Robert Montdargent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Robert Montdargent
Image illustrative de l'article Robert Montdargent
Fonctions
Député de la 5e circonscription du Val-d'Oise
Député du Val-d'Oise
Prédécesseur Léon Feix
Maire d'Argenteuil
Prédécesseur Victor Dupouy
Successeur Roger Ouvrard
Biographie
Date de naissance (83 ans)
Lieu de naissance Paris
Nationalité Française
Parti politique PCF
Profession Journaliste

Robert Montdargent, né le 7 juin 1934 à Paris, est un journaliste et homme politique français, qui fut député communiste de 1974 à 1993 et maire d'Argenteuil de 1977 à 1995.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études secondaires au lycée Montaigne et au lycée Louis-le-Grand, Robert Montdargent devient rédacteur de la Renaissance du Val-d’Oise, journal de la Fédération du PCF du Val d'Oise à laquelle il adhère et dont il est le premier secrétaire en 1966[1]. Il entre au Comité central du Parti communiste en 1970.

Gestion d'Argenteuil[modifier | modifier le code]

Sa gestion de la ville fut qualifiée de chaotique par ses adversaires[réf. nécessaire]. Il s'opposa notamment à l'utilisation par le Parti communiste d'un tract dénonçant le coût de l'immigration pour les communes, tract qui avait une visée électorale[réf. nécessaire]. Il est battu par le candidat de droite dans sa circonscription lors des élections législatives de 1993 marquées par un fort recul de la gauche et, désavoué par la section communiste locale[2], est à nouveau battu en 1995 sur la commune d'Argenteuil par une liste communiste officielle, lui-même conduisant une liste dissidente[3].

Sa gestion de la commune a été critiquée par la Chambre des comptes. L'endettement de la commune atteint en 1997 près de 1 milliard de francs[4]. Pour ses adversaires du Parti socialiste, Robert Montdargent est responsable du « gouffre financier » dans lequel s'est trouvée la commune du fait de « projets pharaoniques » et de sa mise sous tutelle ultérieure[5].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Pour l'aéronautique, Éditions sociales, 1978
  • Le défi aérospatial, Servédis, 1989
  • Gabriel Péri ou la double loyauté, Le Temps des Cerises, 2001

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]