Rivières du Sud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Rivières du Sud

1882 – 1891

Drapeau
Description de cette image, également commentée ci-après
carte en 1889
Informations générales
Statut Colonie française
Langue Français
Histoire et événements
Traité de la France avec le roi des Landoumans (Rio Nunez)
Convention avec le chef Mouri Laye (Mellacorée)
1851 Établissement sur le Rio Pongo
Décret sur les établissements français des Rivières du Sud
Décret sur l'autonomie de la colonie vis-à-vis du Sénégal
La colonie des Rivières du Sud prend le nom de Guinée française

Entités précédentes :

Entités suivantes :

La colonie des Rivières du Sud est une ancienne entité territoriale française d’Afrique de l’Ouest établie en 1882, à l’origine dépendante de la colonie du Sénégal, elle se transforme en colonie autonome en 1891, puis prend le nom de Guinée française.

Géographie[modifier | modifier le code]

Dépendances de la colonie du Sénégal, les Établissements français des Rivières du Sud recouvrent en 1859, la zone d'expansion coloniale qui s'étend du Sine Saloum à la Sierra Leone britannique. L'action du commandant particulier siégeant à Gorée, s'étend sur la Petite Côte, le Saloum, la Casamance, Rio Nunez, Rio Pongo et la Mellacorée. Les possessions françaises des Rivières du Sud proprement dites sont situées entre la colonie portugaise du Rio Grande au nord, l'Imamat du Fouta-Djalon à l'ouest et la colonie anglaise des Scarcies, au sud. Ces territoires sont arrosés par les rivières : Rio Cassini, Rio Coupony, Rio Nunez, Kappatchez, Condéyéri, Coundindi, Rio Pungo, Bramaya, Rio Dubréca, Tanéney, Manéah, Morébayah, Béreiré, Forécariah, Tanah et Mellacorée[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Au XVe siècle, les navigateurs portugais sont les premiers à établir des comptoirs, sur les côtes de l'embouchure du fleuve Sénégal au Cabo Ledo[2], ils appellent cet espace Guine de Cabo Verde puis Grande Guiné.

A partir du XVIIe siècle, l'aire d'influence des compagnies portugaises et espagnoles se réduit, les compagnies à chartes anglaises, hollandaises et françaises entrent en concurrence pour le contrôle du commerce des esclaves. Les anglais s'emparent du site de Freetown en 1787. Des comptoirs français, anglais et américains s'installent sur les rives du Rio Nunez.

Après la signature d'un traité avec le roi des Landouman en 1839, en janvier 1866, la France occupe militairement Boké (Rio Nunez). Le 15 février 1876, le roi du Rio Pongo, John Cotty, reconnait le Protectorat français. La colonisation française s'appuie sur les trois postes de Boké (Rio Nunez), Benti (Mellacorée) et Boffa (Rio Pongo)[3].

La création de la colonie française intervient en prélude à la conférence de Berlin de 1884 et dans un contexte de pause de l'expansion impériale française. Par décret du 10 Octobre 1882, les Rivières du Sud sont érigées en colonie, administrée par un Lieutenant-gouverneur sous l’autorité du gouverneur du Sénégal. Le Docteur Jean-Marie Bayol en est le premier Lieutenant-gouverneur, assurant sa direction avec de larges pouvoirs dépassant le cadre des rivières du sud. En 1886, les Établissements français de la Côte de l’Or[4] et les Établissements du Golfe du Bénin[5] y sont rattachés. Elle devient colonie des Rivières du Sud et dépendances et obtient son autonomie face à l'administration centrale du Sénégal en 1889, elle est alors dirigée par le Lieutenant-gouverneur en poste à Conakry[6].

En mars 1893, la colonie des Rivières du Sud devient la colonie indépendante de Guinée française et dépendances avec un Gouverneur siègeant à Conakry. Y sont rattachés, un résident pour la Côte de l’Or française et un lieutenant-gouverneur pour les Établissements français du Bénin[7].

Administration[modifier | modifier le code]

De 1882 à 1893, les administrateurs coloniaux sont responsables des Rivières du Sud.

Période Titulaire Notes
Territoires des Rivières du Sud et dépendances
au Jean-Marie Bayol, Lieutenant-gouverneur  
29 juin 1886 au 12 mars 1889 Noël Ballay, Lieutenant-gouverneur de la Côte de l'Or et du Gabon
12 mars 1889 au 1er juin 1894 Charles de Chavannes, Lieutenant-gouverneur de la Côte de l'Or et du Gabon
au Noël Eugène Ballay,  
à avril 1893 Paul Jean François Cousturier, intérim de Ballay

Références[modifier | modifier le code]

  1. Georges Haurigot, Sénégal (Chapitre III), éditeur Lecène et Oudin, Paris, 1887
  2. Bulle pontificale Romanus pontifex du 8 janvier 1455, les Portugais obtiennent le monopole du commerce sur l’Afrique
  3. Christian Roche, L'Afrique noire et la France au XIXe siècle, Karthala, Paris, 2011 (ISBN 9782811104931)
  4. Décret du 16 juin 1886
  5. Décret du 4 août 1886
  6. Décret du 1er août 1889
  7. Décret du 17 Décembre 1891

Voir aussi[modifier | modifier le code]