Robert Chavanac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chavanac (homonymie).
Robert Chavanac
Robert Chavanac, z'l (1936-2016).jpg

Robert Chavanac en 1995

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 79 ans)
Nom de naissance
Robert CohenVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Genre artistique

Robert Chavanac, nom de plume de Robert Cohen, est un romancier français né à Marseille le 2 mars 1936 et mort le (à 79 ans)[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Robert Chavanac est un descendant de vieilles familles séfarades de 1492.

Il a vécu à Marseille, à Toulon puis à Nice. Première publication en 1957 dans la revue Fiction (no 96) sous son patronyme. Sous le pseudonyme de Robert Chavanac, il a écrit exclusivement des romans de guerre portant sur la période de la Seconde Guerre mondiale ainsi que sur le conflit israélo-arabe. Dans la plupart de ses ouvrages, l'aviation tient une part prépondérante.

Passionné d'aviation, il fut profondément influencé par le livre de Pierre Closterman, Le Grand Cirque. Son engouement s’est traduit, des années durant, par la pratique du maquettisme, de dessins d’avions et la collection de tous les écrits et photos ayant trait à la guerre aérienne 1939-45. Il rencontra de nombreux vétérans de la guerre aérienne, fit des voyages aux lieux des batailles les plus connues, et pratiqua dans sa région la recherche d'épaves d'avions abattus.

Cette évolution l’a aussi amené à fréquenter l’aéroclub du Var, pour du pilotage réel, mais aussi le monde de la simulation, à l’ère de l’ordinateur.

Ses romans sont basés sur une solide documentation technique et historique et sur le recueil de témoignages auprès de ceux ayant vécu ces évènements.

Robert Chavanac publia 13 romans entre 1968 et 1975, date à laquelle il mit terme à sa carrière d'écrivain en tant que Chavanac.

Tous ses livres parurent au Fleuve noir dans la collection « Feu ». Une partie d’entre eux furent traduits et publiés dans divers pays (Suède, Belgique, Brésil).

Toutes les couvertures, sauf celle du premier roman paru, Les Messerschmitts de Sedan, furent dessinées par l'illustrateur Michel Gourdon à qui l'on doit environ 3 500 couvertures.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Les Messerschmitts de Sedan, 1968.
  • Sayonara Guadalcanal, 1969.
  • Les Messerschmitts de Londres, 1969.
  • Les Mirages du Sinaï, 1970.
  • Les Messerschmitts d'el-Alamein, 1971.
  • Les Messerschmitts de Tel Aviv, 1973.
  • La Cavalcade des Mustang, 1970.
  • Le Sang des Alpes, 1971.
  • L'Oiseau secret de Goering, 1971.
  • Gestapo Marseille, 1972.
  • Ciel rouge, 1973.
  • Kriegsmarine Toulon, 1975.
  • Kippour au canal, 1975. voir Guerre du Kippour
  • Ultérieurement, publication sous son patronyme Cohen, dans Tribune Juive Hebdo de Contes de la guerre de Kippour(abu tor, la tribu perdue, le bus de Tel Aviv)
  • Après 2005, textes en judéo-espagnol dans la presse spécialisée.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Avis de décès », sur dansnoscoeurs.fr,

Liens externes[modifier | modifier le code]