Robert Jacquinot de Besange

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Robert Jacquinot de Besange
Description de l'image 饶神父造像.jpg.
Nom de naissance Robert Charles Joseph Emile Jacquinot de Besange
Alias
Yicai Xiao Jiazhu (en chinois)
Naissance
Saintes Drapeau de la France France
Décès (à 68 ans)
Berlin Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Nationalité française
Pays de résidence Chine
Profession
Activité principale
Autres activités
Diplomate, apostolat social
Formation
Lettres, philosophie et théologie, langue chinoise
Distinctions

Compléments

Jacquinot est connu comme celui qui inspira la création de zones démilitarisées en Chine, durant la Seconde guerre mondiale

Ne pas confondre avec le coureur cycliste Robert Jacquinot

Robert Jacquinot de Besange, dont le nom chinois est Yicai Xiao Jiazhu, né le à Saintes en Charente-Maritime (France) et décédé le (à 68 ans) à Berlin (Allemagne), est un prêtre jésuite français, missionnaire en Chine et professeur de sciences à l'Université Aurore de Shanghai. Il est connu pour avoir mis en place un modèle des zones de sécurité démilitarisées qui a permis de sauver quelque 300 à 500 000 Chinois durant la seconde guerre sino-japonaise[1].

Tombe de Jacquinot de Besange dans le cimetière de Berlin-Heiligensee.

Biographie[modifier | modifier le code]

Robert Jacquinot de Besange nait à Saintes (Charente-Maritime) en 1878 dans une famille originaire de Lorraine. Il perd un bras durant sa jeunesse à la suite d'une expérience de chimie.

Entré au noviciat des Jésuites de Cantorbéry (Angleterre) le 25 septembre 1894, il poursuit sa formation à l'étranger, les jésuites français vivant en exil: Saint-Hélier (de Jersey), à Paris, Marneffe (en Belgique), Salisbury, Hastings et Liverpool. Il est envoyé comme missionnaire en Chine en 1913. Il est professeur à l'Université Aurore qui avait été créée en 1902 par la Compagnie de Jésus à Shanghai. Il est également vicaire à la paroisse du Sacré-Cœur de Jésus de Hongkou et aumônier catholique du corps des volontaires de la Concession internationale de Shanghai.

Au cours de la bataille de Shanghai, il préside une Commission de médiation qui obtient une trêve de 4 heures entre les armées chinoise et japonaise afin de permettre l'évacuation des civils et des blessés de la zone de guerre.

Le « modèle Jacquinot » a commencé avec la zone de sécurité de Shanghai (南市 难民 区), en 1937, pendant la Seconde Guerre sino-japonaise. Elle consistait en une zone démilitarisée pour les civils chinois dans une partie de la vieille ville de Shanghai, à côté de la Concession française de Shanghai. La zone démilitarisée était respecté par les deux parties et les autorités des concessions. Elle était administrée par un comité international composé de représentants américains, britanniques et français, et par la police chinoise. Elle est réputée avoir sauvé la vie de milliers de résidents chinois entre 1937 et 1940, et elle a été liquidée après le départ de Shanghai de Robert Jacquinot de Besange.

Sur l'exemple de Shanghai, est créée la Zone de sécurité de Nankin (南京 安全 区), géré par un Comité international dirigé par l'homme d'affaires allemand John Rabe. Le même modèle a également inspiré des zones de sécurité à Hankou, Zhangzhou et Shenzhen.

Le travail de Robert Jacquinot de Besange est reconnu dans les protocoles et les commentaires à la Convention de Genève de 1949[2]. Il a reçu la Légion d'honneur et l'Ordre du Jade chinois[3].

Un film sur sa vie, Jacquinot : A Forgotten Hero réalisé par le cinéaste polonais Krzysztof Zanussi, est présenté au Festival international du film de Shanghai en 2009[4],[5].

En 1946, il est à la tête de la commission d'aide du Saint-Siège pour les réfugiés et les personnes déplacées à Berlin. Il y meurt le 10 septembre 1946.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Joseph Dehergne: Le Père Jacquinot, dans Bulletin de l'Université l'Aurore, vol. 7 (1946) i-vi.
  • C. R.: Le Père Jacquinot de Bésange, dans Études, vol.251 (1946), p. 258-260.
  • The Story of the `Jacquinot Zone', dans China Album, Shanghai, 1939.
  • La Zone Jacquinot, dans Relations de Chine, vol.13 (1937-1938), p. 336-347.
  • Marcia R. Ristaino, The Jacquinot Safe Zone: Wartime Refugees in Shanghai, Stanford University Press, 2008, xviii-206 pp. (ISBN 978-0-80475793-5)
  • Newsletter 32 du Souvenir français en Chine[6].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]