Robert Couturier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Robert Couturier
Robert Couturier (1995).png
Robert Couturier (Capture d'écran d'une vidéo de l'Encyclopédie audiovisuelle de l'art contemporain)
Naissance
Décès
(à 103 ans)
Paris
Nationalité
Activité
Sculpture
Lieu de travail
Mouvement
Membre fondateur du Salon de mai
Influencé par
Distinctions
Prix Blumenthal en 1930
Prix Wildestein en 1966

Robert Couturier, né le à Angoulême et mort le à Paris[1], est un sculpteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1920, il intègre l'École Estienne à Paris et suit une formation de lithographe. À la mort de son père, deux ans plus tard, il dut interrompre ses études et intégra des ateliers de lithographie à Paris.

En 1928, sa rencontre avec Aristide Maillol le convainc de devenir sculpteur. Il obtient un atelier d'artiste à la cité parisienne La Ruche[2].

De 1929 date sa rencontre avec le sculpteur Alfred Janniot. En 1930, il obtient le Prix Blumenthal[2] et en 1932, devient professeur de dessin à Paris. Il rencontre alors de nombreux peintres dont Henri Matisse, de qui il recevra de nombreux conseils.

Ancien élève d'Aristide Maillol, membre fondateur du Salon de Mai ; il fut lauréat de la Fondation américaine pour la pensée et l'art français en 1930. En 1937, il réalise des sculptures pour le Pavillon de l'élégance à l'Exposition internationale, en collaboration avec l'architecte Émile Aillaud[2]. En 1938, il est le collaborateur d'Aristide Maillol pour l'oeuvre La Rivière.

Prisonnier pendant la Seconde Guerre mondiale, il s'évade et passe en zone libre. Après la Libération, en 1946, il est nommé professeur à l'École des arts décoratifs à Paris, poste qu'il occupe jusqu'en 1962. Il devient ensuite professeur à l'École nationale supérieure des Beaux-arts de Paris (1963-1975)[2].

En 1958, il participe à l'exposition universelle de Bruxelles[2].

En 1962, il joue son propre rôle (d'enseignant de sculpture) à l'École des arts décoratifs dans le film d'Agnès Varda, Cléo de 5 à 7.

En 2005, la Fondation Dina Vierny-Musée Maillol à Paris lui consacre une exposition rétrospective pour son centenaire.

Membre fondateur du salon de mai ; lauréat de la Fondation américaine pour la pensée et l'art français (1930) ; prix Wildenstein (1966).

23 de ses œuvres sont inscrites sur l'inventaire du Fonds national d'art contemporain[2].

Œuvres dans les musées à Paris, et à l'étranger : Bayeux, Poitiers, Grenoble, Troyes, Paris (musée national d'Art moderne-Centre Georges Pompidou ; musée d'art moderne de la Ville de Paris), Madrid, Rio de Janeiro, Boston, Jérusalem, Hakone, Anvers, La Havane.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Mort du sculpteur Robert Couturier, disciple de Maillol, à l'âge de 103 ans « Copie archivée » (version du 1 décembre 2008 sur l'Internet Archive) afp.google.com, 2 octobre 2008
  2. a b c d e f g h i j k l m n et o Xavier-Philippe Guiochon, « La restitution des monuments publics détruits : entre disparition et recréation », sur cnap.fr (consulté le 1er avril 2020).
  3. Xavier-Philippe Guiochon, « La Restitution des monuments publics détruits, entre disparition et recréation », cnap.fr, consulté le 23 octobre 2018.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]