Robert Fabre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Robert Fabre
Illustration.
Fonctions
Député français

(17 ans, 11 mois et 24 jours)
Circonscription Deuxième circonscription de l'Aveyron
Législature IIe, IIIe, IVe, Ve et VIe (Cinquième République)
Groupe politique RD (1962-1967)
FGDS (1967-1973
PSRG (1973-1978)
Non-inscrit (1978-1980)
Prédécesseur Albert Trébosc
Successeur Jean Rigal
Président du MRG

(6 ans)
Prédécesseur Fonction créée
Successeur Michel Crépeau
Médiateur de la République

(6 ans)
Prédécesseur Aimé Paquet
Successeur Paul Legatte
Membre du Conseil constitutionnel

(9 ans)
Président Robert Badinter
Prédécesseur Paul Legatte
Successeur Michel Ameller
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Villefranche-de-Rouergue (Aveyron, France)
Date de décès (à 91 ans)
Lieu de décès Villefranche-de-Rouergue (Aveyron, France)
Parti politique Mouvement des radicaux de gauche (jusqu'en 1978)
Résidence Deuxième circonscription de l'Aveyron

Robert Fabre, né le à Villefranche-de-Rouergue (Aveyron) et mort le dans la même ville, est un pharmacien et homme politique français. Il est le premier président du Mouvement des radicaux de gauche (MRG), médiateur de la République et membre du Conseil constitutionnel.

Biographie[modifier | modifier le code]

Logo du MRG fondé par Robert Fabre

Diplômé de la faculté de médecine et pharmacie de Toulouse, il a exercé la profession de pharmacien. Il est père de quatre filles.

Initialement membre du Parti radical, il est maire de sa ville natale, Villefranche-de-Rouergue (Aveyron), pendant trois décennies à partir de 1953. Lors des élections législatives de 1962, il est élu pour la première fois député de la deuxième circonscription de l'Aveyron. Il siège à l'Assemblée nationale jusqu'en 1980.

Le Fabre signe « pour les radicaux de gauche » (le Mouvement de la gauche radicale-socialiste n'était pas encore fondé) le programme commun d'Union de la Gauche avec François Mitterrand et Georges Marchais[1], ce qui lui vaut le surnom de troisième homme. L'aile majoritaire du Parti radical (désormais dit « valoisien »), dirigée par Jean-Jacques Servan-Schreiber, se rallie par contre au Mouvement réformateur, alliance de centre-droit, entraînant la scission du parti. Robert Fabre devient le premier président du Mouvement des radicaux de gauche (MRG), allié du Parti socialiste, qu'il dirige jusqu'à son remplacement par Michel Crépeau en 1978.

En 1978 il accepte une mission sur l'emploi que lui a confiée le Président de la République Valéry Giscard d'Estaing, Robert Fabre est ensuite exclu du MRG. Il crée alors l'éphémère Fédération de la démocratie radicale. Lors de son départ de l'Assemblée nationale, le gouvernement Raymond Barre nomme Faure Médiateur de la République le . En , soit sept mois avant l'expiration de son mandat de Médiateur, il est nommé membre du Conseil constitutionnel par le président de l'Assemblée nationale Louis Mermaz. Il siège neuf ans au Conseil constitutionnel.

Il meurt le , deux jours après son 91e anniversaire, à Villefranche-de-Rouergue, sa ville natale où il est inhumé. Son décès survient quelques semaines seulement après Jean-Jacques Servan-Schreiber, l'autre grand protagoniste de la scission radicale de 1973.

Son épouse Christiane est décédée en 2017, à l'âge de 96 ans.

Mandats[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Quelques baies de genièvre, Jean-Claude Lattès, 1976.
  • Toute vérité est bonne à dire, Ramsay, 1978.
  • Quatre grains d’ellébore, Ramsay, 2003.
  • Un radical sous la Ve République, de Samuel Deguara, éditions L'Harmattan, 2003.
  • Robert Fabre, le « troisième homme » de l'Union de la gauche, de André Laurens,Le Monde, mardi , rubrique « Carnet ».

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Christophe Batardy, « Expliquer la rupture du Programme commun de gouvernement en septembre 1977 », Vingtième Siècle. Revue d'histoire, vol. 2017/4, no 136,‎ , p. 115–129 (DOI 10.3917/ving.136.0115, lire en ligne)