Robert Joseph Auguste

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Robert-Joseph Auguste
Biographie
Naissance
Décès
Activités

Robert Joseph Auguste, né le à Mons et décédé en 1805, était un sculpteur et orfèvre royal de Louis XV et Louis XVI[1]. A défaut d'un brevet d'apprentissage, il obtient son entrée dans la corporation des orfèvres en décembre 1756 par arrêt du conseil du Roi et dépose son poinçon en janvier 1757[2]. Il est nommé Orfèvre du Roi le 23 mars 1775[3].

Il a été lancé par la marquise de Pompadour, pour qui il a réalisé une salière et une poivrière en ronde bosse d'or par l'intérmédiaire du marchand mercier Lazare Duvaux.

La totalité de sa production a disparu suite aux fontes de Louis XV et révolutionnaire mais son travail est connu grâce à sa clientèle internationale, notamment Christian VII de Danemark, Catherine II de Russie ou George III d'Angleterre qui lui ont passé d'importantes commandes.

Il effectue un apprentissage chez les Roëttiers[4].

Son fils Henri Auguste (en) a pris le contrôle de l'atelier familial en 1784-85.

Le musée du Louvre possède 45 pièces du service à la française commandé par le roi George III d'Angleterre et de Hanovre, livré entre 1777 et 1786[5]. .

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Michèle Bimbenet-Privat, Robert Joseph Auguste, l'orfèvre des rois, Grande Galerie, Le Journal du Louvre, mars/avril/mai 2012, n° 19, pa. 11–12
  2. Catalogue d'exposition, Orfèvrerie française : Collection Jourdan-Barry. Galerie Kugel, Paris 2005.
  3. Vente aux enchères "Important European silver, gold boxes & vertu, Sotheby's, Paris, 15 avril 2010, lot n° 195 : Paire d'importants rafraîchissoirs en argent par Robert-Joseph Auguste, Paris, 1777-1778
  4. À l'époque, cette famille était représentée surtout par Charles Norbert Roëttiers et Joseph Charles Roëttiers.
  5. Michèle Bimbenet-Privat, Huit pièces du service de Georges III d'Angleterre et de Hanovre, in Grande Galerie - Le Journal du Louvre, juin/juillet/août 2017, n° 40, pp. 22-23.