Robert Bosse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bosse.

Robert Bosse
Illustration.
Fonctions
Ministre de la Justice
Chancelier Leo von Caprivi
Prédécesseur Otto von Oehlschläger
Successeur Eduard Hanauer
Ministre de l'Éducation de Prusse
Ministre-président Leo von Caprivi

Chlodwig zu Hohenlohe-Schillingsfürst

Prédécesseur Robert von Zedlitz-Trützschler
Successeur Heinrich Konrad von Studt
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Quedlinbourg
Date de décès (à 79 ans)
Lieu de décès Berlin (Empire allemand)
Nationalité allemande
Conjoint Alwine Lindenbein
Diplômé de Université d'Heidelberg, de Halle et de Berlin
Profession homme politique
Religion évangélique

Robert Julius Bosse (né le à Quedlinbourg - mort le à Berlin) est un fonctionnaire prussien qui a occupé le poste de ministre de l'Éducation de Prusse entre 1892 et 1899 ainsi que le poste de ministre de la Justice au sein du cabinet Caprivi du 20 mars 1890 au 24 mars 1892.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et études[modifier | modifier le code]

Bosse est le troisième enfant de Julius Bosse et de sa femme Dorothea Sachse. Son père est tonnelier puis bouilleur de cru. Sa mère, originaire de Gernrode, est la fille d'un conseiller municipal du lieu. Il naît dans la maison Klink 10. Après des études de droit à l'université d'Heidelberg, puis de Halle et enfin de Berlin, il est nommé magistrat débutant en 1858.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

De 1861 à 1868, il est directeur de cabinet auprès du comte zu Stolberg-Roßla à Roßla. Après avoir exercé dans l'administration provinciale (à Uchte en 1868, au conseil du consistoire en 1870, en 1872 auprès du conseil de l'Oberpräsident à Hanovre), il est nommé conseiller au sein du ministère de l'Éducation de Prusse en 1876. En 1881, il est nommé directeur du nouveau département créé au sein de l'office du Reich à la Justice consacré à la politique sociale. C'est à ce poste qu'il travaille intensivement aux premières lois sociales de Bismarck. En 1889, il est nommé sous-secrétaire d'État, puis un an plus tard secrétaire d'État au Conseil d'État puis parvient au poste de ministre de la Justice en 1891. Il participe également en tant que président à la commission pour le nouveau Bürgerliches Gesetzbuch. De mars 1892 à septembre 1899, il est ministre de l'Éducation de Prusse. Il travaille alors à l'introduction de lois pour le traitement des prêtres et des instituteurs primaires.

Lorsqu'il se retire de la vie politique, il rédige ses mémoires.

Écrits[modifier | modifier le code]

  • Eine Reise nach dem Orient, Leipzig 1900
  • Aus der Jugendzeit, Berlin 1911
  • Mensuren und Pandekten, Hilden, 2003 (ISBN 3-933892-51-1)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de)Erich Kramer, Die "Bosse". Beitrag zur Geschichte eines Mansfelder Rittergeschlechts und seines Sippenkreises. Sonderdruck vom Originalsatz des Deutschen Geschlechterbuches. Glücksburg, 1952.
  • (de)Volker Mihr, Florian Tennstedt, Heidi Winter (Éd.), Sozialreform als Bürger- und Christenpflicht. Aufzeichnungen, Briefe und Erinnerungen des leitenden Ministerialbeamten Robert Bosse aus der Entstehungszeit der Arbeiterversicherung und des BGB (1878-1892), Stuttgart, Kohlhammer, 2005.

Références[modifier | modifier le code]

(de) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en allemand intitulé « Robert Bosse » (voir la liste des auteurs).