Rivière Coulonge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Coulonge.
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (février 2016).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Rivière Coulonge
Rivière Coulonge.
Rivière Coulonge.
Caractéristiques
Longueur 240 km [1]
Bassin 5 232 km2 [réf. nécessaire]
Bassin collecteur Rivière des Outaouais
Débit moyen 75,35 m3/s (Mansfield-et-Pontefract) [réf. nécessaire]
Régime Nival
Cours
Source Lac au Barrage
· Localisation Lac-Pythonga
· Coordonnées 47° 12′ 58″ N, 76° 54′ 11″ O
Confluence la Rivière des Outaouais
· Localisation Fort-Coulonge
· Altitude 105 m
· Coordonnées 45° 51′ 51″ N, 76° 45′ 35″ O
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche (à partir de la confluence) Ruisseau du Lac Hickey, crique du Dépôt, décharge du lac Gibson, décharge du lac Laporte, ruisseau de Rouin, décharge des lacs Bell et Davis, rivière Coulonge Est, ruisseau Paul, ruisseau Washburn, décharge du lac Wright, ruisseau Murtagh, décharge des lacs Carmichael et Jocko, ruisseau Dempsey, ruisseau Moore, rivière de la Corneille, ruisseau Venner, ruisseau Gillart, ruisseau Caldwell, ruisseau Perley, décharge du lac Chilly, ruisseau Young, décharge du Lac Brûlé, décharge du lac Sholiao, décharge du lac Cacatous, décharge du lac Mage, décharge du lac Neubois, décharge deslacs Éclisse, Bérard et Pallium, décharge du lac Écope, décharge des lacs Cupule, Vlasmer et Wisopchidick, décharge du Lac des Neuf Milles, décharge du Lac des Souches, décharge des lacs Taxus, de la Baie et Samare, décharge du lac Hyet, décharge du lac Nicolas,
· Rive droite (à partir de la confluence) Ruisseau Dixon, décharge du lac La Frenière, ruisseau Malette, décharge du lac Bryson, ruisseau Gilles, ruisseau Jim, ruisseau Duval, décharge du lac McConeghy, ruisseau Bryson, ruisseau Bertrand, ruisseau Pilon, ruisseau Gaudreault, ruisseau Bruce, ruisseau Morris, ruisseau Booth, ruisseau Mason, ruisseau Des Marais, décharge du lac Salsifis, ruisseau Victoria, décharge du lac Bec-de-Cane, décharge du lac Imide, décharge du lac de l'Épinoche, décharge du lac Tordoir, décharge du lac Cerveau, décharge du lac Royen,
Pays traversés Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Outaouais
MRC Pontiac

La rivière Coulonge est un affluent de la rive Nord de la rivière des Outaouais. La rivière Coulonge coule dans la municipalité de Mansfield-et-Pontefract et dans le village de Fort-Coulonge, dans la municipalité régionale de comté (MRC) de Pontiac, dans la région administrative de l'Outaouais, au Québec, au Canada.

À partir de son lac de tête, le cours de la rivière Coulonge traverse successivement les cantons suivants: de Gaillard, de Houdet, de Beaumouche, de Ryan, de Horan, d'Égriselles, de Saintes, de la Rochelle, de Rochefort, de Gascogne, d'Anjou, de Bri, de Gillies et de Pontefract.

Géographie[modifier | modifier le code]

La rivière Coulonge prend sa source dans la réserve faunique La Vérendrye au lac au Barrage et coule du nord au sud sur plus de 240 km. Son débit maximal atteint 200 m³/s. Elle possède un affluent important situé à l'est du lac Galarneau et nommé Coulonge-Est.

Un peu au nord de Fort-Coulonge, la rivière coule dans d'imposantes chutes de 48 m de hauteur et une gorge majestueuse de 750 m. Elle se déverse dans un élargissement de la rivière des Outaouais nommée lac Coulonge près de la municipalité de Fort-Coulonge.

Chutes Coulonge
Gorge des chutes Coulonge

Elle possède un affluent important nommé Coulonge-est, situé à l'est du lac Jim et qui coule parallèlement à l'est sur une longueur de 75 km.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le terme "Coulonge" est utilisé dans plusieurs toponymes de la région de Mansfield-et-Pontefract: Fort-Coulonge (municipalité), des chutes, une plage et à une pointe. Ces toponymes liés évoquent l'intrépide capitaine et explorateur Nicolas d'Ailleboust de Manthet (1663-1709); ses récits indiquent qu'il a passé l'hiver de 1694, avec une trentaine d'hommes, dans les environs de l'île aux Allumettes, à l'ouest de Fort-Coulonge. Pierre-Georges Roy lui attribue le titre de "sieur de Coulonge" qu'il n'a toutefois jamais porté. Cette affirmation peut s'expliquer par le fait que son grand-père s'appelait Nicolas d'Ailleboust de La Madeleine et de Coulonge. En 1866, l'arpenteur S. L. Brabazon fait mention dans ses rapports du toponyme "Rivière Coulonge"[2].

Le toponyme "rivière Coulonge" a été officialisé le 5 décembre 1968 par la Commission de toponymie du Québec[1].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Commission de toponymie du Québec - Banque de noms de lieux - Toponyme: "Rivière Coulonge"
  2. Source: "Noms et lieux du Québec", ouvrage de la Commission de toponymie du Québec, paru en 1994 et 1996 sous la forme d'un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d'un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.