Robert Redeker

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Robert Redeker
Robert Redeker.jpg
Robert Redeker, en conférence au théâtre d'Arles en 2006.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (68 ans)
LescureVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Rédacteur à
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Maître
Site web

Robert Redeker, né le [1] à Lescure (Ariège)[2], est un philosophe et professeur agrégé de philosophie[3] français.

Il est notamment connu par les vives polémiques déclenchées par l'une de ses tribunes consacrée à l'Islam et à la liberté d'expression parue dans Le Figaro en 2006, à la suite de laquelle il reçoit des menaces de mort.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il passe son baccalauréat en 1974 en candidat libre. Il est, un temps, « très actif dans des groupes d'extrême gauche »[4]. En 1980, il devient professeur de philosophie[2] après avoir été disciple du philosophe heideggérien Gérard Granel à l'université Toulouse-Le Mirail.

Il enseigne au lycée polyvalent de Decazeville en 1981-1982, au lycée Soult de Mazamet, au lycée Pardailhan d'Auch, au lycée Henri-Matisse de Cugnaux, au lycée Pierre-Paul-Riquet de Saint-Orens-de-Gameville (banlieue de Toulouse), à l'École nationale de l'aviation civile (ENAC) et au CFU (centre de formation universitaire) de l'université Toulouse I. À l'appel de Claude Lanzmann, il devient en 1993 membre du comité de la revue Les Temps modernes.

En 2002, il est président du comité de soutien de Jean-Pierre Chevènement[2].

Menaces de mort consécutives à une tribune parue dans Le Figaro[modifier | modifier le code]

En 2006, il est la cible de menaces de mort sur Internet à la suite de la parution d'une tribune dans Le Figaro[2].

Contexte[modifier | modifier le code]

Le , Robert Redeker publie un texte intitulé « Face aux intimidations islamistes, que doit faire le monde libre ? » dans Le Figaro. Robert Redeker y écrit[5] :

  • « L'islam essaie d'imposer à l'Europe ses règles : ouverture des piscines à certaines heures exclusivement aux femmes, interdiction de caricaturer cette religion, exigence d'un traitement diététique particulier des enfants musulmans dans les cantines, combat pour le port du voile à l'école, accusation d'islamophobie contre les esprits libres. Comment expliquer l'interdiction du string à Paris-Plages, cet été ? » ;
  • « Haine et violence habitent le livre dans lequel tout musulman est éduqué, le Coran » ;
  • « Exaltation de la violence : chef de guerre impitoyable, pillard, massacreur de juifs et polygame, tel se révèle Mahomet à travers le Coran. ».
  • « Quand le judaïsme et le christianisme sont des religions dont les rites conjurent la violence, la délégitiment, l’islam est une religion qui, dans son texte sacré même, autant que dans certains de ses rites banals, exalte violence et haine ».

La rédaction du Figaro se désolidarise de Redeker et présente des excuses sur Al Jazeera. Pierre Rousselin, directeur adjoint de la rédaction du Figaro, estimera que cette publication a été « une erreur ». L'article est enlevé du site Web du Figaro, mais il y est remis par la suite[5].

Réactions[modifier | modifier le code]

La Tunisie et l'Égypte protestent en interdisant la diffusion du Figaro comportant sa tribune. À la suite de cette publication, Robert Redeker fait l'objet de menaces diffusées par un site Web d'extrémistes identifié comme proche d'Al-Qaïda.

Redeker est placé sous protection policière.

Pierre Tevanian, professeur de philosophie et militant associatif, récuse l'existence d'une fatwa[6].

Cette récusation est confirmée par Al Jazeera : « À aucun moment, Al-Kardaoui n'a désigné le philosophe français à la vindicte, comme l'ont affirmé des personnes et médias français », donnant en lien l'émission archivée (en arabe). En effet, dans les archives de l'émission, le nom de Robert Redeker n'est mentionné aucune fois, le mot fatwa n'est également cité aucune fois[7].

Justin Vaïsse, auteur d'un livre sur l'islam en France, défend le principe de la liberté d'expression, tout en ajoutant que l'article de M. Redeker est motivé par un « agenda anti-islam » et que l'article est « stupide, politiquement irresponsable, intellectuellement inconsistant et par ailleurs d'une grande faiblesse »[8].

La Ligue des Droits de l'Homme condamne le recours aux menaces de mort[9].

Des professeurs de philosophie organisent une soirée de soutien à Robert Redeker le 15 novembre 2006[10],[11].

Conséquences[modifier | modifier le code]

Un homme de 25 ans est arrêté, le , pour avoir menacé de mort Robert Redeker par courriel[12],[13]. Il est condamné le 2008 à 6 mois de prison avec sursis, 750 euros d'amende et 150 euros de dommages et intérêts[14].

Un autre homme est arrêté au Maroc le 2007[15],[13]. Il s'agit d'un militant djihadiste en contact avec les réseaux internationaux du djihad, et projetant de se rendre en Irak. Il est retrouvé par la DST grâce à ses connexions Internet et à l'archivage de son adresse IP (par son FAI), qui a communiqué le renseignement aux services marocains. Il est arrêté en Libye à la mi-décembre alors qu'il cherchait à gagner l'Irak, et expulsé vers le Maroc en compagnie d'un compatriote. Il aurait avoué avoir été l'homme à l'origine des menaces de mort postées sur un forum[16].

Alors que Redeker se plaint de ne pas être soutenu par son ministre de tutelle, Gilles de Robien lui affirme sa solidarité[17], le reçoit le et lui fait des propositions[18].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • 2000 : Aux armes, citoyens ! (préf. Christian Rome), éd. Bérénice, coll. « Cétacé », Paris, 52 p. (ISBN 2-911232-22-4)
  • 2001 : Le Déshumain : Internet, l'école et l'homme, éd. Itinéraires, Saint-Orens-de-Gameville, 87 p. (ISBN 2-9511527-4-4)
  • 2002 : Le Sport contre les peuples, éd. Berg International, coll. « Pensée politique et sciences sociales / Interventions », Paris, 123 p. (ISBN 2-911289-41-2)
  • 2004 : Poésie de l'improvisation, éd. Itinéraires, Saint-Orens-de-Gameville, 57 p. (ISBN 2-9511527-5-2)
  • 2004 : Nouvelles figures de l'homme : Inhumain, déshumain, néghumain, éd. Le Bord de l'eau, Latresne, 127 p. (ISBN 2-911803-97-3)
  • 2004 : Le Progrès ou L'Opium de l'histoire, éd. Pleins Feux, coll. « Étude(s) », Nantes, 93 p. (ISBN 2-84729-037-0)
  • 2007 : Il faut tenter de vivre, éd. Seuil, Paris, 135 p. (ISBN 978-2-02-093135-9)
  • 2007 : Dépression et philosophie : Du mal du siècle au mal de ce siècle, éd. Pleins Feux, Nantes, 43 p. (ISBN 978-2-84729-064-6)
  • 2007 : Combattre l'obscurantisme. Avec Robert Redeker, Patrick Gaubert (dir.) (ISBN 978-2-84724-154-9)
  • 2008 : Le sport est-il inhumain ?, éd. du Panama, Paris, 131 p. (ISBN 978-2-7557-0118-0)
  • 2009 : « Yes we can » (Slogan électoral), éd. Pleins Feux, coll. « Variations politiques », Nantes, 48 p. (ISBN 978-2-84729-089-9)
  • 2010 : Egobody : La fabrique de l'homme nouveau, éd. Fayard, Paris, 199 p. (ISBN 978-2-213-65500-0)
  • 2012 : L'Emprise sportive, Paris, François Bourin, 184 p. (ISBN 978-2-84941-323-4)
  • 2014 : Le soldat impossible, Paris, Pierre-Guillaume de Roux, 288 p.
  • 2015 : Le Progrès ? Point final, Nice, Éditions Ovadia, 215 p. (ISBN 978-2363921321)
  • 2015 : Bienheureuse vieillesse, Paris, éditions du Rocher, 208 pages.
  • 2015 : Europe, l'ère du vide. En collaboration avec Laurence Vanin et Jürgen Wertheimer, Nice, édions Ovadia (ISBN 978-2-36392-176-5).
  • 2016 : L'École fantôme, Paris, éditions du Rocher, Desclée de Brouwer.
  • 2017 : L'Eclipse de la Mort, Paris, éditions Desclée de Brouwer, (ISBN 978-2220088082), 224 pages.
  • 2018 : Peut-on encore aimer le football ?, Paris, Le Rocher, 258 p.
  • 2020 : Les Sentinelles d'humanité. Philosophie de l'héroïsme et de la sainteté, Paris, Desclée de Brouwer, 300 pages (ISBN 978-2220096544)
  • 2021 : Le meilleur des mondes possibles. En collaboration avec Daniel Salvatore Schiffer, Elsa Godart, Luc Ferry, Audrey Palma, Bruxelles, editions Samsa, 220 pages (ISBN 978-2-87593-328-7)
  • 2021 : Réseaux sociaux. Le Guerre des Léviathans, Paris, Editions du Rocher, 280 pages (ISBN 978-2-268-10599-4)
  • 2022 : Sport, je t’aime moi non plus, Paris, Éditions Robert Laffont, 112 pages (ISBN 9782221253762)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Redeker, Robert (1954-....), notice d'autorité personne no FRBNF13563117, catalogue général de la BnF. Créée le , mise à jour le .
  2. a b c et d Judith Perrignon, « Il paie cache », sur Libération (consulté le )
  3. « Biographie de Robert Redeker », franceculture.fr, consulté le .
  4. « Robert Redeker, un électron libre entravé », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  5. a et b « Face aux intimidations islamistes, que doit faire le monde libre ? », sur LEFIGARO, (consulté le ).
  6. « Présentées ainsi, les choses sont simples : Robert Redeker a été victime d'une fatwa. Le mot revient à trois reprises dans « l'appel Onfray », et tous les grands médias l'ont repris. Le problème est qu'il n'y a en réalité jamais eu de fatwa : aucune autorité musulmane ni aucun responsable associatif musulman n'a jamais appelé au meurtre de Robert Redeker. Quant à Youssef al-Qardaoui, il n'a parlé que quelques secondes (moins d'une minute) du texte de Robert Redeker, au milieu d'un discours plus général sur l'islamophobie, il n'a même pas cité le nom du philosophe français, il s'est contenté d'appeler les téléspectateurs à « protester d'une manière sage » contre « l'auteur de l'article du Figaro ». Il a même expressément appelé à « ne pas donner l'image de musulmans violents dont les médias occidentaux sont friands » » in Tevanian Pierre, « La faute à Voltaire ? À propos des usages racistes de la liberté d'expression », Revue internationale et stratégique 1/ 2007 (No 65), p. 181-188.
  7. (ar) رمضان وتنمية الإيمان , Al Jazeera.
  8. (en) Angelique Chrisafis, French philosophy teacher in hiding after attack on Islam, The Guardian, .
  9. Pourquoi nous quittons la LDH, par Antoine Spire et Cédric Porin, lemonde.fr, .
  10. Jean-Jacques Rouch, Redeker : «Merci aux Voltaire d'aujourd'hui», La Dépêche, .
  11. « La liberté d'expression défendue lors d'un meeting de soutien à Robert Redeker », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  12. « Un homme arrêté pour avoir menacé de mort Robert Redeker », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  13. a et b A. D. (avec agences), « Affaire Redeker: l’auteur présumé des menaces de mort arrêté », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le )
  14. « Menaces contre Robert Redeker : six mois de prison avec sursis », sur Franceinfo, (consulté le )
  15. Christophe Dubois, « L'islamiste qui menaçait le prof de philo arrêté », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  16. « L'auteur présumé des menaces contre Redeker arrêté au Maroc », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  17. « Robien affirmesa "solidarité" à Redeker », sur L'Obs, (consulté le )
  18. « Gilles de Robien a fait «des propositions» à Redeker », sur ladepeche.fr (consulté le )