri
Allégeance Drapeau des États confédérés d'Amérique États confédérés
Arme Battle flag of the Confederate States of America.svg Confederate States Army
Années de service 1861-1865
Conflits Guerre de Sécession
Autres fonctions Ingénieur civil

Robert Vinkler Richardson ( - ) est un brigadier général de l'armée des États confédérés pendant la guerre de Sécession.

Avant la guerre[modifier | modifier le code]

Richardson naît dans le comté de Granville, en Caroline du Nord, le . Sa famille part dans le comté d'Hardeman, au Tennessee, quand il est enfant. Richardson est admis au barreau et déménage à Memphis, dans le Tennessee, en 1847 pour y pratiquer. Il a des relations d'affaires avec Nathan Bedford Forrest et Gideon J. Pillow[1].

Guerre de Sécession[modifier | modifier le code]

Pendant la première partie de la guerre, Richardson sert sous les ordres de Pillow, et recrute le 12th Tennessee Cavalry (aussi connu comme le 1st Tennessee Partisan Rangers) et est élu colonel de l'unité[2],[3]. Richardson participe à la bataille de Shiloh et au siège de Corinth. Il est affecté au commandement de Forrest à l'automne de 1863. Le , il est nommé brigadier général ; cependant, après avoir été confirmée, sa nomination est renvoyée par le sénat confédéré à la demande du président Jefferson Davis, le 9 février 1864. À partir de ce moment jusqu'à la fin de la guerre, son régiment est affecté au commandement de James R. Chalmers[4].

Une communication de Richardson datée du 28 octobre 1863 à Water Valley, MS indique les conditions de vie difficiles vécues pendant la guerre : « Pour Dieu et le bien du pays, faites en sorte que votre quartier-maître juste prometteur, mais n'obtempérant jamais m'envoie des poêles, des fours, des marmites, ou quoi que ce soit d'autre qui fera cuire le pain ou faire frire la viande. Je veux des vêtements, des chaussures et des couvertures pour mes hommes nus et frigorifiés... Je ne combat plus, jusqu'à ce que j'obtienne quelque chose à cuire »[5].

Après-guerre et meurtre[modifier | modifier le code]

Après la guerre, Richardson voyage à l'étranger et vit à l'étranger. Il retourne à Memphis et travaille à la construction de digues et de chemins de fer avec Forrest. Après avoir fait halte dans une taverne à Clarkton, au Missouri, le , il est abattu par un agresseur inconnu qui tire sur lui avec un fusil de chasse de derrière un wagon dans la cour de taverne[6]. Il meurt le lendemain et est enterré dans le cimetière d'Elmwood à Memphis[7],[8].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Warner, Ezra J. Generals in Gray: Lives of the Confederate Commanders. Baton Rouge: Louisiana State University Press, 1959. (ISBN 978-0-8071-0823-9). p. 256.
  2. Loving, Waldon. 2002. Coming Like Hell: The Story of the 12th Tennessee Cavalry, Richardson’s Brigade, Forrest’s Cavalry Corps, Confederate States of America, 1862-1865. NY: Writer’s Club Press. 232 pages.
  3. Tennesseans in the Civil War, Confederate Cavalry Units: 12th (Richardson’s-Green’s) Tennessee Cavalry Regiment
  4. Warner, p. 256
  5. Civil War Centennial Commission of Tennessee. Tennesseans in the Civil War: A Military History of Confederate and Union Units with Available Rosters of Personnel. In Two Parts. Part 1. Nashville: Civil War Centennial Commission, 1964, 1965. Reprinted Knoxville: University of Tennessee Press, 1981, 1984. (ISBN 978-0-87402-017-5). Page 81.
  6. Memphis Public Ledger January 11, 1870. p.3
  7. Warner, p. 256-57.
  8. (en) « Robert Vinkler Richardson », sur Find a Grave

Bibliographie[modifier | modifier le code]