Robert Close

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Close.

Robert Charles Adolphe Marie Lucien Close, né le à Bruxelles et y décédé le , est un militaire et homme politique belge.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Scolarité à l'École royale des cadets, antichambre de l'École royale militaire où il entre en 1939 (85e promotion I.C. - Infanterie-Cavalerie).

Durant la Seconde Guerre mondiale, Robert Close fut Résistant. Fait prisonnier par les Allemands, il passa successivement par trois camps de concentration entre 1942 et 1945.

Diplômé en sciences économiques, politiques et diplomatiques (ULB), il fut maître de conférences à l'Université de Liège.

Carrière militaire[modifier | modifier le code]

Robert, dit Bob, Close fit une brillante carrière militaire. Lieutenant au 1er Guides (1948).

  • En 1961, il fut désigné pour le Commandement suprême des Forces Alliées en Europe (SHAPE).
  • En 1965, il est affecté au Cabinet de la Défense nationale.
  • En 1967, il est nommé Attaché militaire à l'Ambassade de Belgique à Londres.
  • En 1970, il rejoint le corps professoral de l'École de guerre.
  • En 1971, il prend le commandement de la 17e Brigade blindée.
  • En 1974, il est nommé commandant adjoint au Collège de défense de l'OTAN à Rome.
  • En 1975, le Général Close se met à dos le Pentagone et le Président du Comité militaire de l'OTAN après avoir fait circuler une étude qui aboutit à un plaidoyer pour une armée européenne.

Il devient commandant de la 16e Division blindée (1976) et publia à cette époque un livre qui allait lui assurer une notoriété internationale : L'Europe sans défense ? Le Général Close dresse dans cet ouvrage le relevé détaillé de la situation alarmante de la défense militaire de l'Europe. L'ouvrage crée un séisme au sein de l'OTAN. Et provoque la colère des milieux de gauche.

En 1980, le Général Close présente sa démission des cadres actifs de l'Armée belge.

Militant politique[modifier | modifier le code]

En 1980, il devient membre de la Ligue anti-communiste mondiale (World Anti-Communist League), transformée en 1990 en Ligue mondiale pour la liberté et la démocratie (World League for Freedom and Democracy).

En 1981, il se présente aux élections et est élu haut la main sénateur pour le PRL. Il y siègera jusqu'en 1987, année où il quitte le PRL, déçu.

En 1983, il fonde avec Jacques Jonet, Paul Vankerkhoven et Nicolas de Kerchove l'Institut européen pour la paix et la sécurité. Cet Institut devait faire de la propagande contre des mouvements pacifistes.

En 1991, il rejoint le BEB-n (Entente belge – nouvelle / Belgische Eenheid – nieuw)[1] , petit parti droitier unitariste.

Proche, sur la fin de sa vie, d'Alain Escada, il contribuera à la rédaction de diverses de ses publications, comme la revue Polémique.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Robert Close (préface de Henri Simonet), L'Europe sans défense ? : 48 heures qui pourraient changer la face du monde, Éditions Arts et voyages, coll. « Collection Inédits », Bruxelles, 1977, 359 p. (ISBN 2-8016-0050-4)
  • Ernst Albrecht, Guido Brunner, Jacques Chirac, Robert Close... [et al.] (hrsg. von Gerhard Mayer-Vorfelder und Hubertus Zuber), Welches Europa? : Antworten, Seewald, Stuttgart, 1977, 327 p. (ISBN 3-512-00479-2)
  • Robert Close, Europe without defense: 48 hours that could change the face of the world, Pergamon Press, coll. « Pergamon policy studies », New York, cop. 1979, XV-278 p. (ISBN 0-08-023108-X)
  • Robert Close (en collaboration avec Nicolas De Kerchove ; préface de Michael Voslensky), Encore un effort et nous aurons définitivement perdu la Troisième Guerre mondiale, P. Belfond, Paris, 1981, 297 p. (ISBN 2-7144-1446-X)
  • Jacques A.-M. Noterman (préface de R. Close), Que faire pour survivre à la guerre nucléaire ? : informations pratiques destinées à augmenter de façon significative, et à peu de frais, les chances de survie d'une famille en période de guerre, y compris nucléaire, Epécé, Ciney, 1984, 40 p.
  • Général Robert Close, Léopold III : les "non dits", Les Éditions Ligne claire, Bruxelles, 2001, 297 p. (ISBN 2-87115-011-7)

Notes et références[modifier | modifier le code]