Robert Ier de Bellême

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Robert Ier de Bellême
Titre Seigneur de Bellême
Prédécesseur Guillaume Ier de Bellême
Successeur Yves II de Bellême
Allégeance Royaume de France
Souverains Robert II le Pieux et/ou Henri Ier
Suzerains Robert Ier de Normandie,
Biographie
Dynastie 1re famille de Bellême
Père Guillaume Ier de Bellême
Mère Mathilde

Image illustrative de l’article Robert Ier de Bellême

Robert Ier de Bellême († entre 1030 et 1040), fut le 3e seigneur de Bellême.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il apparaît pour la première fois lors de la charte de fondation de l'abbaye de Lonlay, où il est qualifié de miles[1].

Au début du règne de Robert le Magnifique, alors que son père est contraint à la reddition au château d'Alençon, Robert et Foulques, ses enfants, mènent des pillages depuis un refuge sans doute situé dans la forêt de Blavou. Une troupe est envoyé par le duc. Foulques est tué, Robert est blessé. Guillaume Ier de Bellême meurt peu après[2].

Aucun repère chronologique n'existe. Il n'existe aucun texte de sa main et Orderic Vital ne précise rien non plus, si ce n'est que sa seigneurie a du être courte[3].

Orderic rapporte qu'au cours d'une expédition contre le Maine, vraisemblablement menée depuis le Saosnois, il est fait prisonnier et retenu au château de Ballon. Il y restera pendant deux années avant qu'une opération pour le secourir ne soit conduite par Guillaume Giroie avec les autres « Grands » de la seigneurie. Il est massacré à la hache par ses gardiens, exécution qui est confirmée par une notice du Cartulaire de Saint-Père-de-Chartres. O. Vital donne le nom des « fils de Gautier de Sordenia ou de Gautier Sorus » comme étant à l'origine du meurtre[1].

Sa date de décès est traditionnellement fixée entre 1031 et 1034, suivant l'interpolation du texte de Guillaume de Jumièges. Mais cette datation est arbitraire et sujette à la place que prend le récit interpolé dans le texte. Il faut se contenter d'une fourchette comprise entre 1030 et 1040[1].

Son oncle, Yves II de Bellême, lui succède.

Descendance[modifier | modifier le code]

Il a eu 2 fils bâtards :

  • Guérin ;
  • Guillaume.

Ils apparaissent après 1050 dans l'entourage de leur oncle Yves, évêque de Sées. Guillaume parait tenir des terres près de Contilly. C'est peut-être Guillaume, cité Warinus de Belismo qui souscrit dans une donation au roi des Francs Philippe Ier en 1075 à Orléans[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Louise 1991, p. 136-138
  2. Louise 1990, p. 286-291
  3. Louise 1991, p. 129-136

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gérard Louise (préf. André Debord), La seigneurie de Bellême Xe – XIIe siècle : Dévolution des pouvoirs territoriaux et construction d'une seigneurie de frontière aux confins de la Normandie et du Maine à la charnière de l'an mil (tome 1), Flers, Le Pays Bas-Normand, , 432 p. (ISSN 0031-3386)
  • Gérard Louise, La seigneurie de Bellême Xe – XIIe siècle : Dévolution des pouvoirs territoriaux et construction d'une seigneurie de frontière aux confins de la Normandie et du Maine à la charnière de l'an mil (tome 2), Flers, Le Pays Bas-Normand, , 351 p. (ISSN 0031-3386)

Articles connexes[modifier | modifier le code]