Robert David Steele

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Robert David Steele
Image dans Infobox.
Robert David Steele en 2013.
Biographie
Naissance
Décès
(à 69 ans)
Floride
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Parti politique

Robert David Steele, né le à New York et mort le en Floride, est un informaticien américain connu pour sa promotion du renseignement d'origine source ouverte (OSINT)[1] dans le monde du renseignement. Il est également complotiste et essayiste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Avec un père cadre dans une société pétrolière, Robert David Steele passe ses vingt premières années entre l'Amérique latine et l'Asie. Steele est titulaire d'un BA en science politique, d'une maîtrise en relations internationales et d'un MPA. Il travaille à l'ambassade américaine au Salvador pendant la guerre civile sous le titre d'attaché politique, puis dirige une équipe d'application de l'informatique à la politique étrangère à Washington. Il représente les marines dans divers commités de renseignement, poursuivant même, après sa libération civile, avec des recherches en intelligence artificielle et en stratégie cognitive[2].

Il est couramment associé au mouvement du renseignement d'origine source ouverte[3] et a inventé les termes intelligence virtuelle et maintien de la paix de l'information. Il prétend que le renseignement doit être réformé aux États-Unis et que le secteur privé peut fournir un pourcentage élevé de services d'origine source ouverte au pays et réduire ainsi les coûts. Il affirme que « l'intelligence collective », ou « la sagesse de la foule » (tel que Howard Rheingold définit « la foule intelligente (en) »), comme dans la sous-culture hacker, doit être considérée comme une ressource nationale.[réf. souhaitée]

Robert David Steele est un partisan international du renseignement d'origine source ouverte (OSINT)[4], documentant les deux rapports, bien que récemment ignorés, au cours de ses décennies d'expérience de plaidoyer pour une définition correcte des intérêts nationaux dans le renseignement d'origine source ouverte de 1988 à nos jours ; fait également valoir que la CIA a refusé de prendre les informations d'origine source ouverte au sérieux pendant des décennies, et ne devrait pas être chargée de développer de nouvelles capacités qui sont complètement étrangères à sa culture actuelle du secret[réf. souhaitée].

En , Robert David Steele déclare dans une interview avec Alex Jones que la NASA possède une colonie sur Mars peuplée d'esclaves humains, kidnappés pendant leur enfance et déportés là-bas[5] ; la NASA a démenti les allégations de Steele[6].

En juillet 2021, il organise une manifestation pour dénoncer une prétendue fraude électorale de Joe Biden, qualifiant la Covid-19 de canular[7]. Il en meurt le 30 août 2021[8].

Publications[modifier | modifier le code]

  • (en-US) On Intelligence: Spies and Secrecy in an Open World (AFCEA, 2000). (ISBN 0-9715661-0-0).
  • (en-US) The New Craft of Intelligence: Personal, Public, & Political (OSS, 2002). (ISBN 0-9715661-1-9).
  • (en-US) Peacekeeping Intelligence: Emerging Concepts for the Future (OSS, 2003), en collaboration avec Ben de Jong et Wies Platje. (ISBN 0-9715661-2-7).
  • (en-US) Information Operations: All Information, All Languages, All the Time (OSS, 2005). (ISBN 0-9715661-3-5).
  • (en-US) The Smart Nation Act: Public Intelligence in the Public Interest (OSS, 2006). (ISBN 0-9715661-4-3).

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Robert David Steele est un intervenant de premier plan dans le documentaire de 2007 American Drug War: The Last White Hope, de Kevin Booth.
  • Il apparaît dans plusieurs documentaires : Hackers, de Russell Barnes, en 2010, pour National Geographic Channel ; CIA, Guerres secrètes, de William Karel, en 2003, pour Arte ; et Le Monde selon Bush, également de William Karel, en 2004, pour Paris Première.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Wired article How to Restore Spies Credibility: Go Open Source, publié le 14 décembre 2007.
  2. Alvin Toffler et Heidi Toffler, Guerre et contre-guerre : Survivre à l'aube du XXIe siècle [« War and Anti-War »], Paris, Fayard, , 431 p. (ISBN 2-213-59197-0), p. 227.
  3. Alvin Toffler et Heidi Toffler 1994, p. 230.
  4. Alban Lepaja, « Le renseignement d’origine sources ouvertes pour les opérations militaires », Revue Défense Nationale, vol. N° 800, no 5,‎ , p. 161–166 (ISSN 2105-7508, DOI 10.3917/rdna.800.0161, lire en ligne, consulté le )
  5. « Robert David Steele » [archive du ], sur conspiracywatch.info (consulté le )
  6. « Accusée par des complotistes, la NASA obligée de nier qu’il y ait des enfants-esclaves sur Mars », sur Le Monde, (consulté le )
  7. (en-US) « As Far Right Activists Rally In Belfast, Protesters Gather Outside », sur Maine Public, (consulté le )
  8. (en-US) « Conspiracy Theorist Who Spoke At Far-Right Rally In Maine Dies Of COVID-19 », sur Maine Public, (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]