Robert Guillain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Guillain.
Robert Guillain
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 90 ans)
Nationalité
Activité

Robert Guillain, de son nom complet Florent Antoine Guillain (), était un reporter français, correspondant en Asie pendant près de quarante années.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le petit-fils de Florent Guillain (1844-1915), ingénieur des ponts et chaussées et homme politique français. Il est également le petit-fils de Jean-Baptiste Trystram.

Robert Guillain est entré en 1934 à l'agence Havas (aujourd'hui Agence France-Presse). Il est affecté à ses débuts au bureau de Londres pour une durée de trois ans.En 1937, il est ensuite envoyé en Chine pour couvrir le début de la guerre sino-japonaise (1937-1945). Il y assiste à la chute de Shanghai.

Il est l'un des rares Occidentaux à vivre la Seconde Guerre mondiale à Tokyo, notant dans ses carnets le drame des bombes incendiaires américaines tombées sur la capitale, ainsi que le désastre causé par cette arme nouvelle "Little Boy" larguée sur Hiroshima, et trois jours plus tard, "Fat Man" sur Nagasaki.

En 1947, sur un appel téléphonique de Hubert Beuve-Méry (alors directeur du quotidien Le Monde), il rejoint le journal après treize ans de journalisme d'agence.

Il a couvert aussi la guerre de Corée et celle d'Indochine. Visitant le camp retranché de Ðiện Biên Phủ avant le déclenchement de la bataille, il y pressent le désastre à venir.

Il prend sa retraite en 1976 mais ne cessa d'aimer ce Japon qu'il a analysé pendant plus de quarante ans. Il a épousé une Japonaise dont il a eu deux enfants.

Robert Guillain s'éteint en banlieue parisienne à l'âge de 90 ans.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Les Problèmes douaniers internationaux et la Société des Nations, Paris : Recueil Sirey, 1930.
  • Le peuple japonais et la guerre. Choses vues 1939-1946., Paris : Julliard, 1947.
    • Revu et réédité sous le titre Le Japon en guerre (Stock, 1979) puis J'ai vu brûler Tokyo (Arlea, 1990)
  • La Fin des illusions. Notes d'Indochine, février-juillet 1954, Paris : Centre d'études de politique étrangère, 1954
  • Six cent millions de Chinois, Paris : Julliard, 1956
  • Le Japon éclate sur lui-même, Paris : Le Monde, 1960
  • Les Chinois à l'épreuve, Paris : Le Monde, 1962
  • Chine nouvelle. An XV, Paris : Le Monde, 1964
  • Dans trente ans la Chine, Paris : Seuil, 1965
  • Japon, troisième grand, Paris : Seuil, coll. « L'Histoire immédiate », 1969
  • L’espion qui sauva Moscou, Paris : Seuil, 1981
  • Orient extrême, une vie en Asie, Paris : Arléa /Le Seuil, 1985, (ISBN 2-02-010528-4), autobiographie
  • Les Geishas ou Le monde des fleurs et des saules , Paris : Arléa, 1988
  • Aventure Japon, Paris : Arlea, 1997, (ISBN 2-86959-617-0), résumé d'expérience