Rivière souterraine de Labouiche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Grotte de Labouiche
Rivière souterraine de Labouiche 07.jpg
Localisation
Coordonnées
Adresse
Massif
Région du Plantaurel
Localité voisine
Voie d'accès
D 1
Caractéristiques
Type
Altitude de l'entrée
450 m
Longueur connue
3 850 m
Température
13°C
Cours d'eau
Labouiche
Occupation humaine
Magdalénien moyen
(15000 à 13000 BP)

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Occitanie

(Voir situation sur carte : Occitanie)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Ariège

(Voir situation sur carte : Ariège)
Point carte.svg

La rivière souterraine de Labouiche est un site préhistorique situé à 6 km au nord-ouest de Foix, dans le département de l'Ariège (France). Elle se trouve sur le territoire des communes de Vernajoul et de Baulou. Elle se situe dans le périmètre du Parc naturel régional des Pyrénées ariégeoises.

Spéléométrie[modifier | modifier le code]

Le développement[N 1] de la cavité est de 3 850 m[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

En août 1908, le Dr Jules Dunac, installé à Foix depuis 1898, découvre la rivière souterraine. Accompagné de ses deux fils et de deux jeunes officiers, il commence l'exploration en remontant jusqu'à un premier siphon situé à 280 m de l'entrée nommée l'« Aïgo Perdent » (voie d'eau[2]).

L'exploration se poursuit entre 1909 et 1912, en compagnie du Dr Pierre Crémadells et du spéléologue Édouard-Alfred Martel.

En 1935, MM. Paul Salette et Crémadells assistés de Norbert Casteret et Joseph Delteil découvrent 3 800 mètres de réseau actif, mais butent sur un second siphon apparemment infranchissable. Paul Salette fonde une compagnie fermière pour l'exploitation touristique de la grotte et son aménagement (électrification, sécurisation, construction d'une plate-forme d'embarquement, pose d'un câble pour le halage des barques, etc.)[3]. La rivière souterraine ouvre au public en 1938[4]. On parcourt 1,5 km en barque - deux transbordements sont nécessaires - à 60 m sous terre, dans des galeries hautes ou surbaissées, éclairées ou obscures à dessein. Il s'agit de la plus longue rivière souterraine navigable d’Europe ouverte au public[réf. nécessaire].

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les visites du site sont interrompues, mais entre 1940 et 1943, Louis Méroc et Emilien Soulier effectuent des recherches archéologiques et mettent au jour des vestiges préhistoriques et gallo-romains.[5]. En 2015 une plongée du siphon amont n'a pas permis la découverte de l'origine de la rivière[6],[7]

Découvertes[modifier | modifier le code]

Une occupation préhistorique datant du Magdalénien moyen (paléolithique supérieur) est attestée dans les galeries supérieures de la rivière par la mise au jour d'outils et armes en silex et bois de rennes, ainsi que de l'art mobilier (plaquettes de grès gravées, représentant entre autres un lion et des fragments de cervidés, et un bison modelé dans l'argile)[8].
Les représentations de lions sont rares dans l’art pariétal : seules 150 sont connues, dont 120 en France. Les 3/4 de ce total proviennent des grottes Chauvet (75), Roucadour (22) et Lascaux (11)[9].

Ont aussi été retrouvés des vestiges de l'époque gallo-romaine.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Comités départementaux du Tarn et de l'Ariège, Inventaire spéléologique du Séronais, (lire en ligne), p. 153-154.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En spéléologie, le développement correspond à la longueur cumulée des galeries interconnectées qui composent un réseau souterrain.

Référence[modifier | modifier le code]

  1. Bigot Jean-Yves, « Spéléométrie de la France. Cavités classées par département, par dénivellation et développement. », Spelunca Mémoires n° 27,‎ , p. 160 (ISSN 0249-0544)
  2. Le Dictionnaire Occitan -Français.
  3. Thierry Lefebvre, « Le pharmacien Paul Salette « met en scène » la rivière souterraine de Labouiche », Revue d'histoire de la pharmacie,‎ , p. 467-469 (lire en ligne).
  4. Ma Vie souterraine. Mémoires d'un spéléologue, Norbert Casteret, Flammarion 1961 ; Ma spéléologie de A à Z, Norbert Casteret, Perrin, 1968.
  5. Calvet Jean-Paul et Michel Mouriès, Inventaire spéléologique du séronais, Musée spéléologique du grand sud-ouest, (lire en ligne), p. 153-154.
  6. « L'exploration de la rivière souterraine de Labouiche se termine en impasse », sur ladepeche.fr.
  7. « Plongée à Labouïche », sur speleocouserans.canalblog.com.
  8. Louis Méroc, Prémoustétiens, Magdaléniens et Gallo-romains dans la caverne de Labouiche, in Gallia Préhistoire, 1959, vol. 2, n° 2, p. 1-37
  9. « Le lion des cavernes », Art Préhistorique > Les animaux préhistoriques, sur hominides.com (consulté le 10 mars 2019).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]