Robert Crane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Robert K. Crane
Description de cette image, également commentée ci-après
Robert K. Crane vers 1960.
Naissance
Palmyra, New Jersey (États-Unis)
Décès (à 90 ans)
Williston, Tennessee (États-Unis)
Nationalité Drapeau : États-Unis Américain
Domaines Biochimie
Institutions Université Washington à Saint-Louis
Chicago Medical School
Rutgers Medical School de l’Université de Médecine et d'Odontologie du New Jersey
Diplôme Washington College, Université de Harvard
Renommé pour Cotransport
Distinctions Distinguished Achievement Award de l'Association Américaine de Gastro-entérologie (1969)[1]
Dr. Harold Lamport Award, New York Academy of Sciences (1977)

Robert Kellogg Crane ( à Palmyra, New Jersey, États-Unis - à Williston, Tennessee, États-Unis) est un biochimiste américain surtout connu pour sa découverte du cotransport sodium-glucose.

Biographie[modifier | modifier le code]

Robert Kellogg Crane est le fils de Wilbur Fiske Crane, architecte et ingénieur, et de Marie Elisabeth Crane. Il est le petit-fils de Wilbur Crane, un des frères de Stephen Crane[2]. Il a reçu un baccalauréat en sciences de Washington College en 1942. Après avoir servi dans la Marine pendant la Seconde Guerre mondiale, Crane a étudié la biochimie avec Eric Ball à Harvard de 1946 à 1949, puis a passé un an avec Fritz Lipmann à la Harvard Medical School, et a reçu un Ph.D. en sciences médicales en 1950. Il rejoint ensuite le Department de Chimie Biologique de Carl Cori à l’école de médecine de l’Université Washington à Saint-Louis, où a commencé son intérêt durable pour le métabolisme des glucides et y a travaillé jusqu'en 1962. Après cela, il a été professeur et président du département de biochimie de la Chicago Medical School jusqu'en 1966, puis est devenu professeur et directeur du département de physiologie et de biophysique à la Rutgers Medical School (maintenant connue sous le nom Robert Wood Johnson Medical School) de l’Université de Médecine et d'Odontologie du New Jersey jusqu'en 1986. Il a reçu un doctorat en sciences de Washington College en 1982[3].

Découverte du cotransport[modifier | modifier le code]

Dans les années 1950, Crane a joué un rôle central en démontrant que le transport du glucose dans la cellule est la première étape du métabolisme des glucides et de son contrôle. Il a démontré que ni la phosphorylation-déphosphorylation, ni d'autres réactions covalentes ne rendaient compte du transport de glucose dans l'intestin.

Modèle de couplage en cotransport de transport de glucose vers une pompe Na + par un circuit Na +. Redessiné à partir de Crane et al.[3],[4].

En , à Prague, Crane présenta pour la première fois sa découverte du cotransport sodium-glucose en tant que mécanisme pour l'absorption intestinale de glucose[4]. Le cotransport fut la première proposition de couplage de flux en biologie et a été l'événement le plus important en ce qui concerne l'absorption des glucides au XXe siècle[5],[6].

Application dans la thérapie de réhydratation orale[modifier | modifier le code]

La découverte du cotransport par Crane a conduit directement au développement de la thérapie de réhydratation par voie orale[7],[8]. Ce traitement contrebalance la perte d'eau et d'électrolytes causés par le choléra au moyen d’une solution de sel contenant du glucose qui accélère l'absorption d'eau et d'électrolytes. Ceci est possible car le choléra n'interfère pas avec le cotransport sodium-glucose[9],[10].

La thérapie de réhydratation orale sauve la vie de millions de malades du choléra dans les pays sous-développés depuis les années 1980[11]. En 1978, The Lancet a affirmé que “la découverte du couplage du sodium et du glucose dans l'intestin grêle, donc de l'accélération de l'absorption d'eau et d'électrolytes en présence de glucose, a été le progrès médical majeur de ce siècle[12]“.

Applications pharmaceutiques[modifier | modifier le code]

La découverte de Crane est également utilisée dans les médicaments blockbuster (plus d'un milliard de dollars de chiffre d’affaires annuel) comme le ISRS Prozac, pour traiter la dépression en inhibant les cotransporteurs Na/sérotonine dans le cerveau.

De plus, les grands groupes pharmaceutiques développent des inhibiteurs de cotransporteurs Na/glucose pour traiter le diabète et l'obésité[13].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Distinguished Achievement Award »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). American Gastroenterological Association, 2008, « p. 2. »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  2. "Stephen Crane's Family Heritage". Stephen Crane Studies 4.1, 1995.
  3. a et b Robert K. Crane. “The road to ion-coupled membrane processes.” Dans: Comprehensive Biochemistry. Vol 35: Selected Topics in the History of Biochemistry, Personal Recollections l. (Neuberger, A., van Deenen, LLM et Semenga, G., Eds.), Springer, Amsterdam, 1983, p. 43-69. Modèle du cotransport page 64.
  4. a et b Robert K. Crane, D. Miller et I. Bihler. “The restrictions on possible mechanisms of intestinal transport of sugars”. Dans: Membrane Transport and Metabolism. Proceedings of a Symposium held in Prague, August 22–27, 1960. (Actes d'un colloque tenu à Prague, en du 22 au 27 août, 1960). Édité par A. Kleinzeller and A. Kotyk. Académie tchèque des Sciences, Prague, 1961, p. 439-449. Modèle du cotransport page 448.
  5. Ernest M. Wright et Eric Turk. “The sodium glucose cotransport family SLC5”. Pflügers Arch 447, 2004, p. 510.
  6. Boyd, CA R. “Facts, fantasies and fun in epithelial physiology”. Experimental Physiology, Vol. 93, Issue 3, 2008, p. 304.
  7. C. A. Pasternak. “A Glance Back Over 30 Years”. Bioscience Reports, Vol. 13, No. 4, 1993, p. 187.
  8. J.D. Snyder. “Can Bismuth Improve the Simple Solution for Diarrhea?”. New England Journal of Medicine, Vol. 328, issue 23, 1993, p. 1705.
  9. Arthur C Guyton and John E Hall. “Textbook of Medical Physiology”. Elsevier Saunders, Philadelphia, 2006, p. 814-816.
  10. Canadian Paediatric Society, Nutrition Committee. “Oral rehydration therapy and early refeeding in the management of childhood gastroenteritis”. Paediatrics & Child Health, Vol. 11, issue 8, 2006, p. 527-531.
  11. W.B. Greenough. Lancet 345, juin 1995, p. 1568.
  12. Michael C Latham. “La nutrition dans les pays en développement”. Volume 29 de la Collection de la FAO : “Alimentation et Nutrition”, Organisation des Nations Unies pour l'Alimentation et l'Agriculture, 2001, p. 380.
  13. “High Rider Reaches Agreement in Principal with French Biopharmaceutical Company”. PR Newswire, 9 octobre 2007.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]