Robert Mueller

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mueller et Robert Mueller (homonymie).
Robert Mueller
Director Robert S. Mueller- III.jpg
Portrait officiel de Robert S. Mueller en tant que directeur du FBI.
Fonctions
Procureur spécial
2017 Special Counsel investigation (en)
depuis
Directeur du Federal Bureau of Investigation
-
Thomas J. Pickard (en)
Procureur général adjoint des États-Unis
-
Larry Thompson (en)
Procureur des États-Unis pour le district nord de la Californie (en)
-
Kevin V. Ryan (en)
Procureur général assistant des États-Unis (en)
-
Jo Ann Harris (en)
Avocat
Wilmer Cutler Pickering Hale and Dorr (en)
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (74 ans)
New YorkVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
Robert Swan MuellerVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Robert Swan Mueller IIIVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Domicile
Formation
Université de Princeton
Faculté de droit de l'université de Virginie (en)
Université de New York
St. Paul's School (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Religion
Parti politique
Arme
Conflit
Distinctions
signature de Robert Mueller
signature

Robert Swan Mueller III, né le à New York, est un militaire et avocat américain, entré dans la haute fonction fédérale en tant que sixième directeur du Federal Bureau of Investigation (FBI), en poste du au .

Il est actuellement procureur spécial chargé de superviser l’enquête sur les possibles liens entre le gouvernement de la Russie et des individus liés à la campagne présidentielle de Donald Trump dans le cadre de l'affaire du Russiagate.

Biographie[modifier | modifier le code]

Premières années[modifier | modifier le code]

Né d'un père travaillant pour le géant de l'industrie chimique DuPont[1], Robert Mueller grandit à Princeton, puis dans une banlieue cossue de Philadelphie.[réf. nécessaire] Il est ensuite envoyé au prestigieux internat St. Paul dans le New Hampshire[2]. Mueller y est capitaine des équipes de football, de hockey et de lacrosse[2]. Il jouait avec John Kerry, le futur secrétaire d'Etat.[réf. nécessaire]

Premières études et guerre du Vietnam[modifier | modifier le code]

Lieutenant Robert Mueller, fin des années 1960

Il obtient un baccalauréat universitaire ès lettres en 1966 à l'université de Princeton, une maîtrise universitaire ès lettres en relations internationales à l'université de New York en 1967.[réf. nécessaire]

Durant son service militaire de trois ans, il a été officier dans l'USMC dans la 3e division des Marines, un choix plutôt rare pour un diplômé de l'Ivy League à une époque où de nombreux jeunes cherchaient à éviter la conscription. Il a donc combattu durant la guerre du Viêt Nam[3] où, dès novembre 1968, il part commander une section d'infanterie dans la jungle vietnamienne.

Le 11 décembre 1968, à la suite d'un accrochage violent avec l'armée nord-vietnamienne où sa section accuse de nombreuses pertes, le sous-lieutenant Mueller n'hésite pas à diriger la riposte adéquate de ses hommes tout en les encourageant verbalement, tout en supervisant l'évacuation des blessés. Ces faits d'armes lui vaudront une Bronze Star Medal pour sa bravoure. Il est ensuite promu lieutenant.[réf. nécessaire]

Quatre mois plus tard, à la suite d'un nouvel accrochage avec l'armée nord-vietnamienne, il est blessé d'une balle reçue dans la cuisse, ce qui ne l'empêche pas de continuer à diriger sa section, et qui lui vaudra de recevoir la Purple Heart. Cependant, de retour au pays, Mueller ne parla jamais des horreurs de la guerre et de ce qu'il a fait là bas. En effet, d'après son ami Thomas B. Wilner « il n'aime pas se mettre en avant »[4].

Études et pratique du droit[modifier | modifier le code]

Il effectue ensuite des études dans l'école de droit de l'université de Virginie où il obtient un doctorat en droit en 1973. Ses vingt premières années de carrière de juriste consistent principalement à mettre les accusés de droit commun derrière les barreaux. Il travaille comme avocat à partir de 1976 à San Francisco puis, à partir de 1982, travaille douze ans dans plusieurs bureaux de procureur des États-Unis à Washington, où il se retrouve à la tête de la division criminelle du ministère de la Justice sous la présidence de George H. W. Bush, chargé de dossiers très médiatisés comme le procès du dictateur panaméen Noriega et celui de l'attentat de Lockerbie.[réf. nécessaire]

En 1995, il se retrouve dans le luxueux cabinet d'avocats Hale and Dorr à Washington, où il gagne 400 000 dollars par an pour s'occuper de délits financiers.[réf. nécessaire]

Il appelle un jour le procureur des États-Unis, Eric Holder, pour lui demander du travail. En effet, il ne veut pas d'un titre ronflant ni d'un poste confortable[non neutre]. Il explique à Holder qu'il veut s'occuper des affaires d'homicide à Washington, alors rebaptisé « la capitale du meurtre »[4]. Mueller accepte ainsi une baisse de salaire de plus de 75 %, un bond en arrière au niveau du prestige et un travail très difficile. Washington est alors un véritable cauchemar pour les procureurs locaux. Mueller est alors nommé à la tête de la section homicide, ce qui ne l'a pas empêché de se rendre dans les quartiers de Washington les plus violents et de travailler avec les policiers sur le terrain.[réf. nécessaire]

Années à la direction du FBI[modifier | modifier le code]

Après avoir été quelque temps procureur fédéral à San Francisco, Mueller est nommé à la tête du FBI par le président républicain George W. Bush.

Il est confirmé à la tête du FBI avec 100 voix contre 0 au Sénat des États-Unis[3]. Il prend la direction du Bureau une semaine avant les attentats du 11 septembre 2001 et gère la période difficile qui suit, à la fois sous les administrations républicaines et démocrates[3]. Arrivé à son terme en 2011, son mandat est prolongé de deux ans par le président Barack Obama[3].

Durant cette période, le FBI ne sera plus essentiellement un service de police fédéral, mais va devenir un véritable service de renseignement mondial, réorienté vers la lutte contre le terrorisme. Malgré la crainte de nouveaux attentats, Mueller va toujours veiller à défendre les libertés, si l'on en croit ceux qui ont travaillé avec lui. En effet, il n'a pas permis aux agents du FBI d'appliquer des techniques d'interrogatoires qu'il jugeait contraires à la loi comme l'affirme Eric Holder, alors ministre de la Justice d'Obama.[réf. nécessaire]

Mueller évite généralement de se mettre en avant. Il frustre les auteurs de ses discours en barrant tous les « je » dans les textes qu'ils lui soumettent. Il ne parle pas en son nom dit-il « mais au nom du FBI »[4].

Le 21 juin 2013, Barack Obama annonce le remplacement de Robert Mueller par James Comey.

Après le FBI[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Lorsqu'il quitte le Bureau, il entre dans un cabinet d'avocat et supervise des affaires sensibles. Il donne aussi des cours à l'université Stanford[3].

Procureur spécial dans l'affaire du Russiagate[modifier | modifier le code]

En mai 2017, Robert Mueller rencontre Donald Trump à la Maison-Blanche, peu de temps après le limogeage de James Comey à la tête du FBI. Mueller vient lui parler de son ancien emploi. Cependant, il annonce qu'il y a peu de chances qu'il reprenne le poste qu'il a occupé pendant douze ans.[réf. nécessaire]

Quelques jours plus tard, le 17 mai 2017, il est choisi par le procureur général adjoint des États-Unis, Rod Rosenstein comme procureur spécial (en anglais : special counsel for the United States Department of Justice) chargé de superviser l’enquête sur les possibles liens entre le gouvernement de la Russie et des individus liés à la campagne présidentielle de Donald Trump dans le cadre de l'affaire du Russiagate[5].

Quand il apprend la nouvelle, Trump s'enquiert auprès de ses collaborateurs : « Mais ce n'est pas le gars que l'on vient juste de recevoir pour le poste de directeur du FBI ? »[4]

Famille[modifier | modifier le code]

Trois mois après avoir obtenu sa licence, Robert Mueller épouse sa petite amie de l'université, Ann Standish, dont les ancêtres sont arrivés sur le Mayflower[4]. Ils se sont rencontrés à l'âge de 17 ans[réf. nécessaire] et ils ont deux filles[6].

Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. (en) « Robert Swan Mueller Jr. ’38 », Princeton Alumni Weekly,‎ (lire en ligne).
  2. a et b (en) « FBI Director Mueller '62 Returns to Concord », sur sps.edu, (consulté le 17 avril 2018).
  3. a b c d et e Gilles Paris, « Qui est Robert Mueller, le procureur chargé de l’enquête sur la campagne de Trump ? », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  4. a b c d et e (en-US) Marc Fisher et Sari Horwitz, « Mueller and Trump: Born to wealth, raised to lead. Then, sharply different choices. », Washington Post,‎ (ISSN 0190-8286, lire en ligne).
  5. (en) « Lettre de nomination » [PDF], sur assets.documentcloud.org.
  6. Olivier O'Mahony, « Trump dans l'attente », Paris Match,‎ semaine du 30 août au 5 septembre 2018, p. 34-39.

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Ressource relative à la vie publique : C-SPANVoir et modifier les données sur Wikidata