Robert Mallet-Stevens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Robert Mallet, Mallet et Stevens.
Robert Mallet-Stevens
Image illustrative de l'article Robert Mallet-Stevens
La villa Cavrois à Croix dans le Nord, façade arrière.
Présentation
Nom de naissance Stevens
Autres noms Rob. Mallet-Stevens
Naissance
Paris (France)
Décès (à 58 ans)
Paris (France)
Nationalité Drapeau de la France France
Mouvement Moderniste
Formation École spéciale d'architecture
Œuvre
Réalisations Villa Paul Poiret
Villa Cavrois
Villa Noailles
Rue Mallet-Stevens
Distinctions Officier de la Légion d'honneur
Entourage familial
Famille Sa belle-sœur : Carmen de Tommaso (1909-2015), couturière, épouse de son frère Philippe Mallet.

Robert Mallet-Stevens, né le à Paris et mort le dans la même ville, est un architecte et designer français. Il fait partie du mouvement moderne[1]. Il fut également un célèbre décorateur de cinéma dans les années 1920 pour Marcel L'Herbier ou Jean Renoir, et professeur à l'École des beaux-arts de Lille[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Né dans une famille de collectionneurs, son père Maurice Mallet est expert en tableaux de ventes publiques[3] et sa mère est la fille du critique d'art Arthur Stevens, frère du peintre Alfred Stevens[4]. Il est un neveu de Suzanne Stevens, l'épouse du financier belge Adolphe Stoclet qui fit construire à Bruxelles le palais qui porte son nom. L'homogénéité avant-gardiste de ce bâtiment aura probablement exercé une forte influence sur les choix esthétiques ultérieurs de Robert Mallet-Stevens qui prend le nom de son père et de sa mère.

Formation initiale[modifier | modifier le code]

Il se forme à l'École spéciale d'architecture de Paris entre 1903 et 1906 et se montre intéressé au premier chef par la collaboration entre les différentes formes d'art.

Il publie différents articles en collaboration avec Jacques Rœderer, dans la revue britannique The Architectural Review à partir de 1907, puis dans les revues belges Le Home et Tekhné, ainsi que pour le périodique français L'Illustration [5].

Mobilisé en 1914 dans l'aviation française, il est photographe aérien.

Entre cinéma et architecture[modifier | modifier le code]

Affiche du Film "L'Inhumaine" de Marcel L'Herbier, 1924

Dès 1919, il est reconnu comme une figure montante du style moderne présenté au Salon d'automne de Paris dans l'entourage du couturier Paul Poiret, au nombre de ces créateurs (Fernand Nathan, André Groult, Paul Baignères, Drésa, André Mare), « salade où s'entremêlaient, avec infiniment de talent, des réminiscences de style Directoire, le néo-pompéien ressuscité […] voire la funèbre géométrie des salles de musique allemandes … » [6]. Au Salon d'automne de 1922, il expose une maquette très remarquée pour un projet d'aéro-club.

Robert Mallet-Stevens publie en 1922 aux éditions Massin "Une cité moderne", un portfolio de 32 dessins réalisés entre 1917 et 1922 donnant à voir un projet de ville idéale avec cinéma, banque, musée, halles, pavillon de sports, palais de justice, maisons ouvrières, hôtel de voyageurs, mairie, arrêt de tramway, église et immeuble de rapport. En 1924, Robert Mallet-Stevens présente au Salon d'Automne ses projets d'urbanisme. Le critique d'art Guillaume Janneau écrit à ce propos « L'art de Robert Mallet-Stevens est le plus laconique et le plus dépouillé qu'aucune autre formule ». Plus loin, il ajoute : « Créateur d'une formule de décor cinématographique, Mallet-Stevens est l'un des théoriciens de l'esthétique moderne, (...) rationaliste et logicienne. »[7]. De 1921 à 1923, il entreprend la construction de la villa Paul Poiret à Mézy-sur-Seine dans les Yvelines, qui demeure inachevée en raison de la faillite du couturier, jusqu'à son rachat en 1930 par l'actrice Elvire Popesco. En 1924, il rénove l'Hôtel des Roches Noires à Trouville-sur-Mer.

Cependant, il s'oriente d'abord, et pour une vingtaine d'années, vers la création de meubles et de décors de cinéma, notamment ceux de L'Inhumaine de Marcel L'Herbier en 1924, en collaboration avec Paul Poiret pour les costumes, des meubles par Pierre Chareau, des peintures de Fernand Léger. Pour ce film, le réalisateur déclare : « Nous voulions que ce soit une sorte de résumé, de résumé provisoire de tout ce qu'était la recherche plastique en France deux ans avant la fameuse exposition des Arts décoratifs. Le film était aussi destiné à l'Amérique, à cause de la renommée dont jouissait là-bas Georgette Leblanc. »[8]. Mais Robert Mallet-Stevens a également travaillé pour des réalisateurs de films de reconstitution historique comme "Les Trois Mousquetaires" ou "Vingt ans après" d'Henri Diamant-Berger. Dans la lignée de Ricciotto Canudo, dont il était un proche, Mallet-Stevens considérait le cinéma comme un art à part entière. En 1928, il publie aux éditions Massin son traité, "Le décor moderne au cinéma". Il réalise 18 décors de films entre 1920 et 1929.

Décorateur et architecte[modifier | modifier le code]

La villa Noailles[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Villa Noailles.
La villa Noailles à Hyères.

En 1923-1928, le vicomte Charles de Noailles lui commande la Villa Noailles à Hyères, dont le premier noyau est achevé en 1925 et dont les extensions vont se succéder jusqu’en 1933. Pour la piscine de celle-ci, il crée, en 1923-1925, le « Fauteuil Transat », en tube de tôle laquée et toile[9], qui constitue l'un des tout premiers meubles modernes à structure métallique. Au Salon des artistes décorateurs de 1924, il remarque certains créateurs, invités par Pierre Chareau à exposer ensemble, qui se distinguent en prônant l’assujettissement de la structure à la fonction et l'usage de meubles à fonctions combinées ou dialoguant, voire s'intégrant aux volumes intérieurs, comme Francis Jourdain et Eileen Gray, mais aussi Pierre Legrain, et appelle ceux-ci pour décorer la villa Noailles[10]. En 1925, Djo-Bourgeois aménage la salle à manger, puis en 1926 quatre chambres au mobilier intégré et, dans les salles voûtées, un bar coloré ; tandis que Pierre Legrain est chargé d'une chambre.

En contact avec le mouvement De Stijl, Mallet-Stevens demande à Sybold van Ravesteyn de réaliser des meubles en bois et métal peints de couleurs primaires, dont un lit à table de nuit intégrée et une table avec tiroir et, entre 1925 et 1926, la polychromie de la chambre d'amis du 2e étage[11]. De même, Eileen Gray présente un tapis et une desserte pour la chambre de Madame, dotée également d'une chaise de Francis Jourdain, d'un lit de Djo-Bourgeois et d'un fauteuil de Dominique [12], Charlotte Perriand une table de jeu pliante et Sonia Delaunay des « tissus simultanés ». Enfin, Pierre Chareau qui, lors de l'Exposition internationale des Arts décoratifs et industriels modernes de 1925 à Paris s'était distingué par la réalisation du bureau-bibliothèque du Pavillon d’une ambassade française, constitué d'éléments intégrés aux parois et en partie mobiles, conçoit en 1925[13] et crée en 1928 un lit suspendu à des barres métalliques pour la chambre en plein air réalisée sur la terrasse, isolée par des parois de ferronneries escamotables dessinées par Jean Prouvé et agrémentée de chaises Wassily en tubes d'acier de Marcel Breuer, mais aussi l'ameublement de la chambre de Monsieur et des sièges pour le petit salon. En 1927, Chareau réalisera également pour Mallet-Stevens l'un des exemplaires de ses bureaux en fer forgé avec plateau et tiroir pivotants[14]. En 1929 , Man Ray y tourne son chef-d'œuvre "Les Mystères du Château du Dé".

L'exposition internationale des arts décoratifs[modifier | modifier le code]

Volée d'escaliers intérieure de la villa Martel, rue Mallet-Stevens à Paris.

L'exposition internationale des Arts décoratifs et industriels modernes de 1925 consacre le triomphe du style Art Déco, dont le mot d'ordre prône « le retour à la tradition décorative française et le rejet du pastiche » [15]. Mallet-Stevens y réalise le pavillon du tourisme avec son campanile de 36 m de haut qui fera école dans le monde entier, le hall du pavillon intitulé "une ambassade française", réalisé par la société des artistes décorateurs avec Pierre Chareau, Georges Chevalier, Francis Jourdain, Maurice Dufrêne et André Groult, ainsi que des arbres cubistes en ciment armé des sculpteurs Jean et Joël Martel.

En 1926, il élève la villa Collinet à Boulogne-Billancourt, faisant partie d'un ensemble de trois maisons accolées, dont la villa Cook [16] confiée à Le Corbusier. De 1926 à 1934, il réalise plusieurs hôtels particuliers bordant la rue Mallet-Stevens à Paris, dont celui des frères Martel en 1926-1927 au no 10, décoré par Francis Jourdain, Charlotte Perriand et Gabriel Guevrekian, ainsi que le sien propre en 1927 au no 12, qui accueille son cabinet d'architecte et pour lequel il réalise également en 1927 un mobilier de métal laqué, dont un bureau à piètement de tube d'acier nickelé[17],[18]. Des vitraux sont exécutés par Louis Barillet et des grilles et des portes par Jean Prouvé. La même année, il édifie le casino de Saint-Jean-de-Luz. En 1928, il réalise un immeuble de rapport au no 7, rue Méchain à Paris, où Tamara de Lempicka [19] installe son atelier jusqu'aux années 1950.

Exclu de fait de la délégation française au second congrès international d'architecture moderne (CIAM), tenu à Francfort en 1929, par l'Allemand Sigfried Giedion [20] (lequel s'oppose au rôle majeur de l'art décoratif en architecture[21]), Mallet-Stevens est, la même année, l'un des fondateurs et le premier président de l'Union des Artistes modernes (UAM), réunissant des artistes décorateurs et architectes avant-gardistes. Il fut par ailleurs, en 1935, directeur de l'École des Beaux-Arts de Lille, succédant à Émile Gavelle [22].

La villa Cavrois[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Villa Cavrois.
La Villa Cavrois à Croix, près de Lille.
Modèle d'horloge synchronisée et installée dans chaque pièce de la Villa Cavrois
Robinet d'eau chaude, d'eau adoucie, d'eau froide à la Villa Cavrois
Maison-atelier de Louis Barillet à Paris.

De 1929 à 1932 il réalise son chef-d’œuvre, la Villa Cavrois, construite à Croix dans le Nord, pour l'industriel du textile et des laines Paul Cavrois. Cette villa familiale est pensée pour une famille avec sept enfants. Elle présente 2 400 m2 habitables, une hauteur sous-plafond de plus de 6 m, et 1 000 m2 de terrasses sur trois étages et sous-sol. Le programme se présente ainsi selon les mots de Mallet-Stevens : « Le vrai luxe, c’est vivre dans un cadre lumineux, gai, largement aéré, bien chauffé, avec le moins de gestes inutiles et le minimum de serviteurs. » Pour la cuisine, il crée, entre 1929 et 1931, une chaise en tube d'acier à dossier cintré, qui sera déclinée en plusieurs versions jusqu'en 1939[23]. Il demande à Théo van Doesburg d'ordonner une chambre. Le 6 janvier 1932, il donne une conférence radiotéléphonique à la Tour Eiffel où il exprime et synthétise ses idées et l'apport de la Science à l'Architecture que ce soit sur l'hygiène, l'éclairage, le son. Il explique en partie l'utilisation des horloges synchronisées ou des haut-parleurs de TSF qu'il a mis en place à la villa Cavrois[24] : « Construire ce n'est plus seulement monter quatre murs qui portent des planchers (...), c'est utiliser au mieux le béton armé, le chauffage central, les ascenseurs, le téléphone, les appareils ménagers, la climatisation, les appareils sanitaires, l'évacuation des ordures, les parois insonores, les enduits imperméables, les appareils à doucir l'eau, l'étanchéité des terrasses, les sources électriques, de rayons ultra-violets, la ventilation naturelle imaginée par un Knapen, l'ensoleillement des locaux même au nord, l'éclairage indirect grâce à des surfaces créées par un Salomon, l'acoustique étudiée par un Gustave Lyon … »

Cette même année, il construit la maison-atelier de son ami le vitrailliste Louis Barillet, au 15 square Vergennes, dans le 15e arrondissement de Paris.

L'exposition universelle de 1937[modifier | modifier le code]

En 1934, il présente au Salon d'automne une « Cabine de bateau de troisième classe »[25] réalisée pour le concours de cabines de bateau de l'OTUA.

Puis il propose avec Jean Carlu un projet pour un musée de la République au Trocadéro à Paris[26].

Il construisit presque exclusivement pour des clients privés, son unique commande publique ayant été la réalisation d'une caserne de pompiers à Paris en 1936. Il n'en est pas moins considéré aujourd'hui comme l'une des figures majeures de l'architecture française de l'entre-deux-guerres, en tant que l'un des principaux représentants du Mouvement moderne. Pour l’Exposition internationale des arts et des techniques de 1937, on lui confie la construction de cinq pavillons : outre le Palais de l'Électricité et de la Lumière, celui de la Solidarité nationale, celui de l’Hygiène, celui du service d'exploitation industrielle des tabacs et allumettes et celui des Cafés du Brésil.

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Pendant l'occupation, il se réfugia avec sa famille en zone librePenne-d'Agenais, dans le Lot-et-Garonne) pour protéger sa femme, Andrée, née Léon-Berheim (ils se sont mariés en 1928), qui était juive. Malade, il continue cependant à travailler pour les magasins de chaussures Bally[27].
Il meurt à Paris le 8 février 1945.

L'apport de Mallet-Stevens n'a été pleinement apprécié que longtemps après sa mort. Même au-delà des années 1970, les historiens de l'architecture le considèrent comme un dandy ou un couturier[28].

Entre-temps, beaucoup de ses réalisations avaient été laissées à l'abandon (comme la villa Cavrois), remaniées voire démolies (comme la concession Alfa Romeo à Paris). En 1975, la villa Noailles est classée par l'État mais son mobilier pillé, tout comme celui de la villa Cavrois est dispersé en vente publique[13].

Ce n'est que dans les années 1980 que son œuvre a commencé à être reconnue comme une sorte d'optimum des années 1930 entre recherche esthétique et exigence de fonctionnalité. Cette redécouverte, marquée notamment par une rétrospective au Centre Pompidou en 2005, a entraîné la réhabilitation de plusieurs bâtiments.

Toutes les archives de l'architecte ont été détruites à sa demande, à l'exception de celles qui ont été données en 1961 au Musée des arts décoratifs de Paris par sa femme, décédée en 1980.

Œuvres architecturales[modifier | modifier le code]

Villa Paul Poiret.
Villa des frères Martel, rue Mallet-Stevens.
 Chaise créée pour la villa Cavrois
Chaise créée pour la villa Cavrois

Publications de Robert Mallet-Stevens[modifier | modifier le code]

  • 1911 : L'architecture au Japon, dans La Revue, ancienne revue des revues [47]
  • 1922 : Une cité moderne, Paris, Charles Massin éditeur
  • 1928 : Le décor moderne au cinéma, Paris, Charles Massin éditeur
  • 1929 : Grandes constructions, Paris, Éditions d'art Charles Moreau
  • 1930 : Dix années de réalisation en architecture et en décoration (préface de Maurice Raynal), Paris, Charles Massin éditeur
  • 1938 : Vitraux modernes à l'exposition internationale de 1937 (avant-propos de Paul Léon), Paris, Éditions d'art Charles Moreau
  • 1934 : Une demeure 1934 in L'architecture d'aujourd'hui, Jean-Michel Place éditions, 2000. (ISBN 2-85893-545-9)

Décors de films[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mallet-Stevens, l'œuvre complète, site nordnet.fr
  2. [1] Robert Mallet-Stevens sur data.bnf.fr.
  3. in Gallica.bnf.fr : Catalogue des beaux bijoux, collier de perles fines : [vente du 20 au 23 juillet 1915]
  4. Pascal Goffaux, "Robert Mallet-Stevens, architecte moderniste", rtbf.be, 25 novembre 2016.
  5. Dictionnaire des Architectes [2].
  6. Émile Bayard, Le style moderne : l'art de reconnaître les styles, Garnier frères, Paris, 1919 p. 258. En ligne [3].
  7. Guillaume Janneau, Le visage de la rue moderne - bulletin de la vie artistique, 15 novembre 1924, Bernheim-jeune, Paris, p. 495 & s. En ligne [4].
  8. Georgette Leblanc évoquée dans l'article Le pavillon du renseignement et du tourisme de Robert Mallet-Stevens, Bibliothèque d'information publique, centre Georges-Pompidou [5].
  9. « Fauteuil Transat », 1923-1925, MNAM, site www.centrepompidou.fr
  10. Les Noailles « Une vie de mécènes », blog www.grapheine.com
  11. Chambre d'amis de la Villa Noailles par Sybold van Ravesteyn, 1925-1926, Les Noailles « Une vie de mécènes », blog www.grapheine.com
  12. Léon Marie André Domin (1883-1962), ensemblier, récompensé par sa nomination de chevalier de la Légion d'honneur par décret du 22 mai 1926 en récompense de sa participation à l'exposition de Paris de 1925 « Notice LH 19800035/427/57089 », base Léonore, ministère français de la Culture. Associé à Marcel Genevrière (1885-1967), il est co-fondateur de la maison Dominique, sise 8, rue de Castellane à Paris.
  13. a et b Pierre Chareau, « Lit à balancelle » pour la Villa Noailles, encre bleue sur calque, vers 1925, MNAM, site www.centrepompidou.fr
  14. Pierre Chareau, « Bureau pour Robert Mallet-Stevens », piétement métallique nickelé et bois laqué, 1927, MNAM, site www.centrepompidou.fr
  15. Site du musée des arts décoratifs de Paris [6].
  16. La villa Cook de Le Corbusier [7]
  17. Bureau personnel de Mallet-Stevens, 1927, tôle laquée, acier nickelé, cuir et métal argenté [8]
  18. Mobilier du bureau personnel de Mallet-Stevens, 1927, Galeries permanentes Art Déco du musée des arts décoratifs en 2007, Paris [9]
  19. Tamara de Lempicka dont la sœur, Adrienne Gorska, est membre de l'UAM en 1932.
  20. Au nord, le rêve de l'union de l'art et de l'industrie, par Richard Klein [10]
  21. in Jean-Yves Andrieux et Fabienne Chevallier, La réception de l'architecture du mouvement moderne: image, usage, héritage ... Université de Saint-Étienne, 2005 p. 270 et 271
  22. Émile Gavelle, contributions [11].
  23. Robert Mallet-Stevens, Chaise de la Villa Cavrois, site www.exponaute.com
  24. Robert Mallet-Stevens, la Science au service de l'architecture in Bulletin mensuel de l'Association française pour l'avancement des sciences, AFAS (Paris), janvier 1932, pp 563-567
  25. Cabine de bateau de troisième classe, 1934, site opac.lesartsdecoratifs.fr
  26. Institut français d'architecture, Archives d'architecture du XXe siècle, Volume 1, Pierre Mardaga éditeur, Liège, 1991, (ISBN 2-87009-446-9)
  27. Cornette de Saint-Cyr : « Ferracap, Penne (Lot-et-Garonne), le 28 novembre 1941. Vichy ose prononcer le mot: urbanisme, sinon à regrets mais avec une sorte de terreur. On ne peut faire du neuf, du propre, en développant le culte d'un archaïsme sans gloire et sans hygiène. […] La rage d'être un impotent, cloué la plupart du temps au lit, mon cerveau tenant une place moins grande que ma vessie dans mes préoccupations. […] J'ai la commande de la réfection du magasin Bally, à l'angle de la rue Clemenceau. » [12].
  28. Jean-Yves Andrieux et Fabienne Chevallier, La réception de l'architecture du mouvement moderne : image, usage, héritage ... Université de Saint-Étienne, 2005 p. 270 et 271.
  29. « Château de Mézy dit le Gibet dit aussi Villa Poiret », notice no PA00087541, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  30. Bibliothèques spécialisées de Paris [13].
  31. « Villa Marie-Laure-de-Noailles ou château Saint-Bernard, classement », notice no PA00081651, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  32. « Maison dite Clos Saint-Bernard ou villa Noailles, inventaire », notice no IA83000024, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  33. « Hôtel des Roches Noires », notice no PA14000023, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  34. « Villa Augier-Prouvost », notice no PA00088164, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  35. « Villa Collinet, classement », notice no PA00088079, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  36. « Villa Collinet, inventaire », notice no IA00119926, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  37. Visite de l’hôtel Martel signé Mallet-Stevens [14].
  38. « Deux immeubles rue Méchain », notice no PA00086624, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  39. (en) Lempicka par Patrick Bade, éd. Parkstone International, 2006, (ISBN 9781780429694), p.95 et 119.
  40. Le n° 371 du 5 au 12 juillet 1929 de l'hebdomadaire La Semaine à Paris comporte un encart publicitaire illustré mentionnant en p. 105 les "Cafés du Brésil" - Gallica.bnf.fr.
  41. « Villa Cavrois », notice no PA00107443, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  42. Collectif, Le Lap ciment-roi de l'art déco", brochure et dépliant de l'exposition éponyme à la Maison des Arts d'Antony du 17 septembre au 2 novembre, Impr, Le Réveil de la Marne, juillet 2014, 20.p.
  43. « Maison et atelier du maître-verrier Barillet », notice no PA00125448, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  44. « Villa Trapenard », notice no PA92000014, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  45. Magasin Bally de Rouen détruit lors des bombardements de 1944.
  46. « Caserne des pompiers », notice no PA00086666, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  47. Rédacteur en chef Jean Finot.
  48. Biographie de Jacques Riven [15].
  49. Biographie de Marcel Silver [16].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Olivier Cinqualbre (dir.), Robert Mallet-Stevens, l’œuvre complète..., cat. d'expo., Paris, Centre Pompidou (Mnam/Cci), Galerie 2 (du 27 avril au 29 août 2005), Paris, éd. du Centre Pompidou, 2005.
  • Stéphane Boudin-Lestienne, Maurice Culot & Alexandre Mare, Rob Mallet-Stevens, itinéraires, Paris-Bruxelles-Hyères, Bruxelles, éditions AAM-Villa Noailles, 2016, 228 p., ill.
  • Cécile Briolle, Agnès Fuzibet, Gérard Monnier, La Villa Noailles : Rob Mallet-Stevens, Marseilles, éd. Parenthèses, coll. monographies d'architecture, 1990.
  • François Carrassan, La Villa Noailles : une aventure moderne, photo. de Jacqueline Salmon, Paris, Plume, 2001.
  • Maurice Culot, Rob Mallet-Stevens 1907 - 1914, Bruxelles, éditions AAM, 2016.
  • Hubert Jeanneau, Dominique Deshoulières, et al., Rob Mallet-Stevens : architecte, Bruxelles, AAM, 1980.
  • Richard Klein, Robert Mallet-Stevens. Agir pour l'architecture moderne, Paris, Éd. du Patrimoine, 2014, 190 p., ill.
  • Richard Klein, La villa Cavrois, Paris, Picard, 2005, 232 p. ill.
  • Jean-Pierre Lyonnet (dir.), Robert Mallet-Stevens, architecte, Paris, Gallimard / 15 square de Vergennes, 2005.
  • Léon Moussinac, Mallet-Stevens, Paris, Crès, 1931.
  • Paul-Hervé Parsy, Un château moderne : Villa Cavrois, Robert Mallet-Stevens, Paris, éd. du Patrimoine, coll. Monum, 2016.
  • Jean-François Pinchon (dir.), Rob Mallet-Stevens, architecture, mobilier, décoration, Paris, Action artistique / Philippe Sers, 1986.
  • Jacqueline Salmon, Hubert Damisch, Robert Mallet-Stevens et la villa Noailles à Hyères, Paris, Marval, 2005
  • Pierre Vago, Robert Mallet-Stevens l'architetto cubista, Bari, Dedalo libri, 1979.
  • Christiana Volpi, Robert Mallet-Stevens (1886-1945), Milan, Electa, 2005.
  • (de) Alfred Werner Maurer: Architekturikonen Provence, Côte d'Azur + Riviera, Philologus Verlag, Basel, 2008

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :