Robert S. Kaplan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Robert S. Kaplan (né le à New York) est un professeur à la Harvard Business School. Il a contribué à diffuser, la méthode ABC (activity-based costing), avec David Cooper, universitaire, et le tableau de bord prospectif ou tableau de bord équilibré (en anglais balanced scorecard), avec David P. Norton (en), consultant. Ce dernier outil est une méthode de management permettant de visualiser les objectifs stratégiques et d'analyser les relations de cause à effet entre eux.

Cette méthode présentée et enseignée au début des années 1990, au sein de la Harvard Business School, puis a été adoptée par de nombreuses grandes entreprises américaines. Le tableau de bord prospectif permet aux managers de visualiser leurs performance avec des indicateurs, mais en comprenant mieux les chaînages causaux. L'outil sert à réviser la stratégie à terme, tout en compensant un certain nombre de défaillances de la comptabilité financière classique, ne permettant pas de traiter convenablement les capitaux immatériels.

Biographie[modifier | modifier le code]

L'histoire retiendra la contribution du professeur Kaplan au contrôle de gestion comme l'une des plus influente de la fin du XXème siècle. Ingénieur de formation, Robert Kaplan a contribué à très largement approfondir la réflexion sur les systèmes de coûts, et les tableaux de bord. Sa réflexion s'inscrit assez largement dans un paradigme de création de valeur actionnariale. Ces outils ont toutefois eu beaucoup de succès dans le secteur non marchand, et notamment dans le secteur de la santé. En 2006, Robert Kaplan a reçu le Lifetime Contribution Award de la Management Accounting Section de l'American Accounting Association. Au cours de sa carrière, Robert Kaplan n'a cessé d'insister sur l'importance d'un tritypque : enseigner, conseiller, rechercher. Robert Kaplan entend par là trois métiers : consultant, enseignant et chercheur, qui vont de pair pour lui.

C'est de cette façon, et grâce à l'environnement extraordinairement stimulant d'Harvard, que Kaplan est entré en relation avec des cadres supérieurs et des réseaux d'affaires qui lui ont permis de découvrir des applications innovantes. Si l'ABC a connu un succès modéré, le BSC a été un véritable succès. Avec l'arrivée des concepts de RSE (responsabilité sociétale de l'entreprise) et de parties prenantes, il a toutefois été contesté de manière croissante, jusqu'à arriver aux notions de sustainability balanced scorecard et d'integrated scorecard, ou encore integrated Risk scorecard.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • R.S. Kaplan [et le « Balanced Scorecard »], Chapitre rédigé par Trébucq S., Les grands auteurs du contrôle de gestion, sous la dir. du Professeur Henri Bouquin, Collection Management et société, 2005, p. 473-494.
  • Le tableau de bord prospectif, Robert S. Kaplan, David P. Norton, Éditions d'Organisation, 2003 (ISBN 2-7081-2932-5)
  • Comment utiliser le tableau de bord prospectif, Robert S. Kaplan, David P. Norton, Éditions d'Organisation, 2001 (ISBN 2-7081-2590-7)
  • L'alignement stratégique - Créer des synergies par le tableau de bord prospectif, Éditions d'Organisation
  • Relevance Lost: The Rise and Fall of Management Accounting, Robert S. Kaplan, H. Thomas Johnson, Harvard Business School Press, 1987

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]