Robert Dowland

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dowland.
Robert Dowland
Naissance vers 1591
Londres, Drapeau de l'Angleterre Royaume d'Angleterre
Décès
Londres
Activité principale Compositeur, luthiste
Style Renaissance tardive
Lieux d'activité Londres

Œuvres principales

A Varietie of Lute Lessons

Robert Dowland (né à Londres vers 1591 et mort dans cette même ville le 28 novembre 1641), fils du grand luthiste John Dowland, est un compositeur et luthiste anglais[1],[2] de la fin de la Renaissance[2], actif durant les règnes de Jacques Ier et de Charles Ier d'Angleterre, au début du XVIIe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Robert Dowland est le fils d'un des deux grands luthistes de l'ère élisabéthaine, John Dowland[1],[2] (l'autre étant John Johnson).

Il naît à Londres à la fin du XVIe siècle, vers 1591[1],[2].

Durant les années 1620, il voyage à travers l'Europe avec une troupe de théâtre[1].

Il bénéficie, avec le dramaturge Ben Jonson, de la protection de Robert Sydney, comte de Leicester[3]

À la mort de son père en 1626, il lui succède comme luthiste royal[1],[2] à la cour de Charles Ier d'Angleterre.

Robert Dowland meurt à Londres le 28 novembre 1641[1].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Robert Dowland a publié deux grands recueils de musique à Londres en 1610[1],[2],[4],[5],[6] :

  • A Varietie of Lute Lessons (un livre de tablature qui contient deux pièces de luth de Robert ainsi que des œuvres de son père John et du luthiste français Jean-Baptiste Besard)  ;
  • A Musicall Banquet (une anthologie d'œuvres d'autres compositeurs parmi lesquels son père)[7].

Seules trois pièces de luth peuvent lui être attribuées avec certitude : deux pièces de luth publiées dans le recueil A Varietie of Lute Lessons et une publiée dans le Margaret Board Lutebook[1].

Discographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g et h (en) Don Michael Randel, The Harvard Biographical Dictionary of Music, Harvard University Press, 1996, p. 225.
  2. a, b, c, d, e et f (en) Hannu Annala, Heiki Mätlik (et), Handbook of Guitar and Lute Composers, (en) Mel Bay Publications, 2010, p. 26.
  3. (it) Encyclopédie Treccani
  4. (en) Matthew Spring, The Lute in Britain: A History of the Instrument and Its Music, Oxford University Press, 2001, p. 206.
  5. (en) Katherine Butler, Music in Elizabethan Court Politics, The Boydell Press, 2015, p. vii.
  6. Roland-Manuel, Histoire de la musique: Des origines à Jean-Sébastien Bach, Gallimard, 1960, p. 1729.
  7. François-Joseph Fétis, Biographie universelle des musiciens et bibliographie générale de la musique, t. 3, Meline, Cans et Compagnie, (lire en ligne), p. 333