Rivon Krygier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Krygier.
Rivon Krygier
Rivon.jpg

Rivon Krygier en 2014

Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinction
Prix de l'Amitié judéo-chrétienne de France (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Rivon Krygier, né en 1957 à Bruxelles, est un rabbin massorti français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Les parents de Rivon Krygier étaient des enfants cachés durant la Seconde Guerre mondiale. Très attachés au judaïsme, ils ne peuvent lui enseigner ce qu’ils n’avaient pas reçu[1]. Rivon Krygier se tourne donc d'abord vers le sionisme du mouvement de jeunesse de gauche Hachomer Hatzaïr, jusqu’à son aliyah en 1977. Il commence alors à s'intéresser à la religion juive. Il étudie à l’Université hébraïque de Jérusalem et au Ma’ayanot Institute of Jewish Studies, dirigé par le rabbin orthodoxe français Léon Ashkenazi (Manitou).

Il est le premier rabbin de langue française diplômé du Schechter Institute of Jewish Studies, filiale du Jewish Theological Seminary of America.

En 1991, il devient le rabbin de la communauté Adath Shalom à Paris, première communauté Massorti (conservateur) de France.

Titulaire d’un doctorat de l'université de la Sorbonne en sciences des religions (1996)[2], il participe activement au débat intellectuel au sein du judaïsme français, par ses conférences et ses publications, notamment à l'Institut Sèvres, au Collège des Bernardins, au Collège des études juives de l’Alliance israélite universelle et au Centre communautaire juif de Paris. Ses recherches et publications sont souvent consacrées aux questions d’éthique et de théologie, ainsi qu’au dialogue interreligieux[2].

Dans le cadre des Conférences de Carême, l'archevêque de Paris, le cardinal André Vingt-Trois demande à Rivon Krygier de parler dans la Cathédrale Notre-Dame de Paris[3] le 21 mars 2010 de l'héritage de la déclaration Nostra Ætate, 45 ans après sa promulgation au cours du concile Vatican II[4].

Il a reçu en 2013 le Prix de l'Amitié judéo-chrétienne de France[5].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Le rabbin Rivon Krygier, au-delà des préjugés », sur La Croix,
  2. a et b « Rivon Krygier », sur France Culture,
  3. L'Arche, no 624 mai 2010: Le rabbin dans la cathédrale
  4. Enregistrement de la conférence Enracinement et ouverture sur la chaîne KTO
  5. Retour sur la remise du prix de l’AJCF 2013 au rabbin Rivon Krygier sur le site de l'Amitié judéo-chrétienne de France
  6. « La loi juive à l’aube du XXIe siècle », Massorti

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]