Robert Bauval

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un ingénieur image illustrant un écrivain image illustrant britannique
Cet article est une ébauche concernant un ingénieur et un écrivain britannique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Robert Bauval
Description de cette image, également commentée ci-après

Robert Bauval en 2014

Naissance (68 ans)
Égypte
Profession

Robert Bauval né le 5 mars 1948 en Égypte, est un ingénieur civil dont les essais s'intéressent à l'histoire et plus particulièrement à l'archéologie. Ses livres sont traduits en plusieurs langues.

Théories[modifier | modifier le code]

Selon Bauval, l'alignement des trois pyramides de Gizeh forme une image précise de la position des étoiles du Baudrier d'Orion[1]. Ainsi, cette hypothèse propose un lien entre des relevés archéologiques et astronomiques. Bauval situe cet alignement astronomique en 10500 av. J.-C., ce qui constitue une autre hypothèse, celle d'une « primhistoire », très controversée puis majoritairement rejetée par nombres de préhistoriens, car elle suggère que des civilisations technologiquement développées auraient existé avant la préhistoire[2].

Dans Keeper (1996), Bauval date le Sphinx de Gizeh à 10500 av. J.-C., tandis qu'une majorité d'archéologues estime qu'il fut construit autour de 2600 av. J.-C.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Le mystère d'Orion (The Orion Mystery, 1994), avec Adrian Gilbert, trad., Pygmalion, 1997, ISBN 978-2-85704-428-4
  • Le Mystère du Grand Sphinx (Keeper of Genesis, 1995), avec Graham Hancock, trad., Éditions du Rocher, 2003, ISBN 978-2-268-03394-5
  • The Mars Mystery, avec Graham Hancock, 1998
  • Talisman, avec Graham Hancock, 2004.
  • Le code mystérieux des Pyramides (The Egypt Code, 2006), trad., Pygmalion, 2008, ISBN 978-2-7564-0140-9

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. The Circumpolar Constellations in Ancient Egypt
  2. Robert Charroux, Le livre des secrets trahis, 1965, p. 19