Robert Boyvin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Robert Boyvin
Naissance
Date inconnueVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Date inconnueVoir et modifier les données sur Wikidata
Période d'activité
Activité
EnlumineurVoir et modifier les données sur Wikidata
Maître
Lieu de travail
Mécène

Robert Boyvin est un enlumineur actif à Rouen entre 1480 et 1536. Collaborateur du Maître de l'Échevinage de Rouen, il s'est vu attribué plus de 80 manuscrits encore conservés dont, pour une bonne part des livres d'heures. Il a également produit quelques décorations d'ouvrages pour le cardinal Georges d'Amboise.

Biographie[modifier | modifier le code]

Frontispice des épitres de Sénèque, commandé par le cardinal d'Amboise.

Robert Boyvin appartient à une famille de gens du livre rouennais installés depuis au moins le début du XVe siècle. Un Jean Boyvin, écrivain et vendeur de livre est en effet installé à proximité de la cathédrale Notre-Dame de Rouen, du côté du portail des libraires. C'est le cas également d'un Thomas Boyvin, mentionné dans les sources en 1479, à nouveau un Jean Boyvin en 1487-1488 puis, sans doute son fils, Robinet (petit Robert) à partir de 1487. Il occupe alors la quatrième échoppe du côté de l'archevêché. Il est indiqué sur place jusqu'en 1502[1]. Son mariage est également documenté en 1480 avec la fille du libraire Jean Coquet[2].

À partir de 1503, il est indiqué comme prestataire pour Georges d'Amboise, archevêque de Rouen dans les comptes de son château de Gaillon. Il est indiqué comme l'auteur d'une peinture dans un manuscrit des épîtres de Sénèque (aujourd'hui BNF, Lat.8551) : ce manuscrit bien identifié a servi à reconstituer son œuvre. Le , il est payé pour deux miniatures d'un manuscrit de Tite-Live aujourd'hui disparu. Il a probablement peint d'autres manuscrits pour le même commanditaire aujourd'hui identifiés au nombre de trois, mais qui ne sont pas mentionnés dans les archives. À cette période, il n'occupe plus son échoppe près de la cathédrale et sa notoriété lui a peut-être permis de se consacrer entièrement au métier d'enlumineur au détriment de celui de libraire, mais il reste probablement à Rouen. Sa trace ne se retrouve dans les archives qu'en 1534-1535, lorsqu'il travaille pour le chapitre de la cathédrale. Le , il est mentionné comme résident dans la paroisse de Saint-Maclou, au pont de Robec. Il achète alors une maison dans le quartier Saint-Sever qu'il revend le . C'est la dernière mention de l'artiste dans les archives[3].

Collaborations et modèles[modifier | modifier le code]

Les plus anciens manuscrits attribués à Robert Boyvin permettent de dire que ce dernier a probablement été formé au sein de l'atelier du Maître de l'Échevinage de Rouen, le plus important enlumineur rouennais du milieu du XVe siècle. On retrouve son style dans des manuscrits peints par ce dernier ou par des membres de son atelier, comme la Maître de Raoul du Faou. Boyvin reprend les compositions de son maître ainsi que son usage chatoyant des couleurs. Le Maître de l'Échevinage de Rouen est parfois identifié au libraire Jean Coquet, qui, si c'est avéré, pourrait être aussi son beau-père[4]. C'est également à cette époque qu'il commence à travailler avec Jean Serpin, un enlumineur, c'est-à-dire décorateur de marges, rouennais, attesté lui aussi dans les comptes de Georges d'Amboise et avec qui il travaille jusqu'à la fin de sa carrière[5]. Au plus fort de sa production de livre d'heures dans les années 1490, il s'adjoint des collaborateurs, restés anonymes qui l'aident à achever des miniatures des manuscrits qui lui sont commandés, voire qui les réalise dans sa totalité[6].

À partir de 1500, il se met à copier des modèles tourangeaux, notamment ceux du Maître des Missels della Rovere, de Jean Bourdichon ou du Maître du Boccace de Munich (comme dans un livre d'heures actuellement à Vienne). Mais cela ne veut pas dire que Boyvin a collaboré avec eux : les modèles peuvent avoir circulé à travers des manuscrits sans que les artistes n'aient besoin de se déplacer. Son maître, le Maître de l'Échevinage était déjà intervenu dans un livre d'heures (Bibliothèque Chester-Beatty, W.Ms.89) dans lequel avaient peints les ateliers de Jean Charpentier, Bourdichon et Jean Poyer[7].

En 1503, les archives de Gaillon indiquent qu'il intervient après les artistes parisiens Nicolas Hiesse et Jean Pichore dans les mêmes ouvrages. Il ne s'est probablement pas déplacé à Paris pour cela. Il a pu récupérer à Rouen des cahiers laissés inachevés par les enlumineurs parisiens, dépassés par l'ampleur des commandes de l'archevêque[8]. Par la suite, il reprend des modèles de Jean Pichore et de son collaborateurs, le Maître des Triomphes de Pétrarque[9]. À la fin de sa carrière, dans les années 1510-1520, il continue à décorer des manuscrits, mais sa participation se limite souvent à des miniatures de calendriers, laissant la plus grande partie des miniatures à des collaborateurs probablement plus jeunes, comme le Maître d'Ambroise le Veneur[10].

Style[modifier | modifier le code]

Le style de Boyvin ne se caractérise pas par une grande originalité. Il reprend des modèles provenant d'autres artistes et évolue peu au cours de sa carrière. Il se caractérise par des personnages maigres, des auréoles pleines, des plis de vêtements très simples. Ses décors sont faits d'architectures aux murs gris, avec des fenêtres petites, des carrelages verts, des briques roses ou de pierres grises. Il reprend au Maître de l'Échevinage de Rouen des encadrements de dais gothique soutenu par des colonnettes[11]. Il se distingue néanmoins de ce dernier par des personnages plus élancés, le visage allongé, les paupières rondes et le nez épais[12].

Dans une deuxième période (1487-1502), l'artiste se spécialise dans les livres d'heures qu'il peint en grande quantité sur commande et le plus souvent pour une mise en vente dans son échoppe près de la cathédrale de Rouen. Ces derniers sont appelés livres d'étal. Ses personnages possèdent des têtes aux traits plus fins, aux cheveux roux ou grisonnants, avec des vêtements amples de couleur rouges bordeaux ou bleu. Ses paysages sont constitués généralement d'une colline verdoyante, un fleuve et des montagnes à l'horizon. Les miniatures sont encadrés par un simple trait ou un décor architectural[2].

À partir de 1503, sa reprise des modèles parisiens transforme son style vers une vers une inspiration plus Renaissance : cela se traduit par des volumes plus grands, des compositions plus aérée et des drapés de vêtements plus marqués. Sa palette de couleurs se diversifie vers des pastels plus clairs[13]. Les encadrements sont composés de colonnes surmontées de guirlandes[14].

Manuscrits enluminés attribuées[modifier | modifier le code]

François Avril a proposé une première liste de manuscrits attribués à Robert Boyvin en 1993[15]. Isabelle Delauney a considérablement étendu cette liste à une cinquantaine d'ouvrages en 1995[16]. Elliot Adam étend encore le catalogue à environ 80 manuscrits, ce qui en fait l'un des enlumineurs les plus productifs de son époque.

Livres d'heures[modifier | modifier le code]

Collaborations avec le Maître de l'Échevinage de Rouen (années 1480)[modifier | modifier le code]

David et Bethsabée, heures à l'usage de Rouen, BNF La.1177.
  • Livre d’heures, en collaboration avec le Maître de l'Échevinage de Rouen, vers 1480, issu de la collection de Joost Ritman, passé en vente chez Sotheby's, , lot 39
  • Livre d'heures à l'usage de Rouen, 1 miniature (f.78) en collaboration avec le cercle du Maître de l'Échevinage de Rouen, années 1480, Bibliothèque nationale de France, Lat.1177[17]
  • Heures Playfair à l'usage de Sarum, 4 miniatures du Maître (fol. 18, 144v, 150 et 150v.), en collaboration avec le Maître de l'Échevinage de Rouen et son cercle, années 1480, Victoria and Albert Museum, inv. MSL/1918/475[18]
  • Livre d’heures à l’usage de Rouen, années 1480, ancienne possession de Claude Chartier, échevin d’Orléans, 14 grandes miniatures, Bibliothèque de l'Arsenal, Ms.635[19]
  • Livre d’heures à l'usage de Rouen, en collaboration avec le Maître de l'Échevinage de Rouen, vers 1485, coll. part., passé en vente chez Christie's, , lot 11[20]

Livre d'heures d'étal (1487-1502)[modifier | modifier le code]

Annonciation, livre d'heures, Besançon.

Les livres d'heures d'étal étaient produits en nombre, sans destinataire connu et probablement vendus à la boutique de l'enlumineur à Rouen. Ils sont parfois personnalisés a posteriori.

Livre d'heures de commande (1487-1502)[modifier | modifier le code]

  • Livre d'heures à l'usage de Rouen, Walters Art Museum, Baltimore, W. 225[34]
  • Livre d'heures ayant appartenu à Jean de Ricametz et Catherine de Barbançon, à partir d'un livre d'heures brugeois attribué aux Maîtres aux rinceaux d'or, complété par le maître, Walters Art Museum, W. 282[35]
  • Livre d'heures, Walters Art Museum, W. 450
  • Livre d'heures, Bibliothèque nationale Széchényi, Budapest, Cod. Lat. 227
  • Livre d'heures à l'usage de Rouen, destiné à Jean Ier Louvel, Bibliothèque municipale de Cherbourg, ms. 5[36]
  • Livre d'heures à l'usage de Rouen, ayant appartenu à la famille Manneville et à Eudes de Catteville, 14 grandes miniatures, passé en vente chez Christie’s, 27-, lot 125[37]
  • Livre d'heures, passé en vente chez Parke-Bernet (en), New York, le , lot 20
  • Livre d'heures Guillard à l'usage de Séez, passé en vente chez Millon et Associés, Paris, , lot 77[38]
  • Livre d'heures à l'usage de Rouen, BNF, Lat.10559[39]
  • Livre d'heures à l'usage de Rome, 6 miniatures attribuées, BNF, Lat.18020[40]
  • Livre d'heures à l'usage de Rouen, vers 1500, Morgan Library and Museum, ms. H. 1[41]
  • Livre d'heures, passé en vente chez Heribert Tenschert, Rotthalmünster, catalogue Leuchtendes Mittelalter II, XXV, 1990, cat. 56
  • Livre d'heures à l'usage de Rouen, ancienne collection Frank Kacmarcik (en), Université Saint John's (en), Collegeville, ms. 2[42]
  • Livre d'heures, passé en vente chez Sotheby's, , lot 182
  • Livre d'heures à l'usage de Limoges, Bibliothèque nationale autrichienne, Cod. 1954[43]

La période 1503-1510[modifier | modifier le code]

Livre d'heures de fin de carrière (1510-1520)[modifier | modifier le code]

  • Livre d'heures en collaboration avec le Maître de Raoul du Fou, vers 1510, Houghton Library, université Harvard, ms. Richardson 10
  • Livre d'heures à l'usage de Rouen, 17 grandes miniatures, Bibliothèque municipale de Dijon, ms. 2244[55]
  • Livre d'heures, collection particulière française, passé en vente chez Christie's, , lot 59
  • Livre d'heures à l'usage de Rouen, pour les familles Du Four et Deschamps, en collaboration avec Jean Serpin, vers 1520 et deux autres collaborateurs, Grolier Club (en), New York, Ms.10
  • Livre d'heures de la famille Guyot d'Anfreville, par le maître et un collaborateur, vers 1510, Morgan Library and Museum, M.646[56]
  • Livre d'heures à l'usage de Paris, pour Nicolas de La Primaudaye, 18 grandes miniature, en collaboration avec Jean Serpin et deux autres collaborateurs, vers 1520, Bibliothèque de l'Arsenal, Ms.1188[57]
  • Livre d'heures à l'usage de Rouen, ayant appartenu aux familles Quinart et Venot de Noisy, en collaboration avec le Maître d’Ambroise le Veneur, vers 1510, Philadelphie, Free Library, ms. Lewis E 126[58]
  • Livre d'heures, Waddesdon Manor, Ms. 25
  • Livre d’heures à l'usage de Rome, réalisé à Bruges par le Maître des Scènes de David du bréviaire Grimani vers 1500 et complété à Rouen vers 1520 par un premier enlumineur proche du Maître des Heures Ango et un second appartenant plus probablement à l’entourage de Robert Boyvin, British Library, Londres, Harley 2924[59]

Autres manuscrits[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • F. Lehoux, « Sur un manuscrit de l’école de Rouen décoré par Jean Serpin et Robert Boyvin pour le cardinal Georges d’Amboise », dans Mélanges dédiés à la mémoire de Félix Grat, Paris, 1949, p. 323-328.
  • François Avril et Nicole Reynaud, Les manuscrits à peintures en France, 1440-1520, BNF/Flammarion, , 439 p. (ISBN 978-2080121769), p. 412-414 (notices 234-235)
  • Isabelle Delaunay, « Le manuscrit enluminé à Rouen au temps du cardinal Georges d'Amboise : l'œuvre de Robert Boyvin et de Jean Serpin », Annales de Normandie, vol. 45, no 3,‎ , p. 211-244 (DOI 10.3406/annor.1995.4658)
  • Elliot Adam, « Retour sur l'œuvre de Robert Boyvin, enlumineur à Rouen vers 1500 », dans Frédéric Elsig (dir.), Peindre à Rouen au XVIe siècle, Silvana Editoriale, coll. « Biblioteca d'arte » (no 56), (ISBN 9788836637300, lire en ligne), p. 101-119

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Delaunay 1995, p. 216-217.
  2. a et b Adam 2018, p. 104.
  3. Delaunay 1995, p. 217-218.
  4. Adam 2018, p. 102-104.
  5. Adam 2018, p. 103.
  6. Adam 2018, p. 104-105.
  7. Adam 2018, p. 106-107.
  8. Adam 2018, p. 108-109.
  9. Adam 2018, p. 111-112.
  10. Adam 2018, p. 113-115.
  11. Delaunay 1995, p. 224.
  12. Adam 2018, p. 102.
  13. Adam 2018, p. 111.
  14. Delaunay 1995, p. 228.
  15. Avril et Reynaud 1993.
  16. Delaunay 1995, p. 219.
  17. Notice de la BNF
  18. Notice du V&AM
  19. Notice de la BNF
  20. Notice de la vente
  21. Notice Initiale
  22. Catalogue de la vente Sotheby's
  23. Notice de la vente Sotheby's
  24. Notice Initiale
  25. Notice et reproduction sur le site de l'Université
  26. Notice sur le site du musée
  27. Notice de la Bodleian
  28. Notice de la Bodleian
  29. Notice de la BNF
  30. Notice de la BNF
  31. Notice de la vente Koller
  32. Notice Initiale
  33. Notice de la BL
  34. Notice du Walters
  35. Notice du Walters
  36. Notice Initiale
  37. Notice de la vente Christie's
  38. Notice de la vente sur le site de Millon et Associés
  39. Notice de la BNF
  40. Notice de la BNF
  41. Notice de la Morgan
  42. Notice de la Hill Museum & Manuscript Library
  43. Notice de l'ÖNB
  44. Notice du MBA Angers
  45. Notice Initiale
  46. Catalogue de la BM de Besançon
  47. Notice de la bibliothèque de l'université de Liège
  48. Notice de la BNF
  49. Notice de la BNF
  50. Notice de la Morgan
  51. Notice de la Free Library
  52. Catalogue Lardanchet en ligne
  53. Notice du catalogue de la Huntington
  54. Notice de la vente Art Curial
  55. Notice Initiale
  56. Notice de la Morgan
  57. Notice de la BNF
  58. Notice de la Free Library
  59. de la BL
  60. Notice Initiale
  61. Reproduction sur le site de la BVMM de l'IRHT
  62. Notice Calames
  63. Notice Calames
  64. Notice du Petit Palais
  65. Notice de la BNF
  66. Notice de la base Calames
  67. Notice de la BNF
  68. Notice de la BNF
  69. Notice Initiale
  70. Notice Initiale