Robert I. Moore

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Robert Moore (homonymie) et Moore.
Robert Ian Moore
Naissance (76 ans)
Irlande du Nord (Drapeau de l'Irlande Irlande)
Nationalité Britannique
Domaines Histoire
Site rimoore.net

Robert Ian Moore, né le (76 ans), est un historien britannique, spécialiste de l'histoire sociale, politique et religieuse du Moyen Âge central, et en particulier des hérésies[1]. Il est aussi spécialiste d'histoire globale.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Enniskillen en Irlande du Nord, il a fait ses études à l'Université d'Oxford, où il a été l'élève de Vivian H. Galbraith et de Ralph H. C. Davis, avant de rejoindre l'Université de Sheffield, où il a enseigné l'histoire médiévale jusqu'en 1994. Il a ensuite été Professeur d'histoire médiévale à l'Université de Newcastle jusqu'à sa retraite en 2003. Il a aussi été Professeur invité aux universités de Chicago et de Berkeley.

Œuvre[modifier | modifier le code]

L'œuvre de Robert I. Moore est d'abord célèbre pour sa thèse, lancée en 1987 dans son livre La persécution : sa formation en Europe, Xe-XIIIe siècle (titre original anglais : The Formation of a Persecuting Society : Power and Deviance in Western Europe, 950-1250), selon laquelle les sociétés occidentales sont devenues des sociétés structurellement persécutrices, intolérantes et souvent violentes envers toutes les minorités (juifs, homosexuels, lépreux, hérétiques, infidèles...), en relation avec la formation et le développement de pouvoirs centralisés dotés d'appareils bureaucratiques, qu'il s'agisse de l'Église catholique ou des états royaux et princiers.

En 2012, son livre The War on Heresy. Faith and Power in Medieval Europe, traduit en français en 2017 sous le titre Hérétiques. Résistances et répression dans l'Occident médiéval, propose une relecture complète de l'histoire des mouvements hérétiques du Moyen Âge central. Selon Moore, dont les positions sont proches de celles de Mark G. Pegg et rejoignent celles développées en France depuis les années 1990 par Monique Zerner, Jean-Louis Biget ou encore Uwe Brunn, les hérétiques n'appartenaient pas à une ou des Églises bien structurées et hiérarchisées ; ils étaient des chrétiens enclins à résister obstinément aux transformations connues par l'Église romaine depuis la réforme grégorienne, attachés à la pauvreté évangélique et opposés aux privilèges du clergé. C'est seulement pour venir à bout de leurs résistances en les persécutant et pour ainsi s'assurer une domination incontestée que l'Église romaine et les princes séculiers les ont qualifiés d'hérétiques.

En 2013 s'est tenue à Londres, à University College et au Warburg Institute, un colloque international intitulé Catharism : Balkan Heresy or Construction of a Persecuting Society ? (Le catharisme : hérésie des Balkans ou construction d'une société persécutrice) et centré sur une discussion des thèses avancées par R. Moore dans La persécution : sa formation en Europe, Xe-XIIIe siècle et dans Hérétiques. Résistances et répression dans l'Occident médiéval. Un livre intitulé Cathars in Question, paru en 2016, réunit les actes de ce colloque[2].


Plus largement, Robert I. Moore est un historien du premier essor, indissociablement économique, social et politique, de l'Occident latin pendant une période décisive de deux siècles et demi environ, des environs de 950 aux environs de 1200. Tel est l'objet de son livre intitulé La première révolution européenne : cette période, qui est celle du féodalisme, voit une rupture profonde avec la civilisation paysanne antérieure ; se développent aussi bien le modèle de la famille chrétienne que la division du travail et la diversification des tâches, la productivité des campagnes et le servage, les villes, les administrations. Les agriculteurs deviennent des paysans sédentaires producteurs d'excédents au profit des seigneurs, lesquels ne s'entourent plus seulement de guerriers mais de clercs, administrateurs et juristes. La discipline des moeurs et l'organisation familiale se stabilisent ; la noblesse et le clergé se soutiennent mutuellement pour exercer leur domination sur les populations[3].

Publications[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

  • (en) The Birth of Popular Heresy, 1975 [traductions anglaises de sources latines].
  • (en) The Origins of European Dissent, Allen Lane, 1977, 2e éd. Toronto, 1985. Recension par Beryl Smalley dans English Historical Review, 369, 1978, p. 853-856, en ligne sur le site Jstor.
  • (en) (fr) The Formation of a Persecuting Society: Power and Deviance in Western Europe, 950–1250, Blackwell, 1987 ; traduction française Catherine Malamoud, La persécution. Sa formation en Europe, 950-1250, Paris, Les Belles Lettres, 1991, rééd. 10/18, 1997 ; seconde édition augmentée, The Formation of a Persecuting Society: Authority and Deviance in Western Europe, 950–1250, Blackwell, 2007. Recension dans Hommes & migrations, 1151-1152, 1992, p. 104-105, en ligne sur le site Persée.
  • (en) (fr) The First European Revolution, c. 970–1215, 2000, traduction française Jean-Pierre Bardos, La première révolution européenne, Le Seuil, 2001. Traductions en allemand, espagnol et italien. Recension dans Genèse, 49, 2002, p. 163, en ligne sur le site Cairn.info.
  • (en) R. C. H. Davis, A History of Medieval Europe : from Constantine to Saint Louis, 3e édition révisée par R. I. Moore, Pearson Longman, 2005, (ISBN 0-582-78462-X)
  • (en) (fr) The War on Heresy : Faith and Power in Medieval Europe, Londres, Profile Books, 2012 ; traduction française Julien Théry, Hérétiques. Résistances et répression dans l’Occident médiéval, Paris, Belin, 2017. Présentation dans le magazine Books.

Sélection d'articles[modifier | modifier le code]

  • (en) "Family, Community and Cult on the Eve of the Gregorian Reform", Transactions of the Royal Historical Society, 5th series, 30 (1980), p. 49-69.
  • (en) "Antisemitism and the Birth of Europe", Studies in Church History éd. Diana Wood, 29, Christianity and Judaism, (Oxford, 1992), p. 33-57.
  • (en) "Heresy and the Making of Literacy, c. 1000 - 1150", dans Peter Biller, Anne Hudson, Heresy and Literacy in the Middle Ages, Cambridge University Press, 1994, p. 19–37, repris dans Lester K. Little, Barbara H. Rosenwein, éd., Debating the Middle Ages, Oxford, 1998, p. 363-375.
  • (en) "Heresy, Repression and Social Change in the Age of Gregorian Reform", dans Medieval Christendom and Its Discontents, éd. Scott J. Waugh, Cambridge University Press, 1996, p. 19–46.
  • "A la naissance d'une société persécutrice : les clercs, les Cathares et la formation de l'Europe", dans Le Catharisme : un ordre condamné. Centre nationale d'études cathares, 6e session d'histoire médiévale, septembre 1993, Carcassonne, 1996, p. 11-37.
  • (en)"'Between Sanctity and Superstition: Saints and their Miracles in the Age of Revolution", dans The Work of Jacques Le Goff, and the Challenges of Medieval History éd. Miri Rubin, Boydell Press, Woodbridge, 1997, p. 63-75.
  • (en) "World history", dans Michael Bentley, éd., Companion to Historiography, Londres, Routledge, 1997, p. 941–959.
  • (en) "The Birth of Europe as a Eurasian Phenomenon", Modern Asian Studies 31/3, 1997, p. 583–601, repris dans V. Lieberman, éd., Beyond Binary Histories: Re-imagining Eurasia to c. 1830, Ann Arbor, 1999, p. 139-159.

Entretiens disponibles en ligne[modifier | modifier le code]

Distinctions universitaires[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Heresy and the persecuting society in the Middle Age: Essays on the work of R. I. Moore, Brill, (ISBN 9789004150980, ISSN 1573-5664, lire en ligne).
  2. Antonio Sennis, dir., Cathars in Question, York Medieval Press, 2016 Présentation en ligne sur le site de l'éditeur..
  3. Voir l'entretien accordé par R. I. Moore à l'Express, 19 juillet 2001 "La naissance des villes a tout changé", en ligne, à l'occasion de la parution du livre en français.
  4. (en) http://www.royalhistoricalsociety.org/rhsfellows.php.
  5. (en) http://www.indiana.edu/~ias/?q=node/159.
  6. (en) http://www.medievalacademy.org/fellows/Fellows.html#Fellows.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]